La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
Découvrez les badges, de quoi rendre votre profil encore plus personnalisé love ça se passe par ici !
Vous êtes un peu paumés ? hidebox Rendez vous sur : www.keskispass.com
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

Partagez
 

 Could it be just like the good old days ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Sujet: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 21:40
Could it be just like the good old days ?
Feat. Joëlla/Asgard & Animkii


⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝
Hey Asgard, je suis actuellement en ville et je me demandais si tu aurais envie de me voir ? Si oui, peux-tu venir me rejoindre au 5-9 48 Avenue, #8J, Long Island City, New York. Si tu veux pas ou ne peut pas, je peux totalement comprendre.

Je me suis enfin décidé à lui écrire, lui faire part de ma présence à New York. Il a raison, lui parler de la situation actuelle pourrait être bien. Bon, j'ai pas encore trouvé comment ça va aider, mais j'imagine que je vais le découvrir en le faisant. En attendant, j'allume la télé pour installer un fond sonore. Bon, je le sélectionne bien mon fond puisque que je décide de mettre un dvd des premières fois de Matteo, mon fils. Ses premiers pas, ses premiers mots. C'est si adorables, mais étrangement, ça m'amène une certaine tristesse. Pourquoi suis-je au pris avec ce pessimisme si envahissant ? J'y suis arrivé une fois, alors pourquoi suis-je si convaincu que cette fois non ? Ça doit être question de circonstances et de fatigue. Ça doit être ça, parce que c'est pas moi ça. Le négatif ça ne me ressemble pas.! Mais c'est plus fort que moi en ce moment.

Dans un besoin de réconfort dans ma solitude, je me lève et traîne les pattes jusqu'à la chambre. Je fouille dans le placard de Jonathan pour lui voler son hoodie des Capitals que j'enfile aussitôt. Déjà de base, il est plus grand et plus bâti que moi, mais en plus, avec ma perte de poids récente, je ne fais qu'encore plus flotter dans son linge. Mais je m'en fou, c'est juste encore plus confortable ! Je retourne m'étaler sur le divan pour visionner ces vidéos que j'ai choisi. Ça détend malgré tout. Un peu trop d'ailleurs, puisque je sens l'éternelle fatigue me rattraper. Je reprends donc mon portable pour réécrire à Jo. Hey, si jamais tu n'as pas de réponse en arrivant, le code pour entrer est le 47837. Te gênes pas d'entrer.! Je me connais assez bien, je sais que ce n'est qu'une question de minutes avant que je me rendorme, je sens déjà Morphée s'en reprendre à moi alors mieux vaut prévenir que guérir, non ?
⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝



PIVETTE


Dernière édition par Animkii Doyle le Jeu 12 Aoû - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 22:07
Hey Asgard, je suis actuellement en ville et je me demandais si tu aurais envie de me voir ? Si oui, peux-tu venir me rejoindre au 5-9 48 Avenue, #8J, Long Island City, New York. Si tu veux pas ou ne peut pas, je peux totalement comprendre.

C’est ce SMS qui m’a décidé d’arrêter mon marathon de Loki pour aujourd’hui. Au plus grand désarroi de Livie. Elle aurait bien voulu continuer à regarder la série puisqu’elle adore Loki, mais… Anim est à New-York et il veut nous voir alors je ne manquerais pas cette chance ! Surtout qu’il a été placé sur la liste des blessés à long terme et ça m’inquiète. Je n’aime pas le savoir blesser. En fait, on est même le savoir blesser. Oui, je suis sa meilleure amie, mais il est proche des autres alters. Peut-être moins de Freya, mais quand même. Ça va tous nous rassurer de le voir en vrai. Lorsque Livie comprend qu’elle va pouvoir voir Anim, elle retrouve sa bonne humeur d’enfant, ce qui me donne l’énergie de bouger de chez moi à la fin de l’épisode. Nikita a front toute la journée hier jusqu’à quelque part dans la nuit et j’en ressens encore les vestige alors sa bonne humeur et son énergie enfantine me fait bien du bien.

Après un trajet qui m’a paru plutôt long puisque Livie ne faisait qu’être exister par le fait de revoir Anim, le taxi s’arrête en bas de l’immeuble de mon meilleur ami. Oui, j’ai pris un taxi puisque je ne voulais pas prendre de chance de prendre le volant avec Livie en co-front, c’est bien plus prudent. En plus, je sens qu’elle prend de plus en plus de place depuis le textos, donc j’ai très bien fait. Bref, pendant le trajet, je reçois un autre sms de Nim qui m’inquiète un peu plus. Si je n’ai pas de réponse ? J’essaie de me convaincre que c’est juste parce qu’il sera sous la douche. Y’a rien à craindre hein ? Ou ses déplacements sont plus lents qu’à l’habitude à cause de sa blessure. C’est logique non ? Une fois devant les portes de l’immeuble, je sonne une première fois et, sans réponse, je prends une grande respiration avant de faire le code. Il n’y a pas de catastrophe. Ce n’est rien. Il a peut-être simplement décidé de prendre une douche puisque je n’ai pas pensé lui répondre avant de venir. Je rentre donc, comme il me la dit.

- Anim ? C’est nous.

Dis-je sans crier, mais sans chuchoter non plus. Juste d’une voix normale qui sonne un peu plus enfantine puisque Livie et moi partageons également le front présentement. Après avoir enlever mes sandales, je m’avance dans l’appartement silencieux en dehors de la télé où défilait des vidéos de Nim avec son fils. Un sourire attendrit se dessine sur mes lèvres avant que je détourne le regard pour voir Animkii endormi sur son canapé dans un hoodie des Capitals bien trop grand pour lui.

Joëlla et Animkii sont autour d’un feu, dans les bras l’un de l’autre, entourer d’amis. Sentant frissonner Jo’, Anim lui donne son hoodies des Islanders qu’elle enfile sans hésiter, même si elle flotte dedans.

Joëlla se met sur la pointe des pieds pour embrasser Anim’ pour lui voler sa casquette des Islanders avant de courir en riant à l’opposer de lui.


Je fronce les sourcils lorsque que ces souvenirs me reviennent en tête sous forme de flash, si on peut appeler ça un souvenir puisque je n’ai aucun souvenir d’avoir vécu ça. Pourtant, j’ai la certitude que c’était moi qui étais en front dans ces moments-là. Que c’était moi qui ai vécu ces moments-là et que ce n’était aucun autre alter. Mais… pourquoi ? Oui, je suis proche de Nim, mais pas à ce point. C’est mon meilleur ami, ce n’est pas mon copain et ça ne l’ait jamais été non plus. C’est vraiment trop étrange. J’ai besoin d’un café ou quelque chose pour me remettre de ces images. Pourtant, en repensant à Anim et moi s’embrassant, j’ai une vague de nostalgie qui m’envahit. Et cette image n’arrête pas de tourner en boucle dans ma tête. Je suis presque à supplier Livie de me changer les idées. De faire en sorte que ces images arrêtent de tourner en boucle dans ma tête. Je termine les cafés et retourne au salon où je dépose les tasses sur la table basse. Puis, je m’accroupis devant Anim et lui caresse les cheveux en l’appelant pour qu’il se réveille en douceur malgré une Livie qui voudrait un réveil bien plus efficace, digne d’un enfant de 7 ans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 22:12
Could it be just like the good old days ?
Feat. Joëlla/Asgard & Animkii


⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝
Un sourire aux lèvres, je regarde Mikkie jouer avec Joëlla dans la piscine. Les deux semblent tant s’amuser ensemble. Elles ont une complicité sans égale à un point où c’en est tellement beau à voir. Elles ont du plaisir, ça c’est sûr ! Je fini par baisser les yeux vers Matteo qui me regarde de ses grands yeux bleus plein de fascination. C’est la première fois qu’il met les pieds dans la piscine comme ça et il me semble plutôt incertain de ce qu’il en pense. Je ne peux m’empêcher de rire lorsqu’il me fait des gros yeux aussitôt que j’avance de façon à ce qu’il ait de l’eau jusqu’au ventre. Sa tête se baisse vers celle-ci et il donne deux ou trois tape dans l’eau. Les goulettes qui vont partout le font un peu sursauter, mais il passe rapidement au-delà de la surprise pour laisser place au pure bonheur. Juste le voir ainsi, mon coeur est comblé de cuteness. Un soupire de contentement se faufile entre mes lèvres alors que je reporte mon regard sur ma femme, un sourire collé sur le visage. Anim ? Je penche légèrement la tête sur le côté en entendant sa voix, mais ne la voyant soudainement nul part. Je promène mon regard autour de moi, cherchant où Joëlla et les enfants sont rendu, mais je n’y vois rien. La panique veut s’emparer de moi, mais la seule émotion qui m’atteint est la tristesse. Tout est sombre, tout est froid. Je suis seul avec moi-même. Elle a disparue, ils ont disparus. Je me retrouve de nouveau avec plus rien. J’ai envie de crier, de fuir, d’essayer de trouver une issue, mais je suis paralysé, je n’arrive plus à faire quoi que ce soit. Anim.? J’ai l’impression de sentir sa voix me transpercer violemment et je n’y comprend rien. Anim

J’ouvre finalement les yeux en frissonnant violemment, comme dans un dur retour à la réalité. Je regarde devant moi et y devine une silhouette, mais sans pouvoir vraiment qui est là, les larmes obstruant ma vision. Je reste un moment immobile et silencieux à essayer de retrouver mes esprits. J’étais encore parti trop loin et encore un fois, j’ai de la misère à comprendre ce qui est réalité et ce qui ne l’est pas. Je fini par pousser un long soupir qui se fait entendre dans un léger sifflement qui vient de ma gorge avant de me redresser pour être assis. Au moins j’ai la chance que ça ne fasse pas mal, pour le moment. Je frotte mes yeux pour y chasser la fatigue et les larmes et porte à nouveau mon regard sur la personne présente en ce moment. Un petit sourire se trace sur mes lèvres alors que je vois qu’il s’agit de Joëlla. Je peux sentir mon coeur faire des siennes alors que mon cerveau a envie de croire que cette première partie du rêve était réelle, qu’elle est là, avec moi pour vrai. Je mordille ma lèvre inférieur, j’aurais envie d’y croire, ça serait trop beau, mais je me réveille assez vite pour me rappeler que c’est loin d’être la réalité. Du coup, mon sourire disparait aussi vite qu’il est arrivé. Ce que je suis mauvais pour cacher ce que je ressens en ce moment. Je secoue doucement la tête pour me replacer les idées et porte finalement toute mon attention sur elle.

Hey salut.. Ça fait longtemps que vous êtes arrivés.?

Je ne suis pas capable de dire si je me suis réveillé aussitôt qu’elle est arrivée ou si plusieurs minutes se sont écoulées depuis. Quand je la regarde, j’ai envie de me rendormir, retourner dans se beau rêve que j’avais à la base. M’évader de la réalité cruelle pour pouvoir vivre dans un petit coin de paradis… Mais je ne peux pas, je sais bien que c’est pas comme ça que ça marche. Une soudaine odeur de café atteint finalement mon nez et me fait regarder vers la table basse. Ce que ça serait bon, mais je vois bien qu’il est encore chaud, beaucoup trop chaud. Je me décide donc enfin à me lever du divan pour prendre l’une des deux tasses, oui j’assume qu’il y en a une pour moi et non deux à elle seule. Je l’amène jusqu’à la cuisine pour la ranger dans le frigo, question qu’elle refroidisse plus vite. Je me retourne pour faire face au salon et donc à Elle, et je m’appuie contre le comptoir de l’îlot de cuisine. Faut que je trouve quelque chose à dire…

Ça n’a pas été trop dur de trouver la place ?
⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝



PIVETTE


Dernière édition par Animkii Doyle le Jeu 12 Aoû - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 22:14
Je l’appelle quelques fois en lui caressant les cheveux pour le réveiller en douceur, comme une vieille habitude qui me perturbe lorsqu’il se réveille. Pourquoi j’ai l’impression que c’est une habitude ? Pourquoi c’est si bizarre depuis que je suis rentrée ici ? Même Livie est perdue face à tout ça et ça l’angoisse. Je secoue la tête pour nous remettre les idées en place. On doit surement avoir eu l’habitude de le réveiller comme ça avant qu’il ne quitte New-York pour Washington et, comme les amnésies sont parties courantes de notre vie, on ne s’en souvient pas vraiment. C’est son soupire mélanger d’un sifflement qui me ramène à l’instant présent. Je relève donc rapidement la tête vers lui, les sourcils froncés. Ça nous rappelle vraiment de très mauvais souvenirs, mais je me dis que c’est nous et notre tendance à dramatiser le tout qui s’invente les pires scénarios qui puissent. Hypothèse qui se renforci en voyant son sourire auquel on répond avant qu’elle ne s’effrite un peu lorsque Anim perd son sourire. Qu’est-ce qui se passe ? On garde tout de même notre sourire puisque Livie est là et qu’elle est trop heureuse de le voir, comme à chaque fois.

- Salut. Juste assez longtemps pour avoir fouiller un peu partout déjà et te réveiller.

Dis-je d’une voix un peu plus enfantine que d’habitude qui devrait lui mettre la puce à l’oreille pour savoir que Livie est là elle aussi. Et aussi, je donne un léger coup de tête vers les tasses sur la table basse où je suis appuyée avant que je me redresse pour m’assoir sur le canapé à ses côtés. Le voyant se lever avec la tasse de café, je fronce les sourcils ne comprenant pas pourquoi et me mets même un peu à bouder à cause de Livie qui pense qu’il n’aime pas notre café. Elle est un peu rassurée de voir qu’il le met simplement dans le frigo, pourtant elle boude toujours un peu.

- Non, ça n’a pas été difficile puisqu’on est venu en taxi. Avec Livie en front, je voulais pas prendre de risque.

Lui expliqué-je avec un petit sourire. S’il ne l’avait pas compris, maintenant il peut être sûr de la présence de Livie.

- Et toi ça va ?

Ne puis-je pas m’empêcher de demander, bien trop inquiète par ce sifflement et par le fait qu’il a mis son café au frigo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 22:14
Could it be just like the good old days ?
Feat. Joëlla/Asgard & Animkii


⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝
Je ne peux m’empêcher de me sentir mal de réagir de la sorte en sa présence. Après tout, ce n’est pas sa faute si les choses sont telles qu’elles sont, c’est encore moins sa faute si je ne suis pas foutu de passer à autre chose. Je sais que d’un sens, c’est pas vraiment ma faute non plus, on ne décide tout de même pas comment on réagit à ce genre d’événement. Honnêtement, si j’avais pu tout oublié comme elle, oublié ces pertes qui me brisent le coeur de la sorte, je crois que ça aurait été merveilleux. Mais bon, ça ne fonctionne pas pour tous. J’ai essayé d’oublié, à ma manière, mais tout ce que j’ai réussi à faire, c’est frôler la mort et détruire ma santé petit à petit. Comme quoi la vie est parfois injuste. Mais malgré tout, je dois me compter chanceux qu’elle soit toujours dans ma vie. Après tout, elle aurait pu complètement m’oublier et continuer sa vie sans moi.! Quoi que selon Jamie, ça aurait été plus simple de faire le deuil si elle n’était tout simplement plus là, mais je ne le saurai jamais. Il y a bien des choses qui resteront mystère par mon incapacité à changer ma vie, donc une de plus ou de moins, ça fait quoi ? Rien. En entendant réellement sa voix pour la première fois depuis son arrivé, je ne peux qu’être attendri par ce ton enfantin qui se faufile dans sa voix. Livie n’est pas loin, ça c’est certain. Elle a toujours eu le don d’amener la bonne humeur, à mon opinion. Jeune et pleine de vie, quoi demander de plus ?

Content de voir que tu ne te gènes pas pour faire comme chez toi alors.

J’essaie de sonner aussi jovial et accueillant que je peux l’être en ce moment. C’est dur, mais je crois réussir à sonner un minimum crédible. À peine est-elle assise à mes côtés que je me lève. Non, ce n’est pas que je ne veux pas être proche d’elle, je n’ai simplement pas envie d’attendre cent ans avant de pouvoir boire. Et pourtant, je reste dans la cuisine, à distance. Elle pourrait peut-être bien croire que j’ai pas envie de proximité, mais j’ai simplement besoin de prendre un moment pour respirer et réellement me remettre les idées en place. Et en même temps, si je me rassis, vais-je avoir la motivation de me relever pour reprendre mon café ? J’en profite donc pour la question sur la difficulté pour revenir. En taxi, c’est sur que ce n’est pas trop dur se rendre dans ce cas. Elle vient en même temps confirmé ce que je pensais, soit que Livie est aussi présente. J’hoche la tête d’ailleurs pour acquiescer le fait que c’était une bonne idée de ne pas conduire. Elle vient ensuite me frapper avec sa question. Ah oui, c’est vrai, c’est un peu pour ça que je lui ai demandé de venir… Je passe une main dans mes cheveux pour les envoyer vers l’arrière et mets le capuchon, les empêchant ainsi de revenir dans mon visage. J’ai peut-être aussi espoir de cacher  Je la regarde avec son inquiétude quelque peu visible dans son expression. J’ai cette impression qu’au fond d’elle, elle se doute de ce qu’il se passe, mais j’ai peut-être tord. Je fini par décidé de retourner m’asseoir à ses côtés, au pire je lui demanderai pour mon breuvage plus tard. Je m’assis de façon à être face à elle, en indien sur le divan.

Je te le cacherai pas, ma santé est pas à son meilleur en ce moment. Mais ça, j’crois que tu t’en doutes déjà, non ?

Moi qui trouvait que c’était dur de le dire à ma mère par téléphone, finalement en face à face c’est pas bien plus facile.. Au moins, par téléphone, je peux cacher le visuel qui laisse voir que je suis vidé, à bout émotionnellement. Je peux facilement caché l’inquiétude qui me ronge. Mais en face à face comme ça, c’est plus difficile. Je soupire de nouveau, bon après, ma voix à elle seule peut tout indiquer. Elle est faible et tremblante, pleine d’émotion et de douleur, sans compter le fait qu’elle commence à se faire plus rauque et pourtant plus effacée. Je baisse le regard alors que je joue avec les manche du hoodie qui englobent mes mains si facilement. Je me sens presque comme un gamin en ce moment, terrifié et incapable de mettre des mots sur le fil de mes pensées. Je suis malheureusement de nouveau figé, incapable de reprendre la parole. On dirait limite que j’ai oublié comment parler. Je ne sais pas quoi dire, comment le dire. Je ne sais juste pas. Je sais juste que même si j’essaie de me forcer, me pousser à lui dire, je ne fais que réussir à me faire légèrement trembler. On pourrait presque croire que j’ai froid. Ce qui est un peu le cas, mais c’est aussi beaucoup de stresse qui se manifeste. Franchement Anim, c’est pas la première fois que tu as à en parler, pourquoi t’as autant de misère cette fois..?
⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝



PIVETTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 22:15
Je souris amuser à ses paroles. Je me suis toujours senti comme chez moi lorsque j’étais sous son toit alors je ne vois pas pourquoi ça changerait aujourd’hui.

- Tu m’as toujours dit de faire comme chez moi lorsque je venais chez toi et j’avais… j’avais besoin de quelque chose pour passer des sensations bizarres et j’ai trouvé le café en premier.

Un petit rire enfantin se fait attendre entre mes lèvres alors que je prends place sur le divan à ses côtés. Rire qui s’éteint rapidement lorsqu’il se lève aussitôt en amenant sa tasse. Livie se trouve à bouder en croyant qu’il ne voulait pas du café qu’on lui a fait et, moi, je me sens vexée qu’il se lève comme ça et qu’il reste dans l’autre pièce. Oui, bon, la cuisine est ouverte sur le salon, mais quand même. C’est un peu moins pire lorsqu’on comprend que c’était simplement pour mettre son café dans le frigo, mais moi je reste vexer par le fait qu’il ne revienne pas s’assoir sur le canapé.

J’enchaine tout de même en lui répondant que ce ne fut pas difficile puisque j’étais venue en taxi. J’ai déjà switch avec Livie pour tomber en co-front avec elle alors que j’étais au volant de ma voiture et ça avait été les quelques minutes les plus longues de ma vie avant d’arriver chez moi. Je n’ai jamais eu autant de difficulté à conduire que cette fois-là. En même temps, normal quand on contrôle le corps avec un alter de 7 ans. Depuis ce jour, lorsque je sais que Livie est là ou qu’elle pourrait front pendant le trajet, je ne prends pas ma voiture. Bien plus sécuritaire pour nous et tous les autres usagers de la route. Et j’évite ainsi une migraine puisque je vais avoir résister au switch.

Je ne reste pas longtemps sur ce silence puisque je le relance directement sur son état. Le regardant attentivement, je vois bien qu’il est très fatigué, mais pas que physiquement. Je peux très bien reconnaître cet état de fatigue puisque Nikita s’y retrouve régulièrement. Mais, ce qui m’inquiète encore plus, c’est sa voix si différente de d’habitude, sauf à une époque. La pire époque. Elle n’est pas joyeuse comme elle est supposée l’être. Non. Elle est faible, tremblante et rauque en plus d’être légèrement effacé. De mauvais souvenir me remonte en mémoire, comme mes larmes qui me montent aux yeux. Non, je ne veux pas avoir compris. Une si grande tristesse m’envahit alors que je l’écoute me dire que sa santé n’est pas à son meilleur en ce moment, ce qui fait redoubler les larmes dans mes yeux. Et le fait qu’il ne réussit à dire rien d’autre me donne l’effet que ça confirme ce que je commence à penser.

- Non… Je veux pas… Dis moi qu’il n’est pas revenu s’il te plait… Je t’en supplie..!

Le supplié-je d’une voix brisée par les sanglots que je retiens alors que je joue avec mon annulaire de ma main gauche. J’ai l’impression que mon cœur tombe en morceau au fond de ma poitrine. J’ai l’impression que je vais dissocier à tout moment, mais je n’ai pas envie. Je veux rester totalement là pour mon meilleur ami. Et juste penser ce mot en parlant d’Anim me donne une sensation trop bizarre que je mets de côtés alors que je me lance dans ses bras pour le serrer dans mes bras alors que je cale mon visage dans son cou que je trempe avec les quelques larmes qui franchissent la barrière.

- On va le combattre encore et on va encore gagner…

Murmuré-je contre son cou d’une petite voix qu’on pourrait associer à un enfant qui a peur de perdre un être cher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 22:17
Could it be just like the good old days ?
Feat. Joëlla/Asgard & Animkii


⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝
Je hoche la tête à ce qu’elle me répond à propos de faire comme chez elle. Bon, après, elle a toujours été chez elle en étant chez moi, mais ce sera un détail qu’on va passer. Dieu que j’aimerais revenir sur mon message, ne pas être ici dans cette situation en ce moment. Oui, j’ai un soudain regret qui me gruge de l’intérieur. Pourquoi ai-je écouté Nate ? J’étais définitivement pas prêt à faire face à tout ça en même temps, c’est trop pour moi… L’avoir devant moi comme ça, voir sa réaction alors qu’elle assimile ce que je lui dit et ce que je n’arrive pas à dire… Ce regard, cet expression, ses larmes.. Je ferme les yeux au son de sa voix alors qu’elle me laisse savoir qu’elle a compris de quoi je parle, qu’elle se souvient de la première fois. Je mord ma lèvre plus fortement que je ne le voudrais alors que je dois me retenir pour ne pas parler. Les seuls mots qui ont envie de sortir seraient plus des reproches que des paroles constructive. Pourquoi tu te souviens de ça de notre passé, mais que tu ne peux pas te souvenir du reste ? Pourquoi la vie est-elle aussi injuste.? J’ai l’impression de revivre le même moment qu’il y a déjà plusieurs années, mais c’est comme s’il manquait un morceau dans cette histoire.

Lorsqu’elle se jète dans mes bras, ça vient m’achever. J’ai envie de passer mes bras autours d’elle, de la serrer contre moi. J’aurais envie de la consoler, de lui dire que ça va bien aller, mais je n’y arrive même pas. Non, tout ce que j’arrive à faire au final, c’est de pleurer tout mon soûl. Ça, je n’arrive pas à le retenir. J’ai le menton appuyé sur son épaule, le regard fixé droit devant. J’arrive même pas à bouger autre que par les tremblements causés par les sanglots. On… La manière qu’elle le dit, On va le combattre encore Ses paroles me frappent avec une force immense. Si seulement… Si seulement ça pouvait être comme avant... Je réussi finalement à bouger, passer les bras autour d’elle, poser les mains dans son dos et agripper son haut. J’arrive pas à me retenir, j’ai comme ce besoin de m’agripper à quelque chose, à la réalité, aussi cruelle soit-elle. J’ai envie de la croire, que ça va aller et que je vais pouvoir le surmonter, mais en même temps, j’ai peur d’avoir espoir. Parce qu’espérer et voir l’échec, ça fait encore plus mal que d’accepter la réalité.

J’aimerais tellement te croire… J’ai toutes les raisons du monde de vouloir me battre.. Mais j’ai peur de ne pas en avoir la force… Je ne veux pas mourir, mais vivre fait tellement mal…

Cette dernière phrase, je la regrette aussitôt qu’elle est prononcée. Je ne peux pas lui expliquer pourquoi, je n’ai aucun droit de lui infliger ça…
⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝



PIVETTE


Dernière édition par Animkii Doyle le Jeu 12 Aoû - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 22:17
Je suis dans ses bras et je m’y sens bien malgré la raison qui m’a poussé à me jeter dans ses bras. Je me suis toujours sentie bien dans ceux-ci. Pourtant, cette fois-ci… il ne me serre pas dans les siens et ça me serre le cœur. Je me doute bien qu’apprendre le retour de son cancer 7 ans après avoir appris qu’il était en rémission, puis qu’il était guéri peu le chambouler énormément, mais quand même… Je n’ai pas l’habitude qu’il ne me retourne pas les câlins. Je n’ose même pas m’imaginer tout ce que ça implique pour lui cette rechute. Il a deux enfants maintenant. Il a sa carrière de hockey ! Je comprends soudainement sa « blessure » qui a fait en sorte qu’il se trouve sur la liste des blessés à long terme. Je le serre un peu plus fort à ces pensées et lorsqu’il me serre enfin dans ses bras. Le sentir et l’entendre sangloter autant contre moi, ça me brise le cœur. Je me sens si impuissante en ce moment. Qu’est-ce que je pourrais dire et faire de plus pour lui ? Honnêtement, je ne vois vraiment pas. Je finis par déposer un baiser dans son cou à ses paroles. Ses enfants vont lui donner la force de se battre une deuxième fois. Sa famille aussi. Son équipe. Et même moi. Je ne le lâcherais plus maintenant pour qu’il ne passe pas une journée sans croire qu’il pourra réussir. Le cours de mes pensées remplies d’espoir s’arrête d’un coup à ses paroles. « Vivre fait tellement mal »? Je me recule pour le regarder les sourcils froncés. Pourquoi il dit ça ?

- Tes enfants vont te donner la force de continuer à te battre. Tu vas revenir sur la glace en un rien de temps et la douleur que tu ressens va disparaître vite. Je pourrais t’accompagner à chacun de tes rendez-vous, on pourra même. Je suis sûr que ça dérangerait aucun alter. On pourra même venir chaque jour pour t’aider avec le ménage et la bouffe pour que tu t’alimentes comme il faut et que tu ne te fatigues pas plus que ça.

Lui dis-je en essuyant avec mes pouces ses larmes sur ses joues un petit sourire rempli d’espoir sur les lèvres. Puis, je viens lui planter un baiser sur sa joue. Je viens me caller contre lui, mes jambes repliées contre les siennes et ma tête sur son épaule.

- Ce n’est qu’une mauvaise passe que tu vas surmonter haut la main puisque tu vas être bien entourer avec pleins de soutiens.

Je parles doucement en venant prendre sa main dans la mienne pour caresser le dos de celle-ci avec mon pouce.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 9 Aoû - 23:36
Could it be just like the good old days ?
Feat. Joëlla/Asgard & Animkii


⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝
Je ne sais plus quoi penser. Il y a tellement de choses qui me traversent l’esprit en même temps que je peux en sentir une migraine pointer le bout de son nez. Et d’être ainsi dans ses bras, c’est loin de m’aider. Autant que je m’y sens bien et que j’y resterais éternellement que là, j’ai envie d’en fuir. Mais bon, même si je voulais fuir, je n’y arriverais même pas. Je n’ai pas la force ni le total désir de. Alors tout ce que j’arrive à faire c’est de me laisser aller à mes émotions, autant dans les gestes que la parole. Et encore là, je n’ai aucun contrôle sur ceux-ci. Tout sort tout seul. En même temps, ça a en quelque sorte besoin de sortir. Ces choses que je garde en moi depuis trop longtemps, sauf si ce n’est qu’avec Nathan. Des choses que j’extériorise le moins possible, car je sais que ça me fait perdre le contrôle de ma personne. Ce genre de moments, comme là, maintenant, qui ne font que me faire sentir vulnérable… Je déteste me sentir comme ça et c’est pour ça que j’ai fuit à Washington. Quand je suis en sa présence, je perds mes moyens, intérieurement certes, mais chaque fois je ressens une faiblesse. Je me demande bien si un jour, ça ira de ce côté, mais j’ai tant de doute. Et encore là, lorsqu’elle dépose un baiser à mon cou, une ancienne habitude qu’elle avait et qui réussi à me perturber à ce moment précis. Je ferme les yeux en mordant ma lèvre lorsqu’elle se recule. Je sais qu’elle me regarde, mais on dirait que je n’ose même pas en faire autant, puisque quand je les ouvre, c’est pour regarder mes mains de nouveau. J’écoute ces encouragements qu’elle me lance, puis ces propositions. Je soupire brièvement en y pensant, mais je me dis à quoi bon la déranger quand j’ai Nathan pour m’aider. Après tout, il a quand-même mis sa vie en pause pour venir avec moi et prendre soin de moi. Alors après un moment de réflexion, je fini par me décider sur quoi lui répondre.

C’est bien gentil de ta part de vous proposer comme ça, mais… Je suis pas seul. Nathan est venu habiter avec moi, donc je me retrouve pas trop seul. Mais je ne dirai pas non pour la bouffe par contre, Frigg et toi en faites de la très bonne. Mais bon, t’es pas dans l’obligation non plus.

Je lève finalement les yeux vers son visage lorsque je la sens s’attaquer à mes larmes. Ce sourire qu’elle m’offre… L’espoir qu’elle a, j’aimerais qu’elle m’en partage une partie, ça me ferait tant de bien. Sans que j’aie le temps de m’en rendre compte, un rire plutôt ironique, voir même légèrement sombre. Une mauvaise passe. J’ai l’impression d’être dans une mauvaise passe depuis sept ans déjà.. Malgré tout, je passe un bras autour d’elle pour la serrer que légèrement. J’appuie ma tête contre la sienne. J’hésite par contre à serrer sa main, mon cœur défaillant un brin déjà en sentant Jo la prendre dans la sienne, alors je laisse les choses ainsi.

J’imagine que t’as raison.. Désolé, j’ai vraiment pas l’esprit positif aujourd’hui… J’aurais peut-être dû t’inviter un autre jour…
⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝



PIVETTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 16 Aoû - 3:10
Est-ce moi qui a espoir que Anim s’en sorte encore cette fois ? Ou c’est un espoir d’enfant que Livie me fait ressentir ? Je n’en sais rien, mais pourtant je me raccroche à cet espoir. On ne peut pas baisser les bras déjà. Il faut se battre ! Et si Anim n’y arrive plus, on va l’aider. Que ce soit avec de l’espoir d’adulte ou d’enfant, on va être là pour le soutenir lorsqu’il n’arrivera plus à le faire seul. Chacun des alters qui forment Asgard adorent Anim. Il a la même énergie que Nana et Livie. Il est capable de se lâcher comme Freya. Il sait être sérieux lorsque le moment le demande comme Frigg. Et il sait être à l’écoute ou juste être présent lorsque c’est Nikita qui est au front. Et moi, c’est mon meilleur ami depuis aussi longtemps que je m’en souviens. Il a su être là pour moi à la mort de mes parents et n’a jamais rien dit de péjoratif ou fait de commentaire négatif sur mon trouble. Et c’est tellement rare de rencontrer quelqu’un comme ça que je ne veux pas le perdre. Je l’aime tellement que je ferais tout pour l’aider à vaincre se fichu cancer qui lui pourri la vie encore une fois. Toute cette bonne volonté qui grandit en moi à l’idée d’être à nouveau physiquement présente dans la vie de mon meilleur ami se voit se fissurer aux paroles de ce dernier. Alors Jonathan est avec lui. Je suis un peu déçue à cette nouvelle puisque, comme il l’a dit, il n’aura pas besoin de moi. Du moins, pas autant que je le voudrais. Malgré un fraction de secondes où je perds le sourire, je le retrouve aussi vite. Pas question d’en rajouter avec ce petit état d’âme. Il veut tout de même de notre aide, donc c’est correct.

- Il se passe quoi pour sa saison de hockey alors..? Compte sur nous, on va te faire pleins de petits plats avec grand plaisir ! Et même pour Jonathan. On pourrait venir ici pour cuisiner, comme ça on pourra passer un peu de temps ensemble pour parler ou peu importe quoi d’autre et j’aurais pas à transporter pleins de plats jusqu’à chez toi.

J’essuie ses joues de mes pouces, un doux sourire sur les lèvres. Je ferais vraiment tout pour lui. En dehors de mes frères, il est très certainement la personne la plus importante pour moi. Pour nous. Bien vite, mon sourire s’affaiblit et mes sourcils se froncent à son rire ironique. Pourquoi il rit de la sorte ? Qu’est-ce que j’ai dis ? Qu’est-ce que je ne sais pas ? Il ne croit pas en ses chances de réussir à vaincre une deuxième fois le cancer ? J’y crois pour deux alors. Malgré tout, je me colle contre lui puisqu’il m’a manqué. Ses câlins m’ont manqué. C’est bien beau s’écrire et se téléphoner chaque jour, mais ce n’est rien à pouvoir le voir en vrai et pouvoir à nouveau avoir ses câlins. Je caresse le dessus de sa main de mon pouce en l’écoutant, puis dépose à nouveau un baiser sur sa joue avant de me replacer contre lui.

- Je suis ta meilleure amie alors je serais une très mauvaise meilleure amie de n’être présente pour toi que lors de tes bons jours. Je veux, on veut être là pour toi autant dans les bons que les mauvais jour Anim.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Lun 16 Aoû - 4:42
Could it be just like the good old days ?
Feat. Joëlla/Asgard & Animkii


⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝
Elle a beau faire mine d’être heureuse, je peux voir le court instant où son sourire disparait. Je me sens presque mal de refuser son aide, mais en même temps, avec Nathan, je n’ai pas cette impression d’être au bord du gouffre. Avec lui, je suis bien, je n’ai pas peur de m’effondrer à tout moment et si ça arrive, je sais qu’il me rattrapera et m’aidera à remontrer la pente comme il l’a si souvent fait. Je soupire silencieusement en y repensant. C’est si compliqué la vie parfois. Je la regarde un moment en écoutant ce qu’elle me répond.

Il a renoncé à la fin des séries pour venir avec moi.. Mais là, on a été éliminé alors ça va, il est en vacances de toute façon…

Je lui fais un petit sourire lorsqu'elle parle de faire pleins de petits plats pour Nate et moi. Je hoche doucement la tête en guise de réponse à sa proposition. Je ne vois pas de raison pour laquelle ça ne fonctionnerait pas. Ne pas avoir à cuisiner, quoi de mieux ? J'ai presque un brin de bonheur, jusqu'à ce qu'elle ne me dise que ce n'est qu'une mauvaise passe. Alors là, c'est plus fort que moi, ma réaction sort d'elle-même. Prétendre que tout va bien, j'y arrive pas. Je n'arrive même pas à prétendre que ce qu'elle me dit me touche, me fait plaisir à entendre. C'est plus fort que moi, je la relâche. L'entendre dire qu'elle est ma meilleure amie, on dirait que ça brise tous mes espoirs que les choses reviennent comme avant. Je sais, c'est vraiment con de s'accrocher à un tel espoir après toutes ces années, je devrais me faire à l'idée et juste passer à autre chose. Que m'éloigner aurait aidé. Mais non, il faut croire que je suis trop stupide pour ça. Il aurait sûrement fallut que je coupe totalement les ponds avec elle plutôt que de rester en contact..

Certes…

Je ne trouve rien de plus à dire. Je la repousse, doucement, car de un, je n'ai pas de force et de deux, elle ne mérite pas d'être brusqué, pour ensuite me lever. Je me dirige vers la cuisine allant m'emparer de ma tasse qui refroidie dans le frigo. Lorsque je me retourne pour vouloir aller vers le salon, un étourdissement m'agresse au point de m'en faire perdre l'équilibre. La tasse me glisse des mains pour aller s'éclater sur le plancher alors j'essaie de me rattraper au comptoir, mais en vain. Avec chance, je réussi à éviter de me cogner la tête sur le coin du meuble, de justesse, mais quand même. Je me redresse pour être au moins assis à côté de mon dégât.

FUCK !

Que je laisse sortir d'un volume qui vient me brûler la gorge dans un mélange de frustration et un peu aussi dans le mal puisque dans un réflexe des plus con, je viens enfoncer un ou deux coups de poing dans le mur devant moi. Oui, malheureusement, lorsque j'ai un moindrement trop plein de colère, j'ai besoin de frapper et souvent, c'est le mur qui écope. J'ai bien beau avoir un punching bag, j'ai souvent dû arranger mes murs parce qu'ils étaient plus à porter de poing que le sac. Je me tourne ensuite dos audit mur pour m'appuyer contre ce dernier en regardant de nouveau mon bordel.

J’te jure que j’avais envie d’y goûter…

Je redresse la tête pour la regarder, les larmes étant déjà remontées à la surface. Ce n'est même pas à cause de la situation en soit, mais bien plus parce que j'ai vraiment envie d'un café froid. Je la regarde avec cet air d'un enfant qui vient de voir sa boule de crème glacée tomber au sol. Puis je regarde de nouveau le café par terre. Je prends une bonne inspiration en me retenant pour ne pas pleurer à cause d'un café. Ça pourrait au moins être à cause du fait que j'en ai marre, ou limite parce que je viens de briser une tasse, non ?

Je peux en ravoir un..? S’il te plaie…
⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝



PIVETTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Jeu 2 Sep - 22:45
Je dois avouer que je suis légèrement surprise d’apprendre que Jonathan a renoncé à la fin des séries par lui-même pour rester auprès d’Anim. Ils sont si proches que ça ? Et pourquoi je ressens cette pointe de jalousie grossir en moi en prenant conscience de l’importance que Nathan a dans la vie d’Anim ? Je n’ai pas de souvenirs d’avoir été jalouse, voire limite d’avoir peur de perdre ma place dans sa vie depuis que je connais Anim. Et pourquoi je voudrais simplement me coller plus contre lui, ne pas le lâcher et simplement rester dans ses bras ? Pourquoi la présence de Nath dans la vie d’Anim, mais surtout de savoir qu’ils partagent le même appartement me dérange autant ? Aaaah ! Trop de questions qui sortent de je ne sais où ! Tout ça pour dire que je suis surprise d’apprendre que Nathan a renoncé à jouer en série pour rester avec Anim. Je n’ai jamais vu un joueur renoncer à jouer en playoff. En revanche, j’en ai vu plus d’un être déçu d’être mis de côté lorsque les séries arrivaient. Alors c’est un grand sacrifice, selon moi, que Nath a fait et putain que ça me dérange ! Mais pourquoi, bordel ? Malgré tout ça, je fais de mon mieux pour lui cacher, je ne veux pas rajouter tout ce bordel à ce qu’il doit déjà gérer.

- Tout un sacrifice qu’il a fait là… Il doit beaucoup tenir à toi.

Et vive être en cofront avec un enfant puisqu’on récolte son manque de filtre. J’ai autant envie de savoir à quel point leur amitié est grande que je ne veux pas le savoir. J’ai peur que ça me brise le cœur. Et s’ils se sont gros rapprochés alors qu’Anim et moi on s’est éloignés ? Ça serait possible non ? Mais, Livie est une enfant et un enfant dit malheureusement tout ce qui lui passe par la tête alors je n’arrive pas à mettre mon filtre lorsque moi-même je veux savoir quelque chose. C’est réellement pas évidemment de front avec un little.

Vexée. Je suis vexée ou plutôt, Livie et moi, nous sommes vexées. Pourquoi il nous relâche comme ça après nos paroles ? On fait juste de notre mieux pour l’encourager et lui remonter le moral. On ne fait qu’être là pour lui. Et son “certes” ne fait que nous serrer le coeur. C’est tout ? On lui dit qu’il va être bien entouré, bien soutenu et il ne répond que ça ? Il était plus optimiste la première fois… Qu’est-ce qui a changé depuis ?

- Il est passé où ton optimisme d’avant ?

Demande Livie de sa petite voix d’enfant triste. Elle a peur que son Anim ait déjà baissé les bras. Elle ne veut pas le perdre, déjà que de ne pas vivre dans la ville était dur pour elle… Ça été dur pour tout le système. On a eu besoin de beaucoup de temps pour retrouver un équilibre avec un Anim à des centaines de kilomètres de nous. Et je sais que la peur qu’elle ressent, elle est partagée avec tout le système.

Je le laisse nous repousser, non sans sentir mon coeur se serrer atrocement. Est-ce démesuré ? Surement. Peut-être. Je sais pas. Je ne comprends pas toutes mes réactions aujourd’hui. Et ces flashback qui me reviennent et me perturbent… Pour camoufler notre mal être, je prends une gorgée de mon café que j’avais totalement oublié, au plus grand malheur de Livie qui déteste cette boisson. Et comment dire qu’à la première gorgée, je ressens un sentiment de joie à cette gorgée mélangé avec un dégoût. Dégoût moins prononcé que d’habitude puisque j’ai sucré beaucoup ma tasse pour que ça plaise un minimum à Livie. Alors que je dépose la tasse sur la table basse, Livie et moi sursautons au bruit de la tasse qui se fracasse au sol et au “fuck” qu’Anim a laissé échapper. Et nous sursautons encore une fois lorsque son poing frappe le mur. Les larmes nous montent aux yeux et nous nous figeons sentant la dissociation approcher grandement, comme on sent Frigg en conscience.

“Livie, il est temps de rentrer à la maison.”

J’attends Frigg parler dans notre tête et on hoche la tête lorsque Livie montre à Frigg qu’elle comprend. Elle rejoint rapidement l’innerworld pour sauter dans les bras de sûrement Nana. Je crois du moins.

“Joëlla, rentre toi aussi, je m’occupe d’Anim. Va te reposer un peu.”

Et cette fois, on secoue négativement la tête.

- Je ne veux pas le lâcher maintenant…

Je murmure à l’intention de Frigg, le regard dans le vague. Dissocié, c’est jamais la joie… Frigg soupire et prend le front - que je lui laisse sans résister - et je me retrouve en co-conscience. Je n’ai pas l’énergie de gérer cette situation en ce moment, mais je ne veux pas lâcher mon meilleur ami pour autant.

Je (Frigg) clin fortement des yeux pour m’ancrer dans le moment présent, pour sortir de la dissociation. Et un bâillement m’échappe lorsque je suis enfin en front. Je me tourne vers Anim et lui fais un doux sourire maternel en m’approchant de lui. Je m’agenouille à ses côtés et lui caresse sa joue de mon pouce pour essuyer une larme.

- On le sait, ne t’en fais pas.

Dis-je en essayant de ne pas trop laisser paraître mon accent norvégien lorsque je parle en anglais. Le voyant avec cet air d’enfant qui a perdu sa boule de crème glacée, je lui embrasse son front, puis lui caresse les cheveux d’un geste réconfortant de mère. Je me redresse en hochant la tête.

- Mais bien sûr, je vais même te faire un café glacé pour que tu puisses le boire tout de suite. Tu as besoin d’aide pour retourner sur le canapé ?

Lui demandais-je en lui tendant une main pour au moins l’aider à se redresser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Sam 4 Sep - 14:33
Could it be just like the good old days ?
Feat. Asgard & Animkii


⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝
Je hoche la tête à l’affirmation qu’elle fait. C’est en effet tout un sacrifice qu’il a fait pour moi et ça, je lui en serai toujours redevable. Bien franchement, pour lui, j’aurais fait la même chose. Nate est pour moi une des personnes les plus précieuses. Il a toujours été là pour m’aider, me supporter et pour bien des choses, je lui en suis redevable. Pour ce qui est de beaucoup tenir à moi, je ne peux pas répondre pour lui, mais j’ose croire qu’il tient à moi autant que je peux tenir à lui, soit énormément. Ça pourrait sonner fleur bleue, mais je crois que sans lui, j’en serais pas où je suis en ce moment. Je laisse un soupire glisser entre mes lèvres en y pensant.

Disons qu’on a toujours été là l’un pour l’autre et prêt à faire des sacrifices si c’est pour venir en aide à l’autre…

Pourquoi ça m’attriste de penser ainsi ? Serait-ce parce qu’à l’époque, cette personne dont j’étais prêt à tout pour était elle ? La première fois que je me suis retrouvé dans la situation actuelle, c’était avec elle. C’était elle qui était là pour me remonter quand j’étais prêt à abandonner, c’est elle qui me permettait de voir la lumière dans cette noirceur. C’était elle ma volonté de vivre. Elle veut être là pour moi à nouveau, comme à la première fois, mais ce n’est pas pareil. Ce ne le sera probablement jamais d’ailleurs. Pour cette raison, je n’arrive pas à avoir cette joie et cet optimiste qui m’est unique. Livie le fait d’ailleurs remarquer suit à ma réponse. Où est-il passé cet optimisme ? Est-il mort avec tous mes espoirs ? A-t-il abandonné le combat en apprenant ce qu’il se passait ? Sommeil-t-il simplement au fond de moi en attente d’une étincelle pour le ramener ?

Je sais pas…

Je ne sais pas quoi répondre de plus. Je fini par la repousser pour ainsi m’éloigner. Je ne peux que me sentir mal d’être ainsi avec elle, mais pour mon propre bien, je ne peux pas faire autrement. Rester trop longtemps ainsi avec elle, en contact de la sorte, la voir revenir à certaines anciennes habitudes, mais sans la mémoire, ça me tue.. Alors je retourne à mon café que j’ai le malheur de laisser tomber avec moi-même. Encore une fois, je ne peux retenir la colère qui monte en moi, mes réactions démesurées qui ne font qu’empirer chaque fois. Une autre chose sur laquelle je n’ai plus tant de contrôle. Les sautes d’humeur, la violence impulsive, les réactions insensées… Un désavantage de la violence du hockey. Trop de commotions qui se sont enchainées au fil des années, qui ont changé la personne que j’étais à la base. Non pas que je sois devenu une toute autre personne, mais il y a certains changement qui sont tout de même forts. Et dire qu’à la base, ma principale inquiétude sur ma santé était cet aspect, la peur que la prochaine soit la celle de trop, celle qui m’empêcherait de pouvoir voir mes enfants grandir. Finalement, ce ne sera pas ça qui va m’achever, mais peut-être bien cette foutu maladie. Pourquoi ? Pourquoi devait-elle revenir ? Pourquoi ne puis-je pas simplement avoir la paix ? Vivre normalement, serait-ce trop demandé..?

De par sa façon de réagir, ses paroles et cet accent, bien que tenté d’être dissimulé, je sais automatiquement que j’ai affaire à Frigg. Je ferme les yeux lorsqu’elle embrasse mon front et frissonne avec un peu trop d’intensité à sa main dans mes cheveux. Je prend une bonne inspiration avant d’expirer doucement, essayant de me calmer un peu. Sa présence a pour effet d’aider à cette tâche. Je ne sais pas pourquoi, mais Frigg a toujours eu un effet apaisant sur moi et je vois que c’est encore le cas. La présence d’une mère doit avoir cet effet dans la vie. Je réouvre les yeux pour la regarder lorsqu’elle reprend la parole. Je force un léger sourire qui, malgré sa légère non volonté d’être, reste tout de même honnête.

Merci, t’es un amour… Oui s’il te plait..

Bien que ça me tue de l’avouer, je sais qu’aussitôt que je serai debout, les étourdissements reviendront me frapper de plein fouet. C’est rendu que mes journées se résument principalement a rester couché ou assis devant la télé.. Tellement loin de ce que j’ai l’habitude de faire. Je prend sa main pour me relever avec une certaine difficulté. Aussitôt debout, je prend un certain appuie sur elle en fermant les yeux. Je reste immobile, du moins j’essaie, mais mon corps vacille un peu malgré moi alors qu’il a cette envie de se laisser retomber. Lorsque l’équilibre semble être de retour et que les étourdissements se calment un peu, j’entreprend d’avancer vers le canapé, non pas sans rester accroché à elle.

Merci d’être là pour moi… Malgré mon attitude de merde..
⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝ ⸝



PIVETTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?Dim 10 Oct - 22:16
Savoir que Anim a eu quelqu’un sur qui compter pendant tout ce temps à Washington nous rassure beaucoup, même s’il y a cette pointe de jalousie et de tristesse qui persiste en voyant à quel point Nathan est si important et proche d’Anim. C’est nouveau comme émotion et on ne comprend vraiment pas d’où qu’elle vient. Et ces flashbacks… Est-ce vraiment des flashbacks ? Oui, ça doit être ça, sinon ça serait quoi d’autres ? De faux souvenirs ? Pourquoi on aurait eu ce genre de faux souvenirs en voyant simplement Anim ? C’est vraiment trop bizarre tout ça. Heureusement qu’on a un rendez-vous avec notre psy demain, on pourra lui parler de tout ça et peut-être y voir plus clair.

Livie est perdue face à l’attitude d’Anim. Elle ne comprend pas ce qu’il se passe. Lui qui est habituellement si optimisme et heureux, là il n’est l’ombre que de lui-même et Livie se sent délaissée. C’est très certainement pour cette raison qu’elle ne discute pas et qu’elle retourne dans l’innerworld sans faire de crise. Et Jo’, malgré ce que je lui propose, elle ne veut pas abandonner son meilleur ami, ce que je peux comprendre. Je ne dis donc rien lorsqu’elle reste en conscience. Là, elle va simplement suivre ce qui se passe sans pouvoir agir, donc ça sera déjà moins épuisant pour elle. Surtout après la nuit remplie de cauchemar qu’elle a fait. Je sais d’avance que je vais gérer le reste de la journée.

Cependant, la personne importante à s’occuper présentement est Anim. Alors je m’accroupis à ses côtés et lui apporte des gestes maternels pour le réconforter, comme je le ferais avec Livie ou Nana dans l’innerworld. Je continue de lui caresser les cheveux en lui retournant son sourire.

- Ce n’est rien voyons. Alors debout.

Je l’aide à se redresser, puis je passe un bras autour de sa taille pour le soutenir. Je ne bouge pas avant qu’il ne fasse lui-même un pas voulant aller à son rythme. Et tout le long du chemin pour se rendre au canapé, je le soutiens du mieux que je peux pour qu’il ne retombe pas. Et une fois qu’il est assis sur le canapé, je l’aide à s’installer pour qu’il soit le plus confortable possible. Un doux sourire maternel se dessine sur mes lèvres lorsque Anim me remercie. Je dépose un baiser sur son front avant de me redresser en lui répondant.

- Comme Jo’ te l’a dit tantôt, on sera toujours là pour toi, dans les bons comme les moins bons moments. Tu as été là pour soutenir Jo’ lorsque ses parents sont décédés alors qu’elle était loin d’être de très bonne compagnie. Et surtout, tu as été la première personne à ne pas nous regarder comme si on était un monstre. Tu nous as accepté et aimé, comme que ça ne nous était pas arrivé depuis longtemps. On te doit beaucoup tu sais ?

Lui dis-je doucement entendant l’approbation de Joëlla dans ma tête. Il est vraiment venu éclairer la vie de Jo’ en entrant dans notre vie. Puis, je retourne dans la cuisine pour lui faire un café glacé en prenant le restant de café que Jo a fait un peu plutôt, rajoute du lait et y mets des glaçons. Puis, je reviens au salon où je dépose la tasse non loin de lui.

- Et voilà pour toi. Tu veux ou a besoin de quelques choses d’autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Could it be just like the good old days ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Could it be just like the good old days ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lancer un 30 days challenge !
» wasn't it easier in your lunchbox days? | olivia
» So good to see you [Pv Kwamie]
» i'll be good (leone)
» good lord, we're such a mess - wes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: Archives - Empty chairs at empty tables :: Archives :: rp terminés-