La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
Découvrez les badges, de quoi rendre votre profil encore plus personnalisé love ça se passe par ici !
Vous êtes un peu paumés ? hidebox Rendez vous sur : www.keskispass.com
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal
Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

Partagez
 

 wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezabel Wellington
To do list rp :
uc --
Summary :
Jezabel a été diagnostiqué boulimique quand elle avait quinze ans, et a intégré un centre sur la demande de sa mère à l'âge de ses seize ans, alternant entre le lycée et le centre. Elle n'a jamais vraiment compris pourquoi cela était tombé sur elle, puisqu'elle croyait -à tort- que cela touchait que les gens qui voulaