I've got 99 problems
Venez donner votre avis pour la future maj !
La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
Découvrez les badges, de quoi rendre votre profil encore plus personnalisé love ça se passe par ici !
Vous êtes un peu paumés ? hidebox Rendez vous sur : www.keskispass.com
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment : -33%
Samsung HW-T420 – Barre de son 2.1 – 150W ...
Voir le deal
109.99 €

Partagez
 

 Breathin' | ft. Amber Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
Sujet: Breathin' | ft. Amber MooreVen 7 Aoû - 13:40
Breathin' | ft. Amber Moore Ob_a176e7_castiel9
Breathin’ ft. @Amber Moore


Les néons grésillèrent et s’allumèrent un à un lorsqu’il appuya sur l’interrupteur du parking, traçant un chemin de lumière faiblard dans l’endroit bas de plafond. Ses pas résonnèrent sur le bitume froid, tandis qu’il traversait l’espace pour rejoindre sa destination. Erwin s’arrêta un instant devant le rideau gris qui le séparait de son objectif, et resserra son manteau de cuir autour de son cou. Le poing fermé sur la clé, il contemplait les quelques pas qui le séparaient du box. Il hésitait, comme s’il avait peur de ce qui se trouvait derrière la porte du garage. Ce n’était pas tant ce qu’il allait y trouver que l’appréhension d’avoir perdu ses repères, comme on angoisse à l’idée de revoir un être cher qu’on a perdu de vue, en se disant que peut-être rien ne sera plus comme avant, que l’étincelle de complicité qu’on avait alors s’était vue mouchée par le temps. Après une grande inspiration, il s'avança finalement et enfonça la clé dans la serrure. Ses craintes n’avaient pas lieu d’être ; on oublie pas ces choses là, se rassura t-il en déverrouillant l’accès à son antre secret. Le volet métallique lui résista un peu, puis grinça horriblement dans ses gonds lorsqu’il parvint enfin à le tirer vers le haut. Des mois qu’il n’avait pas mis les pieds ici, et l’humidité du sous-sol avait repris ses droits sur les ouvrages humains. Il devrait songer à huiler les mécanismes plus tard. Mais pas aujourd’hui.
Là, devant lui, trônait l’objet de sa convoitise. Son trésor unique.
Son regard accrocha le vieux drap qui épousait les formes de l’engin, et sans s’en rendre compte il se retrouva aux pieds de la machine endormie camouflée par sa protection, ses doigts courant sur l’encolure métallique de la bête presque par réflexe. Avec impatience, il tira sèchement sur le tissu pour le jeter au loin, découvrant ainsi la bécane rutilante qui était sienne. A la vue de sa moto, toutes ses appréhensions le quittèrent et son visage se para d’un sourire étincelant. La Yahama était aussi fabuleuse que dans ses souvenirs : la carrosserie élancée bleu nuit, ses lignes sportives rehaussées par un blanc nacré, prête à affronter les défis qu’il lui présenterait, aussi bien les longues lignes droites que les sentiers sinueux. Il couva le deux roues d’un regard amoureux, et n’y tenant plus, il enfourcha la moto. Il extirpa une seconde clé de sa poche, qu’il inséra à l’avant, sur le dessus du moteur, qui démarra d’un ronronnement affectueux lorsqu’il l’eut tournée dans son insert. Erwin frissonna de plaisir à ce son si familier, à ce son qui l’avait bercé tant de fois. Il donna quelques à-coups sur l'accélérateur, rien que pour entendre chanter la moto à nouveau.

Il ferma le garage, enfila son casque puis quitta le parking pour élancer le véhicule à l’air libre. Il dut ronger son frein dans les bouchons New-Yorkais, impatient qu’il était de quitter la ville pour partir à l’assaut des routes plus libres aux alentours, zigzaguant précautionneusement entre voitures, taxis, et camionnettes de livraison. Mais plus encore que l’envie de rouler librement, il y avait le plaisir de partager cette escapade avec son amie, Amber. Ils avaient toujours vécu ensemble leur passion commune, un de leurs rares point communs d’ailleurs, et il avait réellement hâte de la retrouver. Ils s’étaient donné rendez-vous à la sortie du Lincoln tunnel, avant de récupérer au plus vite la 78 pour finalement rejoindre la Delaware River, à un peu plus d’une heure de route d’ici. Il savait qu’il y serait avant elle ; la ponctualité n’avait jamais été son point fort, et en songeant à toutes les fois où elle était arrivée en retard au travail il sourit pour lui-même. Depuis qu’il l’avait connue au lycée, Amber n’avait jamais vraiment changé. La fille indisciplinée et indisciplinable s’était transformée en femme anticonformiste. Nonobstant, de ce caractère révolutionnaire découlait une créativité inouïe qu’elle injectait dans son métier de game-master. Malgré tous les défauts qu’il pouvait lui imputer, Erwin ne regrettait pas une seule seconde de l’avoir attachée à son projet. Si on lui avait dit quinze ans plus tôt, lorsqu’il l’avait connue et qu’alors elle lui collait aux basques, qu’un jour il l’embaucherait dans son entreprise…
Au lieu de rendez-vous, il arrêta sa moto et retira son casque pour mieux respirer. Il sortit son téléphone et écrivit un message à Amber pour lui dire qu’il l’attendait. Il se plongea dans de vieux souvenirs qu’il avait d’eux, quand ils étaient plus jeune et que tout était plus simple.
Quand il avait commencé à veiller sur elle, et qu’ils s’étaient liés d’amitié.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sujet: Re: Breathin' | ft. Amber MooreDim 13 Sep - 14:25

Hearts of fire
Streets of stone
Ride the wind
Never coming back
until I touch the midnight sun


Le vent fouette ses cheveux dé blé, les faisant virevolter à mesure que la moto accélérait. Sans répit, les longues mèches rebelles dansent follement au gré d'un air endiablé dont ils sont seuls à se satisfaire, cinglant l'air du soir sans remords. La silhouette gracile, toute de cuir vêtue, courbait l'échine pour épouser les formes de la bête. Cambrée pour lui plaire, les doigts fins agrippèrent plus fermement cette poignée qu'elle coula encore un peu vers l'avant. La Ducati n'attendit pas pour rugir et, d'un vrombissement content, accélérer l'allure. Si elle venait à croiser la police, la jeune femme savait qu'elle n'écoperait pas que d'une amende. Mais l'indécence et la fougue faisaient battre son cœur, la poussant à se rire de la Loi. Qu'il la rattrapent donc, s'ils le pouvaient, ce n'est pas comme si elle avait une adresse ou quoi que ce soit, squattant chez un ami. Bonne chance à celui qui voudrait lui coller un PV.

Le regard concentré sur la route, ne jetant pas un seul regard au compteur, elle finit par ralentir la cadence. Laissant l'adrénaline derrière elle, un petit sourire en coin, elle arrivait bientôt à destination. Et quand bien même ça la peinait de couper sa lancée, elle savait que ce n'était que partie remise. Elle l'aperçut alors, et se rangea bien vite sur le bas côté, garant sa moto à côté de la sienne. Ôtant son casque, elle laissa retomber sa chevelure en cascade - sans doute bien emmêlée par la vitesse désormais. S'approchant de lui, le regard joueur, elle s'exclama : « Salut bébé, je t'ai manqué ? » lui lança-t-elle alors, frisant le scandale alors qu'elle vint enlacer le cou de son ami. Et patron. Une façon à elle de s'excuser de son retard. Ou plutôt de le faire sortir de ses gonds, la seconde option l'attirant bien plus que la première. Ils se voient presque tous les jours, aussi se doit-elle de venir pimenter cette routine qui s'est installée depuis la création de leur escape game. Une façon bien à elle de le faire se détendre, de le faire rire. Même si elle sait qu'elle risque d'être licenciée ou jetée dans un fossé à chaque mot qu'elle prononce. Pas qu'elle en ai quelque chose à faire, malheureusement pour lui.

Ils n'avaient jamais été plus que des amis, Erwin et elle. Et si l'idée lui avait déjà traversé l'esprit, adolescente, elle ne la partagea jamais avec le dénommé. De toute façon, ils étaient trop différents pour que cela fonctionne entre eux. Ou plutôt, Amber avait eu une peur bleue de s'ouvrir, même à lui, de peur qu'il la rejette lui aussi. Non, c'était mieux comme ça, et elle ne regrettait rien aujourd'hui. Il était le seul ami qu'elle avait pu garder de son passé. Un ami cher, qui contredisait toutes ses bonnes paroles sur le fait de vouloir être seule, de ne pas vouloir s'attacher. Le fait est que bien qu'elle joue de son charme pour l'emmerder, elle n'oserait jamais s'imaginer à ses côtés désormais. Il méritait mieux. Et elle, serait toujours là pour l'encourager, dans l'ombre. C'était là sa place, bien qu'elle agisse comme si c'était le contraire. « Prêt à prendre ta raclée ? » ricana-t-elle, un brin moqueuse. La dernière fois, elle lui avait fait mordre la poussière. Et elle comptait bien une fois de plus lui montrer ce que le mot vitesse signifiait. Quitte à prendre des risques futiles. Sa philosophie ? On n'a qu'une seule vie, alors autant en profiter.


Dernière édition par Amber Moore le Jeu 10 Déc - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sujet: Re: Breathin' | ft. Amber MooreVen 18 Sep - 16:27

Breathin’ ft. @Amber Moore


Erwin se souvenait l’adolescente farouche, cette orpheline que ses parents lui avaient présenté comme une furie lorsqu’elle était devenue sa nouvelle voisine, catastrophe ambulante dont personne ne voulait la garde. Il se souvenait la première fois où il avait posé le regard sur ces cheveux blonds indomptables, ces pupilles noires mais éclairées de ce je-ne-sais-quoi, sa démarche agressive qui jurait avec les traits poupins qui devaient ravager les coeurs. La première fois qu’ils avaient pris ensemble la route du lycée. Leur première cuite. Leur première embrouille. La première fois qu’il l’avait entendue chanter. Et surtout comment il en était venu à se lier d’amitié à cet être aussi rebelle qu’attachant. L’un et l’autre si différents, et pourtant si proches.

Le bruit reconnaissable entre mille de la Ducati d’Amber l’extirpa hors de ses pensées nostalgiques. Il tourna la tête alors que la moto chevauchée par son amie se rangeait à sa hauteur, et observa la femme qu’elle était devenue se défaire de son casque. Son regard croisa les yeux taquins d’Amber alors qu’elle le chambrait. Erwin roula des yeux et lui retourna un sourire amusé, grognant pour la forme. Il n’y avait qu’elle pour se permettre ces sorties de piste, ces jeux fantasques, et même s’il lui arrivait de la rappeler à l’ordre de quelque regard foudroyant, de hausser parfois le ton pour lui rappeler qu’elle était logée à la même enseigne que tout autre salarié, en vérité il lui pardonnait tout. Il lui ébouriffa les cheveux pour l’infantiliser alors qu’elle se jetait à son cou pour parachever sa farce. « Pile à l’heure, bébé, comme toujours. » ironisa t-il. Et ce n’était qu’humour. De l’amitié entre eux, jamais rien de plus. Tout au plus quelques phrases innocentes, quelques regards appuyés, rien que des perches tendues ça et là pour tester les limites de leur complicité lors de l’adolescence. Erwin l’avait toujours protégée à la façon d’un grand frère, et il doutait qu’il en fut autrement pour elle. Il avait connu d’autres femmes, d’autres histoires jusqu’alors, et la question ne s’était jamais réellement posée pour lui. Et encore moins maintenant qu’elle était son employée, lui qui tâchait d’être honorable en tout point.

« Ma raclée ? Contre ce truc là ? » Il pointa du doigt la Ducati et fit une moue stupéfaite, fanfaronnant alors qu’il n’avait pas roulé depuis des mois. « Rappelle-moi le score, s’il te plait ? » il demanda, feignant avoir oublié, alors qu’il se savait avoir encore une longueur d’avance sur son amie, tout en négligeant la défaite cuisante qu’elle lui avait infligé la fois précédente. Il fit ronronner sa bécane, par pure frime. « Prépares-toi plutôt à souffrir, ma petite. » alors que lui-même se préparait mentalement à faire tomber toutes les barrières de sa décence pour oublier lois et limitations de vitesse. C’était ses seuls moments de folie, ses seuls écarts de conduite. Il en frissonnait d'avance, même s'il lui coûtait plus à lui qu'à Amber de braver les lois.« Qu’est-ce qu’on parie, aujourd’hui ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sujet: Re: Breathin' | ft. Amber MooreLun 26 Oct - 16:08

Hearts of fire
Streets of stone
Ride the wind
Never coming back
until I touch the midnight sun


Le moteur ronronne jusqu'à s'arrêter/ La béquille se jette sur le bitume, claquement sec, plume de plomb soutenant une bécane plus lourde qu'elle. Une botte noire se pose à terre. Les courbes se détendent, s'alignent pour laisser la silhouette sortir de sa monture. Une seconde botte tape contre le goudron, alors que le casque s'ôtant libère une panachée de mèches blondes, ballottées outrageusement par le vent, fendant le Ciel. Un sourire étire les lèvres rouges, alors que la succube entame son petit jeu de séduction. Pas pour gagner le cœur de l'autre, pas de ça entre amis ; plutôt pour l'agacer.

D'un calme Olympien, l'autre lui tient tête, croisant ses iris chocolat au regard céruléen. Affrontement muet, leurs mots croisent le fer sans faire mouche, jouant avec les défenses de l'autre. Quittant son cou, elle arque un sourcil face à ce retour d'une dérision grinçante. « Pardon, patron. Je ne voudrais surtout pas abuser de votre précieux temps. » se moque-t-elle à sa remarque. Cela faisait plusieurs mois déjà qu'ils travaillaient ensemble pour monter cette idée d'escape game virtuel, d'une aventure immersive 3.0. Et pourtant, elle n'était toujours pas habituée à le voir comme tel. Comme son boss. Sur le papier pourtant, c'était écrit noir sur blanc. L'idée, le concept, les locaux, le matos...tout était à son nom à lui. Et les employés : sous son joug. Pas que ça chiffonne la chanteuse, elle aurait sans doute pris peur si on lui avait proposé d'investir dans quoi que ce soit, et ri au nez de celui qui lui aurait demandé si elle avait envie de porter un costard cravate et d'enchaîner réunions et paperasse toute la journée. Qu'il garde son statut : elle n'y touchera point. Parce qu'elle n'est pas digne de confiance. Parce qu'elle n'est pas faite pour les responsabilités. Parce qu'elle ne croit pas en elle, et a terriblement peur d'échouer tout ce qu'elle entreprend.

Elle lève les yeux au ciel, crevant d'envie de le remettre à sa place illico presto; « Compter, compter, y a que ça qui te plaît ? Pas besoin d'un historique bidon pour savoir que tu vas rester sur le pavé. Si on avait vraiment tout compté, tu n'aurais pas été si guilleret ! » Les vraies couleurs d'un caractère bien trempé ondulent sous la surface, prêtes à surgir à tout moment sous ce faux sourire de maîtrise. Elle n'était pas la plus patiente des enfants, quand bien même c'est elle qui jouait aux provocations. « Retiens bien tes mots, surtout. Et ne viens pas pleurnicher quand je serais celle qui t'attendrais. » Son regard est perçant, azur électrifiant les tendres âmes. Relevant légèrement le menton, le défiant toujours un peu plus, ses traits s'adoucissent pourtant lorsqu'il évoque leur pari du jour. La poupée de porcelaine au look de rebelle envoie valser son regard éther au pays des songes, cherchant la rêverie adéquate qui pourra satisfaire sa victoire. Oh, elle sait qu'elle s'en fiche, en somme. Qu'elle gagne ou perde, ils finissent souvent par aller manger ou boire un coup. Et qu'elle le veuille ou non, elle ne paie que rarement. Difficile de dire où étaient les limites entre collègues et amis, ou entre quoique ce soit. Elle n'avait jamais été bonne pour respecter quelque limite que ce soit. Elle, avait plutôt pour habitude de se rendre compte des limites de chacun une fois celles-ci franchies. Une fois qu'il est trop tard pour faire machine arrière.

