La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
Découvrez les badges, de quoi rendre votre profil encore plus personnalisé love ça se passe par ici !
Vous êtes un peu paumés ? hidebox Rendez vous sur : www.keskispass.com
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment : -40%
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – ...
Voir le deal
20.99 €

Partagez
 

 comfort crowd w/ Lizbeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jasper Halstead
To do list rp :
en cours | Lizbeth

à venir | Leone
Summary :
Fils aîné d'un couple de républicains, Jasper a eu une enfance sans grand problème, entre une famille aimante et une bande de copains dans le voisinage avec laquelle il était constamment à la recherche de la prochaine bêtise. C'est à l'adolescence que les choses se sont gâtées, quand il a réalisé que le monde que lui peignaient ses parents ne correspondait pas exactement à la réalité, du moins pas pour tout le monde. Doucement mais sûrement, il s'est éloigné des idéaux parentaux et avant que Papa et Maman puissent réagir, Jasper s'engageait bénévolement sur la campagne Obama. Si vous leur en parlez, ils vous diront certainement que tout ça, c'était la faute de leur maudite belle-fille, la libérale féministe extrémiste de gauche. Évidemment, elle n'avait pas grand-chose à voir avec sa timide prise de conscience de ses privilèges d'homme blanc ou sa bisexualité pas vraiment assumée, mais les parents Halstead n'ont jamais rien voulu entendre là-dessus, préférant le confort de leur tranquille petite vie intolérante où un fils qui ne serait pas hétérosexuel n'a pas sa place. Cette demoiselle, Jasper l'a rencontrée au lycée, à l'époque où il brillait encore par son ignorance et ses prouesses sportives. Your typical jock/nerd love story, à ceci près que Jasper était tout aussi capable de citer Tolkien qu'elle et était déjà un grand fan d'Isaac Asimov. Ils sont restés ensemble pendant des années, malgré des problèmes ici et là, et des disputes régulières et inévitables avec leurs deux caractères bien trempés et des éducations très différentes. Toutefois, lorsque leur fille est arrivée, quelques temps après l'ouverture du restaurant de Jasper avec un ami, il est devenu évident qu'ils avaient des visions très différentes de leur futur. Sa compagne a réalisé que la maternité n'était pas ce qu'elle attendait de la vie et quand elle a décidé de partir, Jasper a choisi de ne pas se battre. Il l'a laissée partir, sans un mot, ravalant son amertume et son ressentiment, conscient qu'il n'avait pas le droit de lui imposer quoi que ce soit, au contraire. S'il a eu le cœur brisé par son départ, c'est surtout pour sa fille, Caroline, et bien que ça ait pris du temps, il a fini par lui pardonner. En grande partie, du moins. Aujourd'hui, Jasper est un père célibataire très occupé, qui a parfois du mal à trouver un moment pour lui mais il peut compter sur l'appui de ses proches, notamment sur sa belle-sœur, qu'il a eu le bonheur de retrouver lorsqu'elle et son frère sont venus s'installer à New York, il y a quelques temps. Une joie de courte durée, cependant, puisque Caleb, son cadet, est décédé. Jasper n'a pas spécialement géré son deuil, préférant se plonger un peu plus dans le travail plutôt que d'affronter l'absence cruelle de son petit-frère dont il s'est toujours senti très proche, malgré la distance et des vies très différentes. (moodboard, playlist)
Date d'inscription :
06/08/2021
Messages :
54
Pseudo :
Valtersen (Julia)
Player's pronoun :
elle/she/her
Rythme de rp :
chaotique, en reprise
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Candace (ft. Zendaya), Gaby (ft. Taylor Swift) et Janet (ft. Kristen Stewart)
Avatar :
Chris Evans, av @bambieyes, gifs @myself, lyrics @Shawn Mendes
comfort crowd w/ Lizbeth Tppg1Qwu_o
Age :
35
Nationality :
American
Religion :
catholic
Status :
single dad not quite ready to get back into the dating game (or is he?)
Orientation :
a bi kinda guy
Work :
chef cuisinier, co-gérant de La Bonne Soupe
Home adress :
Brooklyn
Communities :
NYC single parents, Best Friends Lifesaving Center
Trigger :
feu/incendie/immolation, parents/relations toxiques
Warning :
deuil, séparation, biphobie, white privilege
comfort crowd w/ Lizbeth 24 comfort crowd w/ Lizbeth 15b comfort crowd w/ Lizbeth 107 comfort crowd w/ Lizbeth 10 comfort crowd w/ Lizbeth 59 comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033 comfort crowd w/ Lizbeth 137 comfort crowd w/ Lizbeth 37 comfort crowd w/ Lizbeth 56 comfort crowd w/ Lizbeth 66 comfort crowd w/ Lizbeth 84 comfort crowd w/ Lizbeth 90 comfort crowd w/ Lizbeth 163 comfort crowd w/ Lizbeth 165 comfort crowd w/ Lizbeth 183 comfort crowd w/ Lizbeth 190 comfort crowd w/ Lizbeth 200 comfort crowd w/ Lizbeth 204 comfort crowd w/ Lizbeth 211 comfort crowd w/ Lizbeth 43 comfort crowd w/ Lizbeth 156 comfort crowd w/ Lizbeth 181 comfort crowd w/ Lizbeth 193 comfort crowd w/ Lizbeth 197 comfort crowd w/ Lizbeth 34 comfort crowd w/ Lizbeth 6b comfort crowd w/ Lizbeth 87 comfort crowd w/ Lizbeth 77 comfort crowd w/ Lizbeth 118 comfort crowd w/ Lizbeth 146 comfort crowd w/ Lizbeth 148 comfort crowd w/ Lizbeth 188 comfort crowd w/ Lizbeth 210 comfort crowd w/ Lizbeth 200801065336610577

To do list rp : en cours | Lizbeth

à venir | Leone
Summary : Fils aîné d'un couple de républicains, Jasper a eu une enfance sans grand problème, entre une famille aimante et une bande de copains dans le voisinage avec laquelle il était constamment à la recherche de la prochaine bêtise. C'est à l'adolescence que les choses se sont gâtées, quand il a réalisé que le monde que lui peignaient ses parents ne correspondait pas exactement à la réalité, du moins pas pour tout le monde. Doucement mais sûrement, il s'est éloigné des idéaux parentaux et avant que Papa et Maman puissent réagir, Jasper s'engageait bénévolement sur la campagne Obama. Si vous leur en parlez, ils vous diront certainement que tout ça, c'était la faute de leur maudite belle-fille, la libérale féministe extrémiste de gauche. Évidemment, elle n'avait pas grand-chose à voir avec sa timide prise de conscience de ses privilèges d'homme blanc ou sa bisexualité pas vraiment assumée, mais les parents Halstead n'ont jamais rien voulu entendre là-dessus, préférant le confort de leur tranquille petite vie intolérante où un fils qui ne serait pas hétérosexuel n'a pas sa place. Cette demoiselle, Jasper l'a rencontrée au lycée, à l'époque où il brillait encore par son ignorance et ses prouesses sportives. Your typical jock/nerd love story, à ceci près que Jasper était tout aussi capable de citer Tolkien qu'elle et était déjà un grand fan d'Isaac Asimov. Ils sont restés ensemble pendant des années, malgré des problèmes ici et là, et des disputes régulières et inévitables avec leurs deux caractères bien trempés et des éducations très différentes. Toutefois, lorsque leur fille est arrivée, quelques temps après l'ouverture du restaurant de Jasper avec un ami, il est devenu évident qu'ils avaient des visions très différentes de leur futur. Sa compagne a réalisé que la maternité n'était pas ce qu'elle attendait de la vie et quand elle a décidé de partir, Jasper a choisi de ne pas se battre. Il l'a laissée partir, sans un mot, ravalant son amertume et son ressentiment, conscient qu'il n'avait pas le droit de lui imposer quoi que ce soit, au contraire. S'il a eu le cœur brisé par son départ, c'est surtout pour sa fille, Caroline, et bien que ça ait pris du temps, il a fini par lui pardonner. En grande partie, du moins. Aujourd'hui, Jasper est un père célibataire très occupé, qui a parfois du mal à trouver un moment pour lui mais il peut compter sur l'appui de ses proches, notamment sur sa belle-sœur, qu'il a eu le bonheur de retrouver lorsqu'elle et son frère sont venus s'installer à New York, il y a quelques temps. Une joie de courte durée, cependant, puisque Caleb, son cadet, est décédé. Jasper n'a pas spécialement géré son deuil, préférant se plonger un peu plus dans le travail plutôt que d'affronter l'absence cruelle de son petit-frère dont il s'est toujours senti très proche, malgré la distance et des vies très différentes. (moodboard, playlist) Date d'inscription : 06/08/2021
Messages : 54
Pseudo : Valtersen (Julia)
Player's pronoun : elle/she/her
Rythme de rp : chaotique, en reprise
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Candace (ft. Zendaya), Gaby (ft. Taylor Swift) et Janet (ft. Kristen Stewart)
Avatar : Chris Evans, av @bambieyes, gifs @myself, lyrics @Shawn Mendes
comfort crowd w/ Lizbeth Tppg1Qwu_o
Age : 35
Nationality : American
Religion : catholic
Status : single dad not quite ready to get back into the dating game (or is he?)
Orientation : a bi kinda guy
Work : chef cuisinier, co-gérant de La Bonne Soupe
Home adress : Brooklyn
Communities : NYC single parents, Best Friends Lifesaving Center
Trigger : feu/incendie/immolation, parents/relations toxiques
Warning : deuil, séparation, biphobie, white privilege
comfort crowd w/ Lizbeth 24 comfort crowd w/ Lizbeth 15b comfort crowd w/ Lizbeth 107 comfort crowd w/ Lizbeth 10 comfort crowd w/ Lizbeth 59 comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033 comfort crowd w/ Lizbeth 137 comfort crowd w/ Lizbeth 37 comfort crowd w/ Lizbeth 56 comfort crowd w/ Lizbeth 66 comfort crowd w/ Lizbeth 84 comfort crowd w/ Lizbeth 90 comfort crowd w/ Lizbeth 163 comfort crowd w/ Lizbeth 165 comfort crowd w/ Lizbeth 183 comfort crowd w/ Lizbeth 190 comfort crowd w/ Lizbeth 200 comfort crowd w/ Lizbeth 204 comfort crowd w/ Lizbeth 211 comfort crowd w/ Lizbeth 43 comfort crowd w/ Lizbeth 156 comfort crowd w/ Lizbeth 181 comfort crowd w/ Lizbeth 193 comfort crowd w/ Lizbeth 197 comfort crowd w/ Lizbeth 34 comfort crowd w/ Lizbeth 6b comfort crowd w/ Lizbeth 87 comfort crowd w/ Lizbeth 77 comfort crowd w/ Lizbeth 118 comfort crowd w/ Lizbeth 146 comfort crowd w/ Lizbeth 148 comfort crowd w/ Lizbeth 188 comfort crowd w/ Lizbeth 210 comfort crowd w/ Lizbeth 200801065336610577


#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
https://www.ivegot99problems.com/t6395-kink-people-with-kind-hearts-and-good-intentions
Sujet: comfort crowd w/ LizbethDim 15 Aoû - 22:42
yeah, i just needed company now. yah, Iiejust needed someone around, yeah, i don't care what song that we play or mess that we make, just company now (comfort crowd)

Si bien élevée qu’elle pouvait être — et Jasper estimait avoir jusque-là plutôt bien réussi son éducation, all things considered — Caroline restait une fillette pleine de vie, incapable de rester en place bien longtemps. Elle était rarement, rarement silencieuse, surtout pas le matin. Elle avait par ailleurs passé la majorité du petit-déjeuner à bavarder joyeusement comme à son habitude, ses boucles blondes rebondissant sur ses petites épaules couvertes de la robe rose qu’elle avait insisté pour porter. Ce n’était pas exactement dans ses habitudes mais son père avait ne cherchait jamais à parlementer lorsqu’elle cherchait à expérimenter, qu’il s’agisse de son assiette ou de sa garde-robe. Il s’estimait déjà heureux qu’elle accepte de s’habiller seule et ne rechigne pas trop à finir ses légumes, conscient que bon nombre de parents n’avaient pas sa chance. L’école ne reprenait pas avant quelques semaines encore mais elle était sensée passer la journée avec sa tante. La fascination de sa fille pour l’épouse de Caleb ravissait autant Jasper qu’elle lui serrait le cœur. Il appréciait Samia, évidemment, et lui était infiniment reconnaissant d’être toujours dans sa vie mais le souvenir de son petit frère l’accompagnait chaque fois qu’il revoyait la jeune femme. Une partie de lui était donc vaguement soulagée de pouvoir lui faire suffisamment confiance pour la laisser seule avec sa fille, lui offrant ainsi l’occasion de vaquer à ses occupations l’esprit tranquille. En toute logique, Caroline aurait donc dû être sur ses talons, à le presser vers la sortie pour ne pas perdre une seule minute avec sa tante. Seulement elle avait disparu une fois son bol abandonné dans le lave-vaisselle. Après un bref coup d’œil au salon — vide — puis dans sa chambre — no Caroline in sight — Jasper redescendit les escaliers, les sourcils froncés. Peu désireux de passer la maison au peigne fin, il se planta dans l’entrée, mains sur les hanches. Hausser la voix n’était pas son activité favorite, loin de là, et il n’était pas particulièrement pressé de l’abandonner pour la journée mais il détestait être en retard, même auprès de ses proches. Caroline Michelle Halstead, if I don’t see you this instant, we gonna stay here and get a head start on laundry day! lança-t-il, vaguement agacé — seriously, where did she go?

La menace sembla faire effet — rien de plus efficace et effrayant qu’une pile de chaussettes à plier manifestement — et une petite tête blonde apparut dans l’entrebâillement de la porte de son bureau. La mine soucieuse de sa fille effaça l’irritation qui tordait jusque-là les traits de Jasper et il la rejoignit, se penchant pour se mettre à sa hauteur. What were you doing in there? demanda-t-il, prenant soin de gommer toute trace de reproche de sa voix. La gamine baissa les yeux. You still gonna love me if I tell you? demanda-t-elle tout bas. Il ravala le soupir triste qui lui monta aux lèvres. All this time and still, he was still failing at making sure his loved ones actually knew he loved them. Of course my love, forever plus a day, lui rappela-t-il. Si elle était inquiète à ce point, il n’y avait qu’une seule explication envisageable : il était question de sa mère. Exactement ce dont il avait besoin pour bien commencer sa journée, tiens. I was looking for my mother, avoua finalement Caroline, sans bouger un muscule. Oh. Merveilleux. Tommy Flanagan said that sometimes moms, or even dads, after they leave, sometimes they come back and they take the kids away when there’s a new mom. Or a new dad, you know. So I was thinking, maybe we could try to find my mother and ask her to promise she won’t do that? Oh, wow. Flawless logic. A little cold, maybe, et s’il s’était préparé à une conversation de ce type, Jasper n’avait pas pensé une seule seconde qu’elle puisse prendre une telle direction. Non, il s’était attendu à ce que Caroline réclame Ruth, d’une manière ou d’une autre. Pas à ce qu’elle cherche à l’écarter à tout prix. Lots to unpack there and they didn’t have enough time now. Wait, a new mom, what are you talking about? demanda-t-il, réalisant qu’il n’avait pas tout enregistrer du premier coup. Tommy Flanagan said that I might get a new mom some day but I told him I’d rather have another dad. Maybe we could ask Leone. He’s cool, right? But Tommy said it’d be weird. It’s not weird, right dad? Oh, encore mieux. Non, vraiment, ce n’était pas le moment d’avoir ce type de conversations. Il aurait bien deux trois mots à dire au petit Flanagan d’ailleurs mais il n’était certainement pas socialement acceptable de confronter un gamin de six ans. S’éclaircissant la gorge, Jasper se redressa et l’attira hors de son bureau dont il referma la porte. No, you’re right, it’s not weird. Don’t, don’t ask Leone though, it’s not- you know what, we gonna have to take a raincheck on that conversation kiddo, we can’t make Samia wait for us, can we? La mention de sa tante parut suffisante pour faire oublier à Caroline la bombe qu’elle avait innocemment lâché sur son père et il n’eut guère de problème à lui faire quitter la maison.

Une fois sa fille entre bonnes mains, Jasper songea un moment à rentrer mais l’idée de se retrouver seul dans une grande maison vide ne l’attirait guère. Le restaurant n’ouvrait pas aujourd’hui, il ne trouvait donc aucun réconfort dans le silence de sa cuisine en l’absence de sa brigade. Il était à peu près certain qu’Eva, elle, travaillait et il s’imaginait de toute façon assez mal lui demander le moindre conseil concernant la petite conversation qu’il venait d’avoir avec sa fille. Il y avait bien quelqu’un à même de comprendre, voire même de l’éclairer sur la petite conversation qu’il venait d’avoir avec sa fille, oui — mais à Manhattan. Sans doute aurait-il dû appeler avant de se jeter dans le métro sans la certitude que Lizbeth aurait du temps à lui accorder mais Jasper était un peu trop perturbé par ce début de matinée pour penser à ce type de détails. Ou même sur s’attarder sur le fait qu’elle était littéralement la deuxième personne qui lui était venue en tête bien qu’ils n’aient repris contact que très récemment. Étaient-ils suffisamment proches pour qu’il se pointe sans prévenir dans sa cuisine ? Probablement pas mais aux grands maux les grands remèdes et si Jasper comptait reprendre cette maudite discussion avec sa fille, il allait avoir besoin de sérieux conseils.

On aurait pu penser qu’il était un peu plus compliqué d’entrer au Modern en dehors des horaires d’ouverture, with the MoMA and whatnot, mais seul un serveur se dressa sur son chemin une fois que Jasper eut passé la porte du restaurant. Après quelques banalités échangées et l’objet de sa visite clairement annoncé — enfin, presque, il n’allait tout de même pas exposé ses problèmes parentaux à un parfait inconnu — il parvint jusqu’à la cuisine où, lui avait-on dit, il trouverait le chef. Impressive, lança-t-il en guise de bonjour, just slightly bigger than my own kitchen but impressive nonetheless. L’euphémisme du siècle. Oh, La Bonne Soupe restait un établissement au succès indéniable, Jasper n’avait pas à se plaindre mais Lizbeth et lui ne jouaient clairement pas dans la même cour. Sorry, I probably should’ve called, I, um, well. I wasn’t in the neighborhood but I had to drop by anyway. I, I kinda needed to see you? Yeah. Pour éviter de partir complètement en vrille mais il garda ce détail pour lui.

_________________
-- baby, any time you're ready, i'm waitin'. even ten years from now, if you haven't found somebody, i promise, i'll be around. tell me when you're ready, i'm waitin'. what if my dad is right when he says that you're the one? no, i can't even argue, i won't even fight him on it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizbeth Walsh
To do list rp :
prénom nom - www
Summary :
Lizbeth est issue d'une famille de trois enfants, une soeur un peu plus âgé et un frère plus jeune qu'elle. La famille s'est étendue avec la fille de Lizbeth âgée de quatre ans, qu'elle a eu alors qu'elle était tout juste séparée du père de la petite. Cheffe étoilée dans le restaurant du Plaza Hotel, elle évolue dans un monde où le machisme est très présent et où elle compte bien remettre à leurs places les hommes qui pensent qu'elle n'a pas sa place dans "leur" cuisine. Très proche de sa famille elle ne supporte cependant pas réellement les crises existentielles de sa mère et la pression que ses parents mettent à son petit frère. Elle tente tant bien que mal de leur faire comprendre qu'il peut bien faire ce qu'il veut, tant qu'il est heureux, elle n'hésite pas à leur dire ce qu'elle pense. Et elle refuse catégoriquement que sa mère puisse garder sa fille de peur qu'elle ne veuille lui offrir une éducation à sa façon et Lizbeth préfère encore que son frère la garde, ou avoir recours à une nounou plutôt que de la laisser à sa mère ou même à son père.
Date d'inscription :
17/03/2021
Messages :
231
Pseudo :
harleen. / marion
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
le week-end, 1 ou 2 la semaine.
Multinicks :
alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; fahy (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar :
olsen. + boitesaidées (tumblr ; av)
comfort crowd w/ Lizbeth E03cc98e6db74147eda39b710f92c9ece8886d3f
Age :
trente-trois ans. (20/02)
Nationality :
américano-irlandaise
Origins :
irlandaise, italienne.
Religion :
atheist.
Status :
single ready to mingle.
Orientation :
bisexuelle.
Work :
cheffe étoilée @ The Modern in MoMA.
Home adress :
Staten Island.
Communities :
#cours de cuisine du samedi matin
#famille du Dawson circle
#the overkill
#the lift

Trigger :
sexual assault, child abuse.
Warning :
/
comfort crowd w/ Lizbeth 21comfort crowd w/ Lizbeth 2comfort crowd w/ Lizbeth 17bcomfort crowd w/ Lizbeth 10comfort crowd w/ Lizbeth 106comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033comfort crowd w/ Lizbeth 200801051713190412comfort crowd w/ Lizbeth 37comfort crowd w/ Lizbeth 80comfort crowd w/ Lizbeth 84comfort crowd w/ Lizbeth 183comfort crowd w/ Lizbeth 202comfort crowd w/ Lizbeth 33comfort crowd w/ Lizbeth 40comfort crowd w/ Lizbeth 63comfort crowd w/ Lizbeth 156comfort crowd w/ Lizbeth 167comfort crowd w/ Lizbeth 121comfort crowd w/ Lizbeth 210comfort crowd w/ Lizbeth 129comfort crowd w/ Lizbeth 73comfort crowd w/ Lizbeth 87comfort crowd w/ Lizbeth 77
To do list rp : prénom nom - www Summary : Lizbeth est issue d'une famille de trois enfants, une soeur un peu plus âgé et un frère plus jeune qu'elle. La famille s'est étendue avec la fille de Lizbeth âgée de quatre ans, qu'elle a eu alors qu'elle était tout juste séparée du père de la petite. Cheffe étoilée dans le restaurant du Plaza Hotel, elle évolue dans un monde où le machisme est très présent et où elle compte bien remettre à leurs places les hommes qui pensent qu'elle n'a pas sa place dans "leur" cuisine. Très proche de sa famille elle ne supporte cependant pas réellement les crises existentielles de sa mère et la pression que ses parents mettent à son petit frère. Elle tente tant bien que mal de leur faire comprendre qu'il peut bien faire ce qu'il veut, tant qu'il est heureux, elle n'hésite pas à leur dire ce qu'elle pense. Et elle refuse catégoriquement que sa mère puisse garder sa fille de peur qu'elle ne veuille lui offrir une éducation à sa façon et Lizbeth préfère encore que son frère la garde, ou avoir recours à une nounou plutôt que de la laisser à sa mère ou même à son père.
Date d'inscription : 17/03/2021
Messages : 231
Pseudo : harleen. / marion
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : le week-end, 1 ou 2 la semaine.
Multinicks : alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; fahy (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar : olsen. + boitesaidées (tumblr ; av)
comfort crowd w/ Lizbeth E03cc98e6db74147eda39b710f92c9ece8886d3f
Age : trente-trois ans. (20/02)
Nationality : américano-irlandaise
Origins : irlandaise, italienne.
Religion : atheist.
Status : single ready to mingle.
Orientation : bisexuelle.
Work : cheffe étoilée @ The Modern in MoMA.
Home adress : Staten Island.
Communities : #cours de cuisine du samedi matin
#famille du Dawson circle
#the overkill
#the lift

Trigger : sexual assault, child abuse.
Warning : /
comfort crowd w/ Lizbeth 21comfort crowd w/ Lizbeth 2comfort crowd w/ Lizbeth 17bcomfort crowd w/ Lizbeth 10comfort crowd w/ Lizbeth 106comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033comfort crowd w/ Lizbeth 200801051713190412comfort crowd w/ Lizbeth 37comfort crowd w/ Lizbeth 80comfort crowd w/ Lizbeth 84comfort crowd w/ Lizbeth 183comfort crowd w/ Lizbeth 202comfort crowd w/ Lizbeth 33comfort crowd w/ Lizbeth 40comfort crowd w/ Lizbeth 63comfort crowd w/ Lizbeth 156comfort crowd w/ Lizbeth 167comfort crowd w/ Lizbeth 121comfort crowd w/ Lizbeth 210comfort crowd w/ Lizbeth 129comfort crowd w/ Lizbeth 73comfort crowd w/ Lizbeth 87comfort crowd w/ Lizbeth 77
Sujet: Re: comfort crowd w/ LizbethLun 16 Aoû - 12:42
yeah, i just needed company now. yah, Iiejust needed someone around, yeah, i don't care what song that we play or mess that we make, just company now (comfort crowd)



Lizbeth prenait peu à peu ses marques dans son nouveau travail, bien que le rythme était tout aussi effréné qu’a l’hôtel Plaza, elle se complaisait dans l’idée qu’elle ne travaillait plus le soir et qu’elle pouvait assister au coucher de Roxanne qui ne cessait, depuis quelques jours, de la réclamer avant de dormir. Sa Roxanne avait tenu à tout prix à lui montrer ses nouveaux jouets que sa grand-mère lui avait acheté la veille, parce que Lizzie était rentré tard profitant d’une soirée entre collègues pour faire un peu plus amplement connaissance avec l’équipe qu’elle dirigeait mais aussi les serveurs qui eux, étaient dirigés par un maître d’hôtel qu’elle trouvait d’un snobisme déconcertant. Preuve en est, il n’avait pas accepté l’invitation à aller boire un verre à l’Overkill, prétextant devoir préparer le service du lendemain. Grand bien lui fasse, au moins, il n’avait pas cassé l’ambiance à tirer la gueule et a agir comme un pauvre idiot. Lizbeth admira avec un regard tendre sa fille qui avait aligné tout les jouets qu’elle avait eu, l’écouta expliquer chaque nom de chaque peluche et aussi le nom de ses poupées avant qu’elle ne soit interrompu par une sonnerie stridente qui rappela à Lizbeth qu’il était bien temps de laisser à Katie le soin de s’occuper de sa petite fille  I love you Mommy. prononça Roxanne entourant le cou de sa mère de ses bras d’enfant. I love you 3000, honey. répondit Lizbeth avant de voir que Katie avait préparé un porridge coloré pour Roxanne qui courra avec précipitation autour de la table de la cuisine, laissant le soin à la cheffe étoilée de s’éclipser sans qu’elle ne se mette à pleurer ni même à lui dire que son travail était nul et qu’elle lui manquait.

Le chemin se déroula sans encombres et sans problème sur la ligne, ni même sur le ferry si bien que Lizbeth arriva avec vingt minutes d’avance ce qui lui offrit la possibilité de se prendre un café à emporter juste à côté du musée dans ce café qu’elle appelait plus communément attrape touristes parce que le café coûtait un bras, mais elle le préférait encore à celui servi au musée qui coûtait aussi cher mais qui était bien moins bon. Son gobelet de café dans la main elle passa par la porte des employés avant de jeter ses affaires avec nonchalance dans son casier, une main qu’elle glissa le long de la photo de sa fille. Peut-être eu Katie avait senti que son cœur était gros à Lizbeth parce que son téléphone lui indiquait un message et c’était une photo de Roxanne, affublée de son ciré jaune qui était en train de nourrir les chevaux à proximité de chez elle. Elle entendit intérieurement sa fille qui réclamait à Katie d’aller nourrir les chevaux se moquant bien du temps affreux qui sévissait sur la ville le jour même. Elle secoua la tête avec légèreté pour se remettre les idées d’aplomb et s’échappa dans sa cuisine où elle commença à faire la liste des choses qui lui était nécessaire au bon fonctionnement du service pour le reste de la semaine, elle maudit l’ancien chef qui, visiblement, fut agacé d’avoir été congédié parce qu’il lui avait laissé des denrées périmées, si bien qu’un sentiment d’agacement la prit par surprise ce qui lui fit grincer des dents et finir son café d’une traite. Elle s’appliqua à noter convenablement ce qu’il lui fallait et dans les bonnes quantités avant d’entendre la porte qui menait a la cuisine, elle n’avait pas encore la prétention de dire que c’était sa cuisine, ne sachant pas vraiment pour combien de temps il désirerait qu’elle reste. Une part d’elle espérait qu’ils lui demanderaient de rester longtemps, mais elle n’était sûre de rien. Elle se tourna pour voir l’interlocuteur qui était caché par les hottes sophistiquées -fucking range hood qui lui avait valu une crise de nerf lors de son premier service avant qu’un commis ne lui explique qu’elles étaient capricieuses- et elle ne put s’empêcher de sourire. You see it, right ? I’m still impressed by the size of this kitchen honestly. prononça t-elle avec un sourire, balançant son gobelet de café dans la poubelle et se rapprochant de Jasper d’un pas feutré. No worries, the rest of the staff is coming in about one hour or so, so I’m all yours le rassura t-elle d’une voix posée avant de le prendre dans ses bras pour lui offrir une accolade, comme le genre d’accolade qu’elle fait aux personnes qu’elle côtoie depuis des années. Ça aurait pu être leurs cas si la vie n’avait pas décidé de leur mettre des bâtons dans les roues et de les séparer après leur adolescence. Tell me, why did you need me ? Everything is ok with, what’s her name ? Caroline ? Lizbeth fit preuve d’une importante concentration pour se souvenir du nom de la fille de son ancien voisin, elle avait bien du mal à retenir les prénoms des personnes mais les visages, il n’y avait aucun souci. You seem huffy Jaz -un surnom qu’elle n’avait pas utilisé depuis des années et ça lui semblait étranges de l’user de nouveau- tell what is this about. demanda t-elle de nouveau, posant sa main sur l’avant bras du blond, tout en cherchant son regard avec une tendresse qui n’appartenait qu’a elle.

_________________

❝you came out of nowhere and you cut through all the noise i make sense to the madness when i listen to your voice darling, only you can ease my mind help me leave these lonely thoughts behind ❝ ease my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasper Halstead
To do list rp :
en cours | Lizbeth

à venir | Leone
Summary :
Fils aîné d'un couple de républicains, Jasper a eu une enfance sans grand problème, entre une famille aimante et une bande de copains dans le voisinage avec laquelle il était constamment à la recherche de la prochaine bêtise. C'est à l'adolescence que les choses se sont gâtées, quand il a réalisé que le monde que lui peignaient ses parents ne correspondait pas exactement à la réalité, du moins pas pour tout le monde. Doucement mais sûrement, il s'est éloigné des idéaux parentaux et avant que Papa et Maman puissent réagir, Jasper s'engageait bénévolement sur la campagne Obama. Si vous leur en parlez, ils vous diront certainement que tout ça, c'était la faute de leur maudite belle-fille, la libérale féministe extrémiste de gauche. Évidemment, elle n'avait pas grand-chose à voir avec sa timide prise de conscience de ses privilèges d'homme blanc ou sa bisexualité pas vraiment assumée, mais les parents Halstead n'ont jamais rien voulu entendre là-dessus, préférant le confort de leur tranquille petite vie intolérante où un fils qui ne serait pas hétérosexuel n'a pas sa place. Cette demoiselle, Jasper l'a rencontrée au lycée, à l'époque où il brillait encore par son ignorance et ses prouesses sportives. Your typical jock/nerd love story, à ceci près que Jasper était tout aussi capable de citer Tolkien qu'elle et était déjà un grand fan d'Isaac Asimov. Ils sont restés ensemble pendant des années, malgré des problèmes ici et là, et des disputes régulières et inévitables avec leurs deux caractères bien trempés et des éducations très différentes. Toutefois, lorsque leur fille est arrivée, quelques temps après l'ouverture du restaurant de Jasper avec un ami, il est devenu évident qu'ils avaient des visions très différentes de leur futur. Sa compagne a réalisé que la maternité n'était pas ce qu'elle attendait de la vie et quand elle a décidé de partir, Jasper a choisi de ne pas se battre. Il l'a laissée partir, sans un mot, ravalant son amertume et son ressentiment, conscient qu'il n'avait pas le droit de lui imposer quoi que ce soit, au contraire. S'il a eu le cœur brisé par son départ, c'est surtout pour sa fille, Caroline, et bien que ça ait pris du temps, il a fini par lui pardonner. En grande partie, du moins. Aujourd'hui, Jasper est un père célibataire très occupé, qui a parfois du mal à trouver un moment pour lui mais il peut compter sur l'appui de ses proches, notamment sur sa belle-sœur, qu'il a eu le bonheur de retrouver lorsqu'elle et son frère sont venus s'installer à New York, il y a quelques temps. Une joie de courte durée, cependant, puisque Caleb, son cadet, est décédé. Jasper n'a pas spécialement géré son deuil, préférant se plonger un peu plus dans le travail plutôt que d'affronter l'absence cruelle de son petit-frère dont il s'est toujours senti très proche, malgré la distance et des vies très différentes. (moodboard, playlist)
Date d'inscription :
06/08/2021
Messages :
54
Pseudo :
Valtersen (Julia)
Player's pronoun :
elle/she/her
Rythme de rp :
chaotique, en reprise
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Candace (ft. Zendaya), Gaby (ft. Taylor Swift) et Janet (ft. Kristen Stewart)
Avatar :
Chris Evans, av @bambieyes, gifs @myself, lyrics @Shawn Mendes
comfort crowd w/ Lizbeth Tppg1Qwu_o
Age :
35
Nationality :
American
Religion :
catholic
Status :
single dad not quite ready to get back into the dating game (or is he?)
Orientation :
a bi kinda guy
Work :
chef cuisinier, co-gérant de La Bonne Soupe
Home adress :
Brooklyn
Communities :
NYC single parents, Best Friends Lifesaving Center
Trigger :
feu/incendie/immolation, parents/relations toxiques
Warning :
deuil, séparation, biphobie, white privilege
comfort crowd w/ Lizbeth 24 comfort crowd w/ Lizbeth 15b comfort crowd w/ Lizbeth 107 comfort crowd w/ Lizbeth 10 comfort crowd w/ Lizbeth 59 comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033 comfort crowd w/ Lizbeth 137 comfort crowd w/ Lizbeth 37 comfort crowd w/ Lizbeth 56 comfort crowd w/ Lizbeth 66 comfort crowd w/ Lizbeth 84 comfort crowd w/ Lizbeth 90 comfort crowd w/ Lizbeth 163 comfort crowd w/ Lizbeth 165 comfort crowd w/ Lizbeth 183 comfort crowd w/ Lizbeth 190 comfort crowd w/ Lizbeth 200 comfort crowd w/ Lizbeth 204 comfort crowd w/ Lizbeth 211 comfort crowd w/ Lizbeth 43 comfort crowd w/ Lizbeth 156 comfort crowd w/ Lizbeth 181 comfort crowd w/ Lizbeth 193 comfort crowd w/ Lizbeth 197 comfort crowd w/ Lizbeth 34 comfort crowd w/ Lizbeth 6b comfort crowd w/ Lizbeth 87 comfort crowd w/ Lizbeth 77 comfort crowd w/ Lizbeth 118 comfort crowd w/ Lizbeth 146 comfort crowd w/ Lizbeth 148 comfort crowd w/ Lizbeth 188 comfort crowd w/ Lizbeth 210 comfort crowd w/ Lizbeth 200801065336610577

To do list rp : en cours | Lizbeth

à venir | Leone
Summary : Fils aîné d'un couple de républicains, Jasper a eu une enfance sans grand problème, entre une famille aimante et une bande de copains dans le voisinage avec laquelle il était constamment à la recherche de la prochaine bêtise. C'est à l'adolescence que les choses se sont gâtées, quand il a réalisé que le monde que lui peignaient ses parents ne correspondait pas exactement à la réalité, du moins pas pour tout le monde. Doucement mais sûrement, il s'est éloigné des idéaux parentaux et avant que Papa et Maman puissent réagir, Jasper s'engageait bénévolement sur la campagne Obama. Si vous leur en parlez, ils vous diront certainement que tout ça, c'était la faute de leur maudite belle-fille, la libérale féministe extrémiste de gauche. Évidemment, elle n'avait pas grand-chose à voir avec sa timide prise de conscience de ses privilèges d'homme blanc ou sa bisexualité pas vraiment assumée, mais les parents Halstead n'ont jamais rien voulu entendre là-dessus, préférant le confort de leur tranquille petite vie intolérante où un fils qui ne serait pas hétérosexuel n'a pas sa place. Cette demoiselle, Jasper l'a rencontrée au lycée, à l'époque où il brillait encore par son ignorance et ses prouesses sportives. Your typical jock/nerd love story, à ceci près que Jasper était tout aussi capable de citer Tolkien qu'elle et était déjà un grand fan d'Isaac Asimov. Ils sont restés ensemble pendant des années, malgré des problèmes ici et là, et des disputes régulières et inévitables avec leurs deux caractères bien trempés et des éducations très différentes. Toutefois, lorsque leur fille est arrivée, quelques temps après l'ouverture du restaurant de Jasper avec un ami, il est devenu évident qu'ils avaient des visions très différentes de leur futur. Sa compagne a réalisé que la maternité n'était pas ce qu'elle attendait de la vie et quand elle a décidé de partir, Jasper a choisi de ne pas se battre. Il l'a laissée partir, sans un mot, ravalant son amertume et son ressentiment, conscient qu'il n'avait pas le droit de lui imposer quoi que ce soit, au contraire. S'il a eu le cœur brisé par son départ, c'est surtout pour sa fille, Caroline, et bien que ça ait pris du temps, il a fini par lui pardonner. En grande partie, du moins. Aujourd'hui, Jasper est un père célibataire très occupé, qui a parfois du mal à trouver un moment pour lui mais il peut compter sur l'appui de ses proches, notamment sur sa belle-sœur, qu'il a eu le bonheur de retrouver lorsqu'elle et son frère sont venus s'installer à New York, il y a quelques temps. Une joie de courte durée, cependant, puisque Caleb, son cadet, est décédé. Jasper n'a pas spécialement géré son deuil, préférant se plonger un peu plus dans le travail plutôt que d'affronter l'absence cruelle de son petit-frère dont il s'est toujours senti très proche, malgré la distance et des vies très différentes. (moodboard, playlist) Date d'inscription : 06/08/2021
Messages : 54
Pseudo : Valtersen (Julia)
Player's pronoun : elle/she/her
Rythme de rp : chaotique, en reprise
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Candace (ft. Zendaya), Gaby (ft. Taylor Swift) et Janet (ft. Kristen Stewart)
Avatar : Chris Evans, av @bambieyes, gifs @myself, lyrics @Shawn Mendes
comfort crowd w/ Lizbeth Tppg1Qwu_o
Age : 35
Nationality : American
Religion : catholic
Status : single dad not quite ready to get back into the dating game (or is he?)
Orientation : a bi kinda guy
Work : chef cuisinier, co-gérant de La Bonne Soupe
Home adress : Brooklyn
Communities : NYC single parents, Best Friends Lifesaving Center
Trigger : feu/incendie/immolation, parents/relations toxiques
Warning : deuil, séparation, biphobie, white privilege
comfort crowd w/ Lizbeth 24 comfort crowd w/ Lizbeth 15b comfort crowd w/ Lizbeth 107 comfort crowd w/ Lizbeth 10 comfort crowd w/ Lizbeth 59 comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033 comfort crowd w/ Lizbeth 137 comfort crowd w/ Lizbeth 37 comfort crowd w/ Lizbeth 56 comfort crowd w/ Lizbeth 66 comfort crowd w/ Lizbeth 84 comfort crowd w/ Lizbeth 90 comfort crowd w/ Lizbeth 163 comfort crowd w/ Lizbeth 165 comfort crowd w/ Lizbeth 183 comfort crowd w/ Lizbeth 190 comfort crowd w/ Lizbeth 200 comfort crowd w/ Lizbeth 204 comfort crowd w/ Lizbeth 211 comfort crowd w/ Lizbeth 43 comfort crowd w/ Lizbeth 156 comfort crowd w/ Lizbeth 181 comfort crowd w/ Lizbeth 193 comfort crowd w/ Lizbeth 197 comfort crowd w/ Lizbeth 34 comfort crowd w/ Lizbeth 6b comfort crowd w/ Lizbeth 87 comfort crowd w/ Lizbeth 77 comfort crowd w/ Lizbeth 118 comfort crowd w/ Lizbeth 146 comfort crowd w/ Lizbeth 148 comfort crowd w/ Lizbeth 188 comfort crowd w/ Lizbeth 210 comfort crowd w/ Lizbeth 200801065336610577


#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
https://www.ivegot99problems.com/t6395-kink-people-with-kind-hearts-and-good-intentions
Sujet: Re: comfort crowd w/ LizbethLun 16 Aoû - 15:31
Il pouvait déjà visualiser l’expression ravie qui illuminerait le visage de sa mère si par hasard — comprendre, par malheur — elle apprenait que Lizbeth et lui avaient repris contact et, pire encore, qu’ils s’entendaient suffisamment bien pour qu’il s’autorise la liberté d’investir son lieu de travail sans prévenir. Il pouvait la voir, la lueur de joie pleine d’espoir resurgir après tant d’années. C’était l’une des raisons pour lesquelles il n’avait rien dit à ses parents sur le sujet, les autres étant toutes des explications plus ou moins polies de la distance qui s’était creusé entre Jasper et le reste de sa famille ces vingt dernières années. Ils ne se comprenaient plus, refusaient de se comprendre et chacun préférait rester campé sur ses positions, parfaitement conscient de leurs différences. Ça n’avait pas toujours été le cas mais après une dispute mémorable, deux ans après le départ de Ruth, et la menace, efficace mais sans doute cruelle, de garder Caroline loin de la maison familiale, Patrick et Jaclyn Halstead avaient appris à réfréner leur curiosité naturel et cet agaçant besoin de commenter tous les aspects de la vie de leur fils aîné. Truth be told, Jasper s’était senti vaguement coupable d’avoir utilisé sa fille à de telles fins mais force était d’admettre que les résultats obtenus avaient dépassé ses attentes. On ne mentionnait plus son ex à chaque occasion, ne faisait plus la moindre remarque ses affaires — par ailleurs florissantes, thank you very much — et plus personne n’avait tenté de recycler le running gag antique sur la fille Walsh. À vrai dire, avant qu’ils ne se retrouvent dans le même groupe Whatsapp, Jasper n’avait pas pensé à Lizbeth depuis plusieurs années — and yet here he was. Il ne manquait pourtant pas d’amis aux expériences variées, similaires à la sienne pour certain·e·s mais il y avait une certaine familiarité avec son amie d’enfance qu’il ne partageait avec personne d’autre, que rien, pas même les années de silence, ne semblait avoir fragilisé. Peut-être qu’il se faisait des idées, trouvant dans l’illusion le réconfort dont il avait désespérément besoin ces derniers temps. L’idée lui avait déjà traversé l’esprit d’ailleurs avant qu’il ne la balaye d’un revers de manche métaphorique. It wasn’t that deep anyway. Il n’y avait rien d’étrange à renouer des liens avec quelqu’un de son passé, bien au contraire. Après tout, malgré des chemins différents, ils partageaient plus d’un point commun qu’il aurait été idiot d’ignorer.

En l’occurrence, c’était précisément sur ces similarités que Jasper comptait, dans le besoin désespéré d’une dose de sagesse dont il manquait cruellement. Ou, du moins, d’un peu de courage et d’inspiration pour affronter la discussion capitale qui l’attendait au bout du chemin en apparence sans obstacle qu’avait été cette journée dans sa tête au réveil. À l’heure actuelle, sa matinée n’avait plus rien d’une promenade de santé, plutôt d’une randonnée aux allures de parcours du combattant dans laquelle il s’était engagé avec une paire de chaussons et une bouteille d’eau à moitié vide. Le sourire de Lizbeth le rassura légèrement néanmoins et il le lui rendit, soulagé que sa visite impromptue ne semble pas la déranger plus que ça. En d’autres circonstances, Jasper ne se serait très certainement pas permis de débarquer sans prévenir, détestant lui-même être dérangé sans sommation, surtout au travail. Il eut une seconde d’arrêt devant la formulation, se demandant si il avait vraiment l’air si désespéré que ça ou si il était dans ses habitudes de se consacrer toute entière à ses visiteurs — un peu des deux, peut-être — avant d’accepter l’étreinte offerte. Rien d’étrange, en théorie. Il était tout aussi tactile, sinon plus, avec ses amis les plus proches mais Lizbeth n’en faisait pas partie. Pas vraiment. Pas encore ? Eh, semantics. Ils cumulaient sans doute suffisamment d’années d’amitié — or at the very least, of mutually acknowledging each other’s existence — au compteur pour donner à un tel geste un certain naturel. Again, not that deep. Caroline, yes, fit-il, vaguement soulagé qu’elle le mène sur un terrain connu, si miné était-il. She’s fine, she’s with Caleb’s wife. Widow. Caleb’s widow, répéta-t-il, s’éclaircissant la gorge avec un froncement de sourcils. Le terme était encore étrange, désagréable sur sa langue, lourd d’un sens qu’il refusait d’accepter, même un an après. Le contact de la main de Lizbeth sur son bras l’empêcha de s’abandonner trop longtemps au fil de ses pensées et il tâcha de se détendre, aidé sans très bien comprendre pourquoi par sa proximité. À moins que ce fut le surnom d’enfance qui lui échappa. Il ne se souvenait pas de l’avoir entendu dans la bouche de qui que ce soit depuis qu’il avait quitté Dawson Circle. I’m not huffy, répliqua-t-il un peu brusquement. He was not. Really. No, he was a grown man freaking out over the cold logic of his six years old daughter. So maybe he was. I’m just- Il s’interrompit, se pinçant l’arrête du nez avec un soupir. I just had to listen to my daughter talk about her mother and try to insert herself in my love life in the same breath. And I just stood there, with no idea what to tell her. Les mots like an idiot restèrent coincés au fond de sa gorge. Il se secoua, captant le regard de Lizbeth. She wasn’t even asking for her mom. To see her or, I don’t know, reconnect in some way. That, I would’ve expected, continua-t-il avec un bref geste de la main fendant l’air pour appuyer son propos, but she actually wants Ruth to surrender her parental rights. Well, she didn’t say so in so many words, she’s a kid, got no idea how the law actually works, obviously and thank God for that, but that was the idea. For when, you know, I start dating again and get her another parent. It’s literally a matter of when in her mind, not if. And yes, before you ask, she also made a suggestion on who she thinks is best for the job. Il y avait une blague ou deux à faire sur le fait qu’elle ait choisi Leone, of all people, mais Jasper n’avait pas encore suffisamment de recul pour en rire. She’s six, for God’s sake, she shouldn’t be so practical about any of it. Or that invested in my love life. Well, the lack thereof, really, ajouta-t-il après une seconde. Un doux euphémisme, quand on y réfléchissait deux minutes. Il avait passé la grande majorité de sa vie d’adulte avec la même personne, n’en avait fréquenté qu’une autre et s’était, depuis, entièrement consacré à sa fille et à son job. Sorry for dumping all of this on you, I- I truly didn’t know who else to turn to, avoua-t-il piteusement avec une vague grimace, conscient que s’il y avait une limite à ne pas dépasser en matière de vieilles amitiés comme la leur ravivées par un concours de circonstances, il l’avait probablement franchi avec une telle confession.

_________________
-- baby, any time you're ready, i'm waitin'. even ten years from now, if you haven't found somebody, i promise, i'll be around. tell me when you're ready, i'm waitin'. what if my dad is right when he says that you're the one? no, i can't even argue, i won't even fight him on it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizbeth Walsh
To do list rp :
prénom nom - www
Summary :
Lizbeth est issue d'une famille de trois enfants, une soeur un peu plus âgé et un frère plus jeune qu'elle. La famille s'est étendue avec la fille de Lizbeth âgée de quatre ans, qu'elle a eu alors qu'elle était tout juste séparée du père de la petite. Cheffe étoilée dans le restaurant du Plaza Hotel, elle évolue dans un monde où le machisme est très présent et où elle compte bien remettre à leurs places les hommes qui pensent qu'elle n'a pas sa place dans "leur" cuisine. Très proche de sa famille elle ne supporte cependant pas réellement les crises existentielles de sa mère et la pression que ses parents mettent à son petit frère. Elle tente tant bien que mal de leur faire comprendre qu'il peut bien faire ce qu'il veut, tant qu'il est heureux, elle n'hésite pas à leur dire ce qu'elle pense. Et elle refuse catégoriquement que sa mère puisse garder sa fille de peur qu'elle ne veuille lui offrir une éducation à sa façon et Lizbeth préfère encore que son frère la garde, ou avoir recours à une nounou plutôt que de la laisser à sa mère ou même à son père.
Date d'inscription :
17/03/2021
Messages :
231
Pseudo :
harleen. / marion
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
le week-end, 1 ou 2 la semaine.
Multinicks :
alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; fahy (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar :
olsen. + boitesaidées (tumblr ; av)
comfort crowd w/ Lizbeth E03cc98e6db74147eda39b710f92c9ece8886d3f
Age :
trente-trois ans. (20/02)
Nationality :
américano-irlandaise
Origins :
irlandaise, italienne.
Religion :
atheist.
Status :
single ready to mingle.
Orientation :
bisexuelle.
Work :
cheffe étoilée @ The Modern in MoMA.
Home adress :
Staten Island.
Communities :
#cours de cuisine du samedi matin
#famille du Dawson circle
#the overkill
#the lift

Trigger :
sexual assault, child abuse.
Warning :
/
comfort crowd w/ Lizbeth 21comfort crowd w/ Lizbeth 2comfort crowd w/ Lizbeth 17bcomfort crowd w/ Lizbeth 10comfort crowd w/ Lizbeth 106comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033comfort crowd w/ Lizbeth 200801051713190412comfort crowd w/ Lizbeth 37comfort crowd w/ Lizbeth 80comfort crowd w/ Lizbeth 84comfort crowd w/ Lizbeth 183comfort crowd w/ Lizbeth 202comfort crowd w/ Lizbeth 33comfort crowd w/ Lizbeth 40comfort crowd w/ Lizbeth 63comfort crowd w/ Lizbeth 156comfort crowd w/ Lizbeth 167comfort crowd w/ Lizbeth 121comfort crowd w/ Lizbeth 210comfort crowd w/ Lizbeth 129comfort crowd w/ Lizbeth 73comfort crowd w/ Lizbeth 87comfort crowd w/ Lizbeth 77
To do list rp : prénom nom - www Summary : Lizbeth est issue d'une famille de trois enfants, une soeur un peu plus âgé et un frère plus jeune qu'elle. La famille s'est étendue avec la fille de Lizbeth âgée de quatre ans, qu'elle a eu alors qu'elle était tout juste séparée du père de la petite. Cheffe étoilée dans le restaurant du Plaza Hotel, elle évolue dans un monde où le machisme est très présent et où elle compte bien remettre à leurs places les hommes qui pensent qu'elle n'a pas sa place dans "leur" cuisine. Très proche de sa famille elle ne supporte cependant pas réellement les crises existentielles de sa mère et la pression que ses parents mettent à son petit frère. Elle tente tant bien que mal de leur faire comprendre qu'il peut bien faire ce qu'il veut, tant qu'il est heureux, elle n'hésite pas à leur dire ce qu'elle pense. Et elle refuse catégoriquement que sa mère puisse garder sa fille de peur qu'elle ne veuille lui offrir une éducation à sa façon et Lizbeth préfère encore que son frère la garde, ou avoir recours à une nounou plutôt que de la laisser à sa mère ou même à son père.
Date d'inscription : 17/03/2021
Messages : 231
Pseudo : harleen. / marion
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : le week-end, 1 ou 2 la semaine.
Multinicks : alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; fahy (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar : olsen. + boitesaidées (tumblr ; av)
comfort crowd w/ Lizbeth E03cc98e6db74147eda39b710f92c9ece8886d3f
Age : trente-trois ans. (20/02)
Nationality : américano-irlandaise
Origins : irlandaise, italienne.
Religion : atheist.
Status : single ready to mingle.
Orientation : bisexuelle.
Work : cheffe étoilée @ The Modern in MoMA.
Home adress : Staten Island.
Communities : #cours de cuisine du samedi matin
#famille du Dawson circle
#the overkill
#the lift

Trigger : sexual assault, child abuse.
Warning : /
comfort crowd w/ Lizbeth 21comfort crowd w/ Lizbeth 2comfort crowd w/ Lizbeth 17bcomfort crowd w/ Lizbeth 10comfort crowd w/ Lizbeth 106comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033comfort crowd w/ Lizbeth 200801051713190412comfort crowd w/ Lizbeth 37comfort crowd w/ Lizbeth 80comfort crowd w/ Lizbeth 84comfort crowd w/ Lizbeth 183comfort crowd w/ Lizbeth 202comfort crowd w/ Lizbeth 33comfort crowd w/ Lizbeth 40comfort crowd w/ Lizbeth 63comfort crowd w/ Lizbeth 156comfort crowd w/ Lizbeth 167comfort crowd w/ Lizbeth 121comfort crowd w/ Lizbeth 210comfort crowd w/ Lizbeth 129comfort crowd w/ Lizbeth 73comfort crowd w/ Lizbeth 87comfort crowd w/ Lizbeth 77
Sujet: Re: comfort crowd w/ LizbethMer 18 Aoû - 20:59

Lizbeth s’étonna presque de le voir dans sa cuisine. Elle s’étonna un instant et puis, finalement, elle s’acclimata au fait qu’il était là, réellement. Des souvenirs qui lui revenaient rapidement en mémoire, comme ces fois où ils refaisaient le monde sur le toit, à la seule lueur des étoiles alors qu’ils étaient des gamins. Elle se souvint aussi de la dispute qui avait suivi parce qu’ils avaient été, soi disant, inconscient, Lizbeth n’avait pas pu s’empêcher de rire ce soir-là, face au visage désabusé de sa mère et de son père, surtout sa mère qui agit avec son exagération habituelle. Les images revinrent plus virulentes que jamais, et il fallut quelques secondes à la blonde pour qu’elle se re-concentre dans cette conversation. Elle se souvint rapidement de leurs visages désabusés quand leurs parents ne cessaient -pensant naïvement que ça allait marcher- qu’ils allaient qu’ils se marient. Bien évidemment que non, ils n’allaient pas se marier l’un avec l’autre, ils étaient ami.e.s et rien de plus. Lizbeth avait toujours été là pour Jasper et malgré le fait que le temps décida de les faire prendre un chemin différent il y a quelques années, Lizbeth mit, il y a des années, un point d’honneur à être là pour ceux qui avaient ou qui comptent pour elle, Jasper était l’une de ces personnes, alors bien évidemment qu’elle allait l’aider à trouver une solution à son problème qui semblait vraiment l’agacer. Le sourire de Jasper gonfla son coeur d’une sensation qui lui avait manqué et elle l’écoutait, avec intérêt, pour imprimer toutes les informations, pour ne pas omettre quelque chose. Et le mot widow percuta ses oreilles, si bien qu’un frisson parcourut son échine et elle cligna rapidement des yeux « Caleb wh- Caleb what ? » demanda t-elle, se reculant un instant pour prendre appui sur le plan de travail. Elle n’avait pas eu vent de cette information et ce serait mentir que de dire que ça ne lui fit rien. « Caleb is - ? » Elle ne parvint pas à finir la phrase et elle se sentit tout d’un coup, assommée par une force certaine. Caleb, celui qui construisait leurs cabanes à l’époque, qui se prenait pour un pirate. Elle souffla un instant pour reprendre une constance et laissa de nouveau sa concentration associer les paroles de Jasper à sa voix pour ne pas se laisser submerger par les sentiments. Une moue fendit son visage à la contradiction du brun et elle le regarda, comme pour l’encourager, comme pour lui dire que tout irait bien après ses confessions. Elle ne s’attendait pas à cela, les mots qui fendait dans l’air, elle imagina non sans mal Caroline qu’elle avait aperçu une ou deux fois lors d’un playdate organisée par le biais du groupe des single parents, qui s’exprimait avec tant de force que ça la fit sourire. Elle se revoyait aussi, à voir Ruth -qu’elle n’avait pas aimé lors de leur première rencontre, let’s be honest- et à tenter d’être sympathique et avenante mais elle se souvint aussi de la façon qu’elle avait eu de la regarder, et Lizbeth sentit une once de colère qui montait en elle, si bien qu’elle fut obligée de secouer la tête pour revenir sur terre -ou plutôt dans sa cuisine- quand Jasper eut fini de parler.

« As you said, she’s six Jaz. Maybe she didn’t mean it. » commença t-elle avec tant de mots qui fusaient dans son esprit qu’elle se demanda comment elle allait faire pour mettre en ordre ses pensées. Puis les excuses revinrent en mémoire et Lizzie s’approcha de lui en le regardant, son regard qui se plantait dans celui de Jasper sans ménagement « I can be the one, if you want to. » prononça t-elle avant de se rattraper « The one who listen, I mean. » Parce qu’elle ne voulait pas qu’il s’imagine des choses, qu’il s’imagine qu’elle le draguait ou autre. Ce n’était pas son idée, ni même son intention. Elle reprit le cours de ses idées en s’humidifiant les lèvres et elle se dirigea vers la machine à café et après l’acceptation de Jasper fit deux cafés pour gagner un peu de temps. Elle s’approcha alors de lui et déposa la tasse sur le plan de travail, un sachet de sucre et une cuillère en plus avant de reprendre son laïus « I think that Caroline is a smart kid, to be honest. And maybe, it’s- it’s a way to tell you that you should date again. Even if the subject was a bit… hard for you to hear because it was unrealistic, perhaps it’s her way to make you understand ? And don’t be a liar, pretty sure you make loads of people dizzy. » Elle ria un peu avant de prendre une gorgée de café, elle fit craquer sa nuque et elle se demanda un instant ce qui se passerait si jamais, un jour, Roxanne vint à lui parler de tout cela. « But I understand what you feel, I don’t know how Roxanne will react if one day I’ll be back on dating game again and I’m a bit anxious about that. » Elle haussa les épaules avant de boire de nouveau une gorgée de café « And if- if you allow someone to talk to her ? I mean, a friend or I don’t know. To let her express her feelings about your dating life, her mom, stuff like that ? » Une idée qui la traversa juste comme ça, mais peut-être qu’elle se confierait mieux, peut-être qu’elle serait plus à même de comprendre quand quelqu’un d’autre que la personne qu’elle côtoie chaque jour lui explique. Au fond, Lizbeth voulait juste qu’il aille bien, qu’il aille tout simplement et que les pensées soient un peu moins perturbées que quand il est entré dans sa cuisine.

_________________

❝you came out of nowhere and you cut through all the noise i make sense to the madness when i listen to your voice darling, only you can ease my mind help me leave these lonely thoughts behind ❝ ease my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasper Halstead
To do list rp :
en cours | Lizbeth

à venir | Leone
Summary :
Fils aîné d'un couple de républicains, Jasper a eu une enfance sans grand problème, entre une famille aimante et une bande de copains dans le voisinage avec laquelle il était constamment à la recherche de la prochaine bêtise. C'est à l'adolescence que les choses se sont gâtées, quand il a réalisé que le monde que lui peignaient ses parents ne correspondait pas exactement à la réalité, du moins pas pour tout le monde. Doucement mais sûrement, il s'est éloigné des idéaux parentaux et avant que Papa et Maman puissent réagir, Jasper s'engageait bénévolement sur la campagne Obama. Si vous leur en parlez, ils vous diront certainement que tout ça, c'était la faute de leur maudite belle-fille, la libérale féministe extrémiste de gauche. Évidemment, elle n'avait pas grand-chose à voir avec sa timide prise de conscience de ses privilèges d'homme blanc ou sa bisexualité pas vraiment assumée, mais les parents Halstead n'ont jamais rien voulu entendre là-dessus, préférant le confort de leur tranquille petite vie intolérante où un fils qui ne serait pas hétérosexuel n'a pas sa place. Cette demoiselle, Jasper l'a rencontrée au lycée, à l'époque où il brillait encore par son ignorance et ses prouesses sportives. Your typical jock/nerd love story, à ceci près que Jasper était tout aussi capable de citer Tolkien qu'elle et était déjà un grand fan d'Isaac Asimov. Ils sont restés ensemble pendant des années, malgré des problèmes ici et là, et des disputes régulières et inévitables avec leurs deux caractères bien trempés et des éducations très différentes. Toutefois, lorsque leur fille est arrivée, quelques temps après l'ouverture du restaurant de Jasper avec un ami, il est devenu évident qu'ils avaient des visions très différentes de leur futur. Sa compagne a réalisé que la maternité n'était pas ce qu'elle attendait de la vie et quand elle a décidé de partir, Jasper a choisi de ne pas se battre. Il l'a laissée partir, sans un mot, ravalant son amertume et son ressentiment, conscient qu'il n'avait pas le droit de lui imposer quoi que ce soit, au contraire. S'il a eu le cœur brisé par son départ, c'est surtout pour sa fille, Caroline, et bien que ça ait pris du temps, il a fini par lui pardonner. En grande partie, du moins. Aujourd'hui, Jasper est un père célibataire très occupé, qui a parfois du mal à trouver un moment pour lui mais il peut compter sur l'appui de ses proches, notamment sur sa belle-sœur, qu'il a eu le bonheur de retrouver lorsqu'elle et son frère sont venus s'installer à New York, il y a quelques temps. Une joie de courte durée, cependant, puisque Caleb, son cadet, est décédé. Jasper n'a pas spécialement géré son deuil, préférant se plonger un peu plus dans le travail plutôt que d'affronter l'absence cruelle de son petit-frère dont il s'est toujours senti très proche, malgré la distance et des vies très différentes. (moodboard, playlist)
Date d'inscription :
06/08/2021
Messages :
54
Pseudo :
Valtersen (Julia)
Player's pronoun :
elle/she/her
Rythme de rp :
chaotique, en reprise
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Candace (ft. Zendaya), Gaby (ft. Taylor Swift) et Janet (ft. Kristen Stewart)
Avatar :
Chris Evans, av @bambieyes, gifs @myself, lyrics @Shawn Mendes
comfort crowd w/ Lizbeth Tppg1Qwu_o
Age :
35
Nationality :
American
Religion :
catholic
Status :
single dad not quite ready to get back into the dating game (or is he?)
Orientation :
a bi kinda guy
Work :
chef cuisinier, co-gérant de La Bonne Soupe
Home adress :
Brooklyn
Communities :
NYC single parents, Best Friends Lifesaving Center
Trigger :
feu/incendie/immolation, parents/relations toxiques
Warning :
deuil, séparation, biphobie, white privilege
comfort crowd w/ Lizbeth 24 comfort crowd w/ Lizbeth 15b comfort crowd w/ Lizbeth 107 comfort crowd w/ Lizbeth 10 comfort crowd w/ Lizbeth 59 comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033 comfort crowd w/ Lizbeth 137 comfort crowd w/ Lizbeth 37 comfort crowd w/ Lizbeth 56 comfort crowd w/ Lizbeth 66 comfort crowd w/ Lizbeth 84 comfort crowd w/ Lizbeth 90 comfort crowd w/ Lizbeth 163 comfort crowd w/ Lizbeth 165 comfort crowd w/ Lizbeth 183 comfort crowd w/ Lizbeth 190 comfort crowd w/ Lizbeth 200 comfort crowd w/ Lizbeth 204 comfort crowd w/ Lizbeth 211 comfort crowd w/ Lizbeth 43 comfort crowd w/ Lizbeth 156 comfort crowd w/ Lizbeth 181 comfort crowd w/ Lizbeth 193 comfort crowd w/ Lizbeth 197 comfort crowd w/ Lizbeth 34 comfort crowd w/ Lizbeth 6b comfort crowd w/ Lizbeth 87 comfort crowd w/ Lizbeth 77 comfort crowd w/ Lizbeth 118 comfort crowd w/ Lizbeth 146 comfort crowd w/ Lizbeth 148 comfort crowd w/ Lizbeth 188 comfort crowd w/ Lizbeth 210 comfort crowd w/ Lizbeth 200801065336610577

To do list rp : en cours | Lizbeth

à venir | Leone
Summary : Fils aîné d'un couple de républicains, Jasper a eu une enfance sans grand problème, entre une famille aimante et une bande de copains dans le voisinage avec laquelle il était constamment à la recherche de la prochaine bêtise. C'est à l'adolescence que les choses se sont gâtées, quand il a réalisé que le monde que lui peignaient ses parents ne correspondait pas exactement à la réalité, du moins pas pour tout le monde. Doucement mais sûrement, il s'est éloigné des idéaux parentaux et avant que Papa et Maman puissent réagir, Jasper s'engageait bénévolement sur la campagne Obama. Si vous leur en parlez, ils vous diront certainement que tout ça, c'était la faute de leur maudite belle-fille, la libérale féministe extrémiste de gauche. Évidemment, elle n'avait pas grand-chose à voir avec sa timide prise de conscience de ses privilèges d'homme blanc ou sa bisexualité pas vraiment assumée, mais les parents Halstead n'ont jamais rien voulu entendre là-dessus, préférant le confort de leur tranquille petite vie intolérante où un fils qui ne serait pas hétérosexuel n'a pas sa place. Cette demoiselle, Jasper l'a rencontrée au lycée, à l'époque où il brillait encore par son ignorance et ses prouesses sportives. Your typical jock/nerd love story, à ceci près que Jasper était tout aussi capable de citer Tolkien qu'elle et était déjà un grand fan d'Isaac Asimov. Ils sont restés ensemble pendant des années, malgré des problèmes ici et là, et des disputes régulières et inévitables avec leurs deux caractères bien trempés et des éducations très différentes. Toutefois, lorsque leur fille est arrivée, quelques temps après l'ouverture du restaurant de Jasper avec un ami, il est devenu évident qu'ils avaient des visions très différentes de leur futur. Sa compagne a réalisé que la maternité n'était pas ce qu'elle attendait de la vie et quand elle a décidé de partir, Jasper a choisi de ne pas se battre. Il l'a laissée partir, sans un mot, ravalant son amertume et son ressentiment, conscient qu'il n'avait pas le droit de lui imposer quoi que ce soit, au contraire. S'il a eu le cœur brisé par son départ, c'est surtout pour sa fille, Caroline, et bien que ça ait pris du temps, il a fini par lui pardonner. En grande partie, du moins. Aujourd'hui, Jasper est un père célibataire très occupé, qui a parfois du mal à trouver un moment pour lui mais il peut compter sur l'appui de ses proches, notamment sur sa belle-sœur, qu'il a eu le bonheur de retrouver lorsqu'elle et son frère sont venus s'installer à New York, il y a quelques temps. Une joie de courte durée, cependant, puisque Caleb, son cadet, est décédé. Jasper n'a pas spécialement géré son deuil, préférant se plonger un peu plus dans le travail plutôt que d'affronter l'absence cruelle de son petit-frère dont il s'est toujours senti très proche, malgré la distance et des vies très différentes. (moodboard, playlist) Date d'inscription : 06/08/2021
Messages : 54
Pseudo : Valtersen (Julia)
Player's pronoun : elle/she/her
Rythme de rp : chaotique, en reprise
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Candace (ft. Zendaya), Gaby (ft. Taylor Swift) et Janet (ft. Kristen Stewart)
Avatar : Chris Evans, av @bambieyes, gifs @myself, lyrics @Shawn Mendes
comfort crowd w/ Lizbeth Tppg1Qwu_o
Age : 35
Nationality : American
Religion : catholic
Status : single dad not quite ready to get back into the dating game (or is he?)
Orientation : a bi kinda guy
Work : chef cuisinier, co-gérant de La Bonne Soupe
Home adress : Brooklyn
Communities : NYC single parents, Best Friends Lifesaving Center
Trigger : feu/incendie/immolation, parents/relations toxiques
Warning : deuil, séparation, biphobie, white privilege
comfort crowd w/ Lizbeth 24 comfort crowd w/ Lizbeth 15b comfort crowd w/ Lizbeth 107 comfort crowd w/ Lizbeth 10 comfort crowd w/ Lizbeth 59 comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033 comfort crowd w/ Lizbeth 137 comfort crowd w/ Lizbeth 37 comfort crowd w/ Lizbeth 56 comfort crowd w/ Lizbeth 66 comfort crowd w/ Lizbeth 84 comfort crowd w/ Lizbeth 90 comfort crowd w/ Lizbeth 163 comfort crowd w/ Lizbeth 165 comfort crowd w/ Lizbeth 183 comfort crowd w/ Lizbeth 190 comfort crowd w/ Lizbeth 200 comfort crowd w/ Lizbeth 204 comfort crowd w/ Lizbeth 211 comfort crowd w/ Lizbeth 43 comfort crowd w/ Lizbeth 156 comfort crowd w/ Lizbeth 181 comfort crowd w/ Lizbeth 193 comfort crowd w/ Lizbeth 197 comfort crowd w/ Lizbeth 34 comfort crowd w/ Lizbeth 6b comfort crowd w/ Lizbeth 87 comfort crowd w/ Lizbeth 77 comfort crowd w/ Lizbeth 118 comfort crowd w/ Lizbeth 146 comfort crowd w/ Lizbeth 148 comfort crowd w/ Lizbeth 188 comfort crowd w/ Lizbeth 210 comfort crowd w/ Lizbeth 200801065336610577


#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
https://www.ivegot99problems.com/t6395-kink-people-with-kind-hearts-and-good-intentions
Sujet: Re: comfort crowd w/ LizbethMer 18 Aoû - 23:59
Il ne lui était pas venu à l’idée que Lizbeth ignore le décès de son frère, vraiment pas. Sa disparition avait pris tant d’importance dans sa propre vie et celles de ses proches qu’il oubliait, parfois, qu’il n’en allait pas de même pour tout le monde. Que les gens qui existaient en périphérie de son existence et de celle de sa famille n’avaient pas vu leur quotidien brutalement mis en pause. Naïvement étonné par la réaction de la jeune femme, il la regarda d’abord sans comprendre les questions qu’elle ne finissait pas. Caleb what? Où voulait-elle en venir ? Jasper fronça les sourcils, les yeux rivés sur elle, attendant une suite que son cerveau finit par suggérer. Elle ne savait pas. Elle ne savait pas. La réalisation déforma un instant son visage, ses lèvres s’arrondissant sur un O de surprise, et il détourna les yeux, la mâchoire serrée. Le triste avantage d’être majoritairement entouré de personnes qui, elles, savaient, c’est qu’il pouvait aisément se complaire dans le déni et éviter d’aborder le sujet trop en profondeur. On évoquait Caleb sans le nommer, détournait la conversation quand il était question de fratrie, évitait d’évoquer le moindre problème cardiaque. On l’entourait de douceur et d’attention, peut-être un peu trop, et il pouvait changer de sujet sans se sentir coupable. Difficile à faire avec quelqu’un à qui il avait appris la nouvelle. Passed away, yes, parvint-il à articuler, croisant les bras, tant dans l’espoir de dissimuler son trouble que de protéger son cœur qui, fatalement, se serra en une torsion douloureuse. Sorry, I thought you knew. I don’t remember the funeral all that much, I figured your parents were there. Entre les proches de Caleb, leur propre famille étendue, les amis, les collègues et les autres, Jasper avait serré plus d’une main et acccepté plus d’une accolade sans en noter l’origine. La présence de Caroline l’avait gardé alerte, la nécessité de l’avoir toujours dans son champ de vision devenu un réflexe au fil des ans, mais il n’avait pas prêté plus attention que ça aux visages compatissants et aux mots plein de sollicitude.

Caroline, toujours son sujet de prédilection. De complainte parfois, comme ce matin. Il avait souvent l’impression d’en faire trop, de n’avoir rien d’autre à dire que tout le bien qu’il pensait de sa fille et l’affection qu’il pouvait lui porter. Son groupe d’amis s’en amusait régulièrement, sans méchanceté certes mais c’était suffisamment pour l’amener à se poser certaines questions et à prendre un peu de recul sur l’attitude qu’il pouvait avoir, une fois qu’elle n’était plus dans les parages. Ses premières sorties sans elle, après sa naissance — bien après sa naissance, faire confiance à qui que ce soit pour la garder s’était révélé être un exercice particulièrement compliqué — avaient été pour le moins difficiles et un rien humiliantes. Pendant un temps, il avait cru nécessaire de se défaire de sa casquette de père célibataire, craignant de n’avoir d’autre sujet de conversation que les couches et les nuits qu’elle ne faisait pas encore d’une seule traite. La peur de déranger et d’ennuyer ses camarades avait fini par s’estomper, gommé par la fierté de voir la gamine grandir et s’épanouir. Cela dit, il aurait bien volontiers attendu quelques années pour le type d’épanouissement dont elle avait fait preuve ce matin. Oh, she meant it, répliqua-t-il vertement sans pouvoir s’en empêcher. Il se tut cependant avant de se lancer dans une explication passionnée — et certainement biaisée, même si il refusait de l’admettre — sur la maturité de Caroline, laquelle prenait ses conseils un peu trop à cœur, notamment en matière d’honnêteté. Et, certes, entendre sa fille de six ans lui parler de sa vie amoureuse et émettre ses propres recommandations n’était pas exactement l’expérience la plus facile qui soit mais il finirait sans doute par en tirer une certaine fierté. Plus tard, quand il ne serait pas trop occupé à retourner ses déclarations dans tous les sens tout en évitant de paniquer.

Les mots de Lizbeth tintèrent dans ses oreilles un instant et il ne put réprimer un bref sourire, ravalant toutefois le I bet our parents would love that qui lui montait aux lèvres. C’était idiot et certainement paradoxal qu’il en vienne, après toutes ces années, à répéter une blague qui l’avait tant agacé pendant la première partie de sa vie. Mieux valait ne pas s’attarder sur une formulation qui, somme toute, restait tout à fait innocente. Cela dit, elle avait sans doute capté le potentiel double sens. Sinon pourquoi se corriger ? Jasper accepta donc le café d’un bref hochement de tête, ne se faisant pas suffisamment confiance pour ouvrir la bouche sans dire quelque chose qu’il pourrait hypothétiquement regretter. Retrouver Lizbeth au hasard d’une association avait été une surprise, certes, mais le bon genre de surprises. Et si ils s’accordaient, fut un temps, pour offrir aux allusions peu subtiles de leurs parents des mines écœurées, voire horrifiées, rien ne laissait supposer qu’ils partageraient le même avis amusé aujourd’hui. Il avait beau avoir l’impression de la connaître, elle n’était plus la gamine avec laquelle il se chamaillait constamment étant gamin. Mieux valait donc éviter les suppositions et les situations potentiellement embarrassantes, du moins si il espérait entretenir la nouvelle amitié naissante qu’ils partageaient.

Lorsqu’elle déposa son café sur le plan de travail, il avait recouvré une partie de son calme. Était prêt, même, à recevoir un avis extérieur sur les récentes réflexions de Caroline, si désagréable pouvait-il être. Techniquement, il aurait pu finir par se rassurer tout seul en se répétant suffisamment que ça n’était pas si dramatique, qu’il était même naturel que sa fille en vielle à un tel raisonnement. Peut-être. Mais il y avait, derrière cette angoisse impuissante, un manque de confiance latent qui surgissait de temps à autre sans prévenir. Il ne s’était pas préparé à affronter la paternité en solitaire, pas plus qu’il n’avait imaginé vivre un jour sans Ruth. Il n’avait pas eu le choix et le changement avait été pour le moins brutal. Envisager de bouleverser l’équilibre tout relatif qu’il avait réussi à construire jour après jour depuis le départ de sa compagne lui paraissait tout bonnement impossible, une certitude renforcée par l’échec de sa relation avec Leone. Ce n’était pas la rencontre en soi, le véritable défi, non, et il ne put retenir un rictus amer devant le compliment offert par Lizbeth. C’était la suite, le reste, le problème. Il avait passé treize ans de sa vie avec la même personne pour finalement voir tous ses projets d’avenir s’effondrer comme un château de cartes et il n’était pas certain d’être encore capable d’accorder autant de confiance à qui que ce soit, surtout pas sur les conseils de sa fille. Thanks. I don’t know about making anyone dizzy but I’ve been told I’m quite hot on occasions, yes, admit-il avec un haussement d’épaules et un sourire un rien forcé qui passerait sans doute pour de la suffisance — not that he cared. Il attrapa la tasse de café pour la porter à ses lèvres, une vague de soulagement détendant ses épaules devant l’aveu de Lizbeth. Il avait conscience, dans une certaine mesure, qu’il n’était certainement pas le seul parent célibataire à avoir pareilles considérations mais il était un peu délicat d’aborder le sujet. Il s’imaginait mal ouvrir une telle conversation sur le groupe Whatsapp — avec Eva peut-être et encore. I don’t have any communication issue with my daughter, I don’t need anyone to have that talk with her in my name, fit-il par-dessus son café, les sourcils froncés. But this isn’t something I should be discussing with her. There’s no dating life to talk about anyway, I don’t date. Si on mettait de côté cette tentative ratée d’il y a trois ans. Well, I did, it didn’t work out. Not that she knows about it. I don’t… I don’t think it’s about me dating anyone anyway. More about her needing… I don’t know, more? Someone else? Il reposa la tasse sans en avoir pris la moindre gorgée, croisant à nouveau les bras avec un soupir résigné. She’s not blind, she knows most of her classmates have two parents. And I’ve never lied to her, she knows she got a mother and she knows why Ruth left but it’s never been a problem until now. It never felt like… like I wasn’t enough, you know? I’m not saying I’m the perfect father but what I lack, I try to find somewhere else, be it with friends or, I don’t know, books or the Internet. Or, God forbid, his own mother. But this, her implying she wants, needs another parent? Il s’interrompit en secouant la tête, une main glissant pour reprendre le café qui finit par brûler sa gorge un instant. Il le reposa sans ménagement, grimaçant devant le bruit de la porcelaine qui s’entrechoque. It’s something I can’t give her. I can’t, Liz, it’s just… Nouveau soupir, front plissé, les yeux clos sur un début de migraine qui le fatiguait d’avance. Après un instant de silence, il se redressa, ses doigts trouvant le rebord du plan de travail contre lequel il était appuyé. Il trouva le regard de la jeune femme avec un sourire triste. It’s the one thing I don’t think I can provide. I’m not… I’m not ready for that. I’m not sure I’m ever gonna be ready for that. To trust someone else after Ruth? Not only with my own heart but Caroline’s? Jasper secoua la tête doucement. Did you ever, you know? Was there someone after Roxanne’s father? s’enquit-il, un rien gêné par sa propre curiosité. Ils s’étaient perdus de vue, certes, et il avait sa part de responsabilité là-dedans. Il semblait un peu déplacé de poser la moindre question aujourd’hui, surtout sur pareil sujet mais d’un autre côté, il se souvenait suffisamment de leurs après-midis passés ensemble, des décennies plus tôt, pour savoir qu’elle n’aurait guère de mal à l’envoyer paître si il dépassait une certaine limite. You got a type my boy, crut-il entendre son père dire, dans un recoin de sa tête — and, yes, maybe.

_________________
-- baby, any time you're ready, i'm waitin'. even ten years from now, if you haven't found somebody, i promise, i'll be around. tell me when you're ready, i'm waitin'. what if my dad is right when he says that you're the one? no, i can't even argue, i won't even fight him on it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizbeth Walsh
To do list rp :
prénom nom - www
Summary :
Lizbeth est issue d'une famille de trois enfants, une soeur un peu plus âgé et un frère plus jeune qu'elle. La famille s'est étendue avec la fille de Lizbeth âgée de quatre ans, qu'elle a eu alors qu'elle était tout juste séparée du père de la petite. Cheffe étoilée dans le restaurant du Plaza Hotel, elle évolue dans un monde où le machisme est très présent et où elle compte bien remettre à leurs places les hommes qui pensent qu'elle n'a pas sa place dans "leur" cuisine. Très proche de sa famille elle ne supporte cependant pas réellement les crises existentielles de sa mère et la pression que ses parents mettent à son petit frère. Elle tente tant bien que mal de leur faire comprendre qu'il peut bien faire ce qu'il veut, tant qu'il est heureux, elle n'hésite pas à leur dire ce qu'elle pense. Et elle refuse catégoriquement que sa mère puisse garder sa fille de peur qu'elle ne veuille lui offrir une éducation à sa façon et Lizbeth préfère encore que son frère la garde, ou avoir recours à une nounou plutôt que de la laisser à sa mère ou même à son père.
Date d'inscription :
17/03/2021
Messages :
231
Pseudo :
harleen. / marion
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
le week-end, 1 ou 2 la semaine.
Multinicks :
alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; fahy (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar :
olsen. + boitesaidées (tumblr ; av)
comfort crowd w/ Lizbeth E03cc98e6db74147eda39b710f92c9ece8886d3f
Age :
trente-trois ans. (20/02)
Nationality :
américano-irlandaise
Origins :
irlandaise, italienne.
Religion :
atheist.
Status :
single ready to mingle.
Orientation :
bisexuelle.
Work :
cheffe étoilée @ The Modern in MoMA.
Home adress :
Staten Island.
Communities :
#cours de cuisine du samedi matin
#famille du Dawson circle
#the overkill
#the lift

Trigger :
sexual assault, child abuse.
Warning :
/
comfort crowd w/ Lizbeth 21comfort crowd w/ Lizbeth 2comfort crowd w/ Lizbeth 17bcomfort crowd w/ Lizbeth 10comfort crowd w/ Lizbeth 106comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033comfort crowd w/ Lizbeth 200801051713190412comfort crowd w/ Lizbeth 37comfort crowd w/ Lizbeth 80comfort crowd w/ Lizbeth 84comfort crowd w/ Lizbeth 183comfort crowd w/ Lizbeth 202comfort crowd w/ Lizbeth 33comfort crowd w/ Lizbeth 40comfort crowd w/ Lizbeth 63comfort crowd w/ Lizbeth 156comfort crowd w/ Lizbeth 167comfort crowd w/ Lizbeth 121comfort crowd w/ Lizbeth 210comfort crowd w/ Lizbeth 129comfort crowd w/ Lizbeth 73comfort crowd w/ Lizbeth 87comfort crowd w/ Lizbeth 77
To do list rp : prénom nom - www Summary : Lizbeth est issue d'une famille de trois enfants, une soeur un peu plus âgé et un frère plus jeune qu'elle. La famille s'est étendue avec la fille de Lizbeth âgée de quatre ans, qu'elle a eu alors qu'elle était tout juste séparée du père de la petite. Cheffe étoilée dans le restaurant du Plaza Hotel, elle évolue dans un monde où le machisme est très présent et où elle compte bien remettre à leurs places les hommes qui pensent qu'elle n'a pas sa place dans "leur" cuisine. Très proche de sa famille elle ne supporte cependant pas réellement les crises existentielles de sa mère et la pression que ses parents mettent à son petit frère. Elle tente tant bien que mal de leur faire comprendre qu'il peut bien faire ce qu'il veut, tant qu'il est heureux, elle n'hésite pas à leur dire ce qu'elle pense. Et elle refuse catégoriquement que sa mère puisse garder sa fille de peur qu'elle ne veuille lui offrir une éducation à sa façon et Lizbeth préfère encore que son frère la garde, ou avoir recours à une nounou plutôt que de la laisser à sa mère ou même à son père.
Date d'inscription : 17/03/2021
Messages : 231
Pseudo : harleen. / marion
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : le week-end, 1 ou 2 la semaine.
Multinicks : alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; fahy (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar : olsen. + boitesaidées (tumblr ; av)
comfort crowd w/ Lizbeth E03cc98e6db74147eda39b710f92c9ece8886d3f
Age : trente-trois ans. (20/02)
Nationality : américano-irlandaise
Origins : irlandaise, italienne.
Religion : atheist.
Status : single ready to mingle.
Orientation : bisexuelle.
Work : cheffe étoilée @ The Modern in MoMA.
Home adress : Staten Island.
Communities : #cours de cuisine du samedi matin
#famille du Dawson circle
#the overkill
#the lift

Trigger : sexual assault, child abuse.
Warning : /
comfort crowd w/ Lizbeth 21comfort crowd w/ Lizbeth 2comfort crowd w/ Lizbeth 17bcomfort crowd w/ Lizbeth 10comfort crowd w/ Lizbeth 106comfort crowd w/ Lizbeth 200801051707855033comfort crowd w/ Lizbeth 200801051713190412comfort crowd w/ Lizbeth 37comfort crowd w/ Lizbeth 80comfort crowd w/ Lizbeth 84comfort crowd w/ Lizbeth 183comfort crowd w/ Lizbeth 202comfort crowd w/ Lizbeth 33comfort crowd w/ Lizbeth 40comfort crowd w/ Lizbeth 63comfort crowd w/ Lizbeth 156comfort crowd w/ Lizbeth 167comfort crowd w/ Lizbeth 121comfort crowd w/ Lizbeth 210comfort crowd w/ Lizbeth 129comfort crowd w/ Lizbeth 73comfort crowd w/ Lizbeth 87comfort crowd w/ Lizbeth 77
Sujet: Re: comfort crowd w/ LizbethMar 24 Aoû - 22:31

Elle ne savait pas vraiment comment réagir Lizbeth, mais au fond d’elle, l’annonce de la mort de Caleb lui procura une sensation qu’elle n’imaginait pas. Elle avait tant de souvenirs qui lui revenaient en mémoire, plus virulents les uns que les autres, et surtout, elle n’avait pas été là. Pas été là pour les Halstead au moment des funérailles, mais surtout, elle n’avait pas été là pour Jasper, et c’était ça, qui lui faisait le plus de mal, ne pas avoir été là pour quelqu’un qui avait tant compté pour elle à l’époque. Comme si lorsqu’ils avaient prit des chemins différents -but not really-, ils s’étaient séparés sous tout les points de vue, et elle s’en voulait, intérieurement de ne pas avoir été foutu de voir que Caleb était décédé, elle aurait pu le savoir, elle aurait pu vouloir savoir. Mais rien, jamais rien n’avait filtré des lèvres de sa mère, qui était Ô combien pénible mais qui n’avait pas cru bon de la prévenir que Caleb n’était plus là. Les mots fut durs à entendre, et à assimiler, la boule qui ne cessa de gonfler au fond de sa gorge, les yeux qui commencèrent à lui piquer sérieusement, Lizbeth tenta vainement de dresser un mur entre ce qu’elle ressentait et ce qu’elle voulait laisser paraître. Mais c’était compliqué. I- articula t-elle vainement sans parvenir à finir sa phrase. I- Didn’t- I didn’t know, I’m sorry I should have been there. For you, for your parents, for- Quelle connerie. Elle malmena son coeur avec tant de véhémence que les mots lui manquèrent et c’était compliqué de réussir à se frayer un chemin parmi les pensées toutes plus douloureuses les unes que les autres, elle aimerait le prendre dans ses bras et lui dire que tout irait bien, mais elle se douta que c’était ce qu’on ne cessait de lui répéter et elle ne voulait pas être comme une de ses personnes qui disent des choses bateaux, des choses que l’on entend tout le temps durant des périodes comme celle-ci.

Fort heureusement pour elle et pour son esprit, Jasper décida de changer de sujet, et Lizbeth l’en remercia silencieusement, même si le sujet qui arrivait semblait tourmenté le blond face à elle, Lizbeth l’écouta avec toute l’attention qu’il méritait, celle qu’elle ne lui avait pas donné quand il était dans la douloureuse phase du deuil alors elle sera là, pour toutes les autres étapes, douloureuses ou non, elle s’en fait la promesse silencieuse. Une promesse qu’elle gardera bien dans un coin de sa tête et de son coeur. Parce qu’elle est comme ça Lizbeth, elle s’en veut régulièrement de ne pas être là pour les autres et quand elle le fait, elle tient sa promesse. Did she ? Demanda Lizbeth, d’une voix douce. Elle ne voulait pas mettre en cause la véracité des propos de son ami, et elle imagina facilement la scène, ce qui lui tira un sourire, ni mesquin, ni moqueur mais un sourire doux qui en disait long sur ce qu’elle pensait de la petite blonde. Un café aidera sûrement à y voir plus clair et Lizbeth pourra certainement mieux trouver des solutions au problème de Jasper avec une dose de caféine assez élevée dans le sang, plutôt que sans rien du tout. Elle se prit à sourire face au sourire de Jasper et continua sans l’interrompre de l’écouter. Elle se demanda, au fur et à mesure que les mots filtraient ses lèvres, si elle arrivait à le réconforter, ou même à un tant soi peu le rassurer. Parce qu’elle n’avait pas le mode d’emploi et elle n’avait jamais eu à faire face à ce genre de situation, thanks god. Elle ria à la remarque de Jasper et hocha légèrement la tête, signe silencieux qu’elle était plutôt d’accord avec lui. Elle imagina la réaction de sa mère si elle les voyait, là, tout les deux, à agir comme si un voyage ne les avait pas séparer et elle garda pour elle son commentaire, pour ne pas passer pour quelqu’un qui en profite, pour ne pas passer pour quelqu’un qui veut tirer profit de cette conversation, le moment n’était pas aux compliments. Bien que cela pouvait faire du bien à l’égo et au coeur, elle décida de garder les compliments pour plus tard, si jamais elle en avait une nouvelle fois l’occasion.

Les mots de Jasper la heurtèrent d’une façon qu’elle n’imagina pas et elle s’humidifia les lèvres face à tant de questionnements de la part de son interlocuteur, elle prit une gorgée de café et souffla un instant avant de se rapprocher encore de lui, elle avait ce besoin d’être tactile, et d’être proche de lui, pour le rassurer par la gestuelle plus que par les mots, elle déposa une main délicate sur son avant-bras qu’elle caressa du bout du pouce. Jaz… murmura t-elle, en le regardant, ses deux mains qui entourèrent le visage de son interlocuteur alors qu’elle chercha son regard, tentant malhabilement de capter son regard pour lui faire comprendre, si les mots étaient maladroits, ce qu’elle pensait. You are enough. Commença t-elle, avant de souffler, ses deux mains toujours sur les joues de Jasper. You don’t have to find someone else, nor trust someone else, you are here for her, she’s a smart kid, she’ll understand. She’ll understand that someone else will come into your life when you’ll be ready Parce que tout était une question d’être prêt ou non. Elle se recula doucement, et garda le contact un instant, contre sa joue, dans son regard. Et elle secoua la tête quand la question sur sa propre dating life arriva sur le tapis. Un sourire gêné tordit ses lèvres et elle souffla discrètement Nope, there wasn’t anybody in my life since Roxanne’s birth. I did not- I did not want someone to come in her life. I did not want someone to come and go in her life like they were in a restaurant or in a fudging grab and go shop. Ajouta t-elle, avec une telle impertinence qu’elle se demanda au fond d’elle-même si elle n’allait pas l’effrayer. I feel like- I feel like we’re similar. Souffla t-elle, Like, we don’t want anyone to hurt the love of our lives. And it’s honorable. Elle finit par se reculer totalement pour prendre une gorgée de son café, qu’elle finit d’une traite avant de le regarder But, when you’ll be ready, you’ll feel it. You’ll feel that it’s the good time. It takes time to trust, it takes time to get back in the dating game. It takes time for everything and it’s normal. I’m not ready to go back on the dating game, and I’m not sure I’ll be ready one day. Because I put all my love on my daughter and even if I have a whole room to love someone else, I think I didn’t find the one but it’ll probably come. One day. Or my mom is gonna do what she loves to do, introduce me to some of her friend’s son and I’ll be like always, disgusted and tired of her behavior. Conclua t-elle avec un petit rire qui filtra ses lèvres avant qu’elle n’hausse les épaules. But I’m glad that you trust me enough to come and talk to me. I missed that. Sincerely.

_________________

❝you came out of nowhere and you cut through all the noise i make sense to the madness when i listen to your voice darling, only you can ease my mind help me leave these lonely thoughts behind ❝ ease my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: comfort crowd w/ Lizbeth
Revenir en haut Aller en bas
 

comfort crowd w/ Lizbeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: manhattan - city center :: midtown-