« Un congé payé d'un mois ? » demande-t-elle, lui faisant les yeux doux, forçant un battement de cils. Elle n'avait jamais bien compris comment les femmes fatales jouaient de leurs longs et gracieux cils de cygnes, de leur regard de doux agneau. Elle ? Elle n'avait qu'un regard de braise et des hanches tentatrices pour aguicher ceux qu'elle désire charmer. Lorsqu'il s'agissait du chantage, des yeux doux ou de la manipulation : elle perdait par KO, alors autant déclarer forfait. « Oh je sais ! Le perdant devra faire tout ce que dit l'autre une journée durant ! » annonce-t-elle, retrouvant ses vraies couleurs, triomphant d'un sourire espiègle. « Dans la limite du raisonnable, évidemment... » ajoute-t-elle aussitôt en voyant Erwin prêt à rétorquer. Nul doute qu'il allait y mettre son veto, n'est-ce pas ? Quel rabat-joie. Et elle lève les yeux au ciel pour affirmer ce propos interne.


Dernière édition par Amber Moore le Jeu 10 Déc - 0:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sujet: Re: Breathin' | ft. Amber MooreJeu 26 Nov - 12:10

Breathin’ ft. @Amber Moore

« Ce n’est pas comme si tu abusais de mon temps tout le reste de l’année, effectivement... » s’amusa t-il alors qu’elle se décrochait de lui, lui laissant un parfum suave en souvenir de l’étreinte factice. Ainsi donc, même les femmes au look rebelle se pomponnaient un tant soit peu. « Compter, compter, y a que ça qui te plaît ? Pas besoin d'un historique bidon pour savoir que tu vas rester sur le pavé. Si on avait vraiment tout compté, tu n'aurais pas été si guilleret ! » Erwin fronça les sourcils et prit une moue boudeuse, touché dans son orgueil. Il comprenait qu’elle insinuait qu’il passait ses journées à jouer les gestionnaires, perdu dans des registres comptables, et qu’elle ne valorisait guère cela. Il y avait de cela dans son rôle d’entrepreneur, effectivement. S’il avait disposé de plus de fonds, nul doute qu’il aurait engagé quelqu’un pour faire ce travail à sa place, et qu’il aurait trouvé plus de temps pour participer avec Aksel aux innovations techniques de l’Escape Game qu’ils proposaient. Il serait plus présent avec lui et Amber, acteur dans leurs discussions passionnées sur tout ce qu’ils pourraient accomplir pour faire de ce lieu un Escape Game unique, à leur image. Après tout, c’était son rêve à lui avant tout.  Aussi, plus que la pique quand à leur duel motard, c’était sa réalité professionnelle qui le fâcha ; il tâcha de n’en rien montrer, car après tout c’est lui qui l’avait cherchée alors qu’il la savait fort capable en matière de joute verbale. Il retourna un sourire aussi aiguisé qu’une lame de rasoir à son amie. « J’compte pas te faire attendre, ne t’en fais pas. » retorqua-t’il, soutenant les prunelles chargées de défi que lui présentait sa camarade avec une détermination qui ne lui ressemblait pas. Elle l’avait échauffé, il n’en avait que plus hâte d’en découdre désormais.

« Un congé payé d'un mois ? »« Rêve. Et remballe ton papillonage au passage, c’est à retravailler Miss Moore. » Son amie dût se rabattre sur une autre option, et proposa finalement que le perdant s'assujettisse au vainqueur une journée entière durant. Erwin grimaça en premier lieu. Il connaissait Amber : elle était capable d’imaginer des plans retors pour qu’il regrette la défaite si jamais elle avait lieu. Il hésita un instant, se mordit les lèvres, puis leva soudain sa paume : « Ok, je marche. » Il se surprenait lui même à accepter son deal qu’il savait démesuré - démesuré parce qu’elle aurait meilleur usage du gage que lui, car il était bien trop honnête et bienveillant envers elle pour l’obliger à quoi que ce soit s’il gagnait. Peut-être bouillonnait-il trop d’envie de courir parce qu’il n’avait pas profité de sa vie depuis trop longtemps, ou bien alors les répliques mordantes à répétition d’Amber doublées du refus constant des règles instaurées avaient-elles enfin franchi la limite de sa patience. Quoi qu’il en soit, cela avait pour conséquence de faire resurgir chez lui une pugnacité teintée d’imprudence, une envie certaine de répondre présent à cet affrontement, certes amical, mais à enjeu.  
Il prit son casque et s’apprêta à l’enfiler.
« Allez, trêve de bavardages. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sujet: Re: Breathin' | ft. Amber MooreJeu 10 Déc - 0:25

Know that they fly
Know that they ride or die
I keep playing by my side
Ride or die, Ride or die


Il répondait à la provocation, comme toujours. Et le sourire mauvais qui étirait les traits de la blonde cachait une envie débordante de vengeance, le sang bouillonnant dans ses veines, le regard éclatant de cette étincelle de défi qu'il savait allumer en lui. Elle était partagée entre l'envie de lui rire au nez, mais de rire tout de même de bon cœur, ou de lui faire un pur et simple doigt d'honneur avant de démarrer en trombe la Ducati. C'était ce qu'il lui inspirait, la plupart du temps. Alors qu'il la questionna sur le pari, elle tenta de trouver quelque chose de pertinent. Quelque chose qui l'arrangeait à elle, bien sûr. Parce qu'elle allait gagner, c'était évident. La dernière fois était la chance...du débutant, dirait-elle tout haut si elle voulait s'en prendre une, aussi réprima-t-elle cette remarque au tréfond de sa gorge, tournant sept fois sa langue avant de prononcer un mot. C'était sa faute, à la faire démarrer au quart de tour aussi, la prenant pour une moto qu'il pouvait faire rugir sans se brûler. Un jour ou l'autre, il serait déçu ; quand bien il se force à l'ignorer, Amber mordait.

Lorsqu'il accepta la récompense, elle simula un yes du poing, ramenant le bras vers elle en triomphe. « Tant pis pour toi. » chantonna-t-elle, les yeux brillants. Terminant les bavardages rapidement, le brun semblait tout aussi impatient qu'elle de tâter le bitume. S'éloignant en guise de réponse, elle enjamba la moto, remis son casque, bouclant la sangle, et ôta la béquille. Lançant un regard à l'homme, le casque tourné dans sa direction, elle vérifia qu'il fut prêt également. Histoire d'être fair-play, qu'il ne puisse pas dire qu'elle ait volé la victoire. Le moteur vrombissant, la jeune femme était sur les starting blocks. Et alors qu'ils se mettaient d'accord, le moteur rugit. Une fois. Deux. Elle abaissa sa visière. Le troisième grondement fut le bon, et elle fonça sans plus attendre en ligne droite, retrouvant la route, sentant Erwin à sa gauche. Elle rit doucement, excitée par le danger, bouillonnante d'adrénaline ; et bien décidée à repousser les limites de la route.

Les hanches suivent le mouvement des épaules, le corps tout entier de la blonde se pliant au gré des virages, montant toujours plus sur les collines extérieures à la ville, parcourant les lignes droites avec fureur. Le bolide s'incline, se relève, se tord et se redresse. Les mèches couleur blé crépitent tel un feu follet, danse folle incontrôlée. Les cheveux de la motarde fouettent le vent avec ardeur, comme s'il l'eut sous-estimée. La Ducati vrombit, accélère, décélère pour réenclencher de plus belle. Elle sent l'homme campé sur ses positions, ne la lâchant pas d'un pouce. Son cœur s'accélère à la vue de son bolide, tentant de la dépasser, le faisant de quelques centimètres ; elle le laisse faire. Et alors qu'il gagne du terrain, elle accroche subitement la poignée, accélérant pour le dépasser dans le coude du virage. Elle touche le genou. Et se relève comme si de rien n'était. Prends ça dans les dents. Elle savait qu'elle devrait faire attention cependant. C'était sa vanité et ses petits tours de manège qui l'avaient conduite à perdre, la dernière fois. Et si elle ne pouvait s'empêcher de prendre des risques, elle savait que le jeu en valait la chandelle, cette fois. Aussi tenta-t-elle après son tour de maintenir sa position sur la prochaine ligne droite.

Spoiler:
 


Dernière édition par Amber Moore le Jeu 10 Déc - 0:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sujet: Re: Breathin' | ft. Amber MooreLun 11 Jan - 19:04

Breathin’ ft. @Amber Moore

Il enfourcha à nouveau sa moto et enfila son casque dont il ferma la visière. Il fit ronronner son engin de course pour intimider son amie - bien qu’il savait pertinemment qu’il en faudrait bien plus pour la faire douter d’elle-même, et s’installa sur une ligne de départ factice sur laquelle elle ne tarderait pas à le rejoindre. Le moteur de la Yahama ronflait devant lui, comme si la moto elle-même avait envie d’en découdre avec la Ducati d’Amber. Il observa la blonde prendre place à sa droite, il tendit le bras dans le vide, trois doigts ouverts bien en vue. Les deux moteurs vrombirent. D’un mouvement sec de haut en bas, il agita son bras et referma un premier doigt, puis un autre, puis le dernier dans un rythme précis pour donner le départ, et lorsqu’il abaissa son dernier doigt pour refermer totalement sa main ils démarrèrent en trombe sur le bras d’aire de repos pour gagner la route.

Erwin dut vite se rendre à l’évidence. Il avait eu tort de vouloir jouer au plus malin avec Amber ; leur guerre d’égo avait donné de l’huile au feu incontrôlable de son amie, qui semblait plus déchaînée encore que d’habitude. Son imprudence ne connaissait aucune barrière : plus il tentait d’égaler sa vitesse, plus elle repoussait les limites de son véhicule pour prendre de l’avance sur lui, et plus elle dansait avec le danger. S’il avait pu croiser son regard à travers la visière du casque, il aurait certainement lu l’exaltation dans ses yeux de glace.

Au départ, il avait pris l’ascendant sur elle. La route avait alterné lignes droites et virages, et les changements soudain de rythme semblaient lui avoir profité. Peut-être parce qu’il négociait mieux les trajectoires serrées des lacets, ou bien sa moto était-elle un brin plus dynamique. Mais dès lors que vinrent les longues portions rectilignes, Amber refit son retard sur lui et finit par le dépasser. Il avait beau tout donner, la Ducati s’échappait devant, et malgré les quelques virages qui se profilaient parfois, il lui aurait fallu prendre trop de risques pour parvenir à recoller sur elle. A un moment donné, il avait failli la coincer, l’avait doublée pendant quelques minuscules secondes, mais elle avait réussi à recouper la trajectoire en fin de virage d’une façon insensée pour mieux réaccélerer et reprendre l’avantage sur lui.  
D’ordinaire, il aurait laissé tomber l’affaire. Quand Amber avait décidé à ce point de gagner, il était vain de vouloir lutter. Erwin avait toujours été le plus prudent des deux, et préférait lui laisser le plaisir de la victoire plutôt que d’y laisser stupidement la vie. Mais il se remémora le pari, et, grinçant des dents, poussa plus loin son accélérateur tout en s’inclinant au maximum sur sa moto et se cala dans la roue de son adversaire, pour profiter au mieux du phénomène d’aspiration qui lui ferait gagner les quelques mph manquants pour la dépasser. Comme poussée dans le dos par le vent, la Yamaha eut un regain de vitesse et il débraya pour doubler. Il exultait, et eut un rire diabolique au moment où il parvint à lui passer devant. Il le savait pour y avoir déjà roulé, plus loin venaient plusieurs épingles à cheveux qui lui profiteraient à lui plus qu’à elle.
Elle était finie.

Quelques kilomètres plus tard, le sort de la blonde était scellé. Erwin l’avait coincée dans tous les virages, lui empêchant toute manoeuvre de dépassage. L’entrepreneur laissa la Yamaha décélerer jusque sur le bas-côté. Son coeur battait à tout rompre sous sa combinaison, et s’il avait le souffle-court, il souriait néanmoins de toutes ses dents. Il ne s’était pas senti autant vivre depuis un moment qui lui avait semblé trop long. Depuis que Thalia était partie, pour ainsi dire. Depuis qu’il se noyait dans l’escape-game pour fuir les noires pensées qui l’assaillaient sinon.

Il pointa un doigt moqueur sur Amber qui s’arrêtait auprès de lui. « J’ai encore gagné ! T’as beau te vanter, tout ça c’est que du flan, miss Moore ! » Il n’oubliait pas le pari. Il ôta son casque et la toisa d’un air supérieur. « Alors… » énonça t-il tout haut, réfléchissant à ce qu’il pourrait bien exiger d’elle toute une journée durant.

Spoiler:
 


Dernière édition par Erwin Sullivan le Lun 11 Jan - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Breathin' | ft. Amber Moore
Revenir en haut Aller en bas
 

Breathin' | ft. Amber Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: Archives - Empty chairs at empty tables :: archives :: rps :: rp abandonnés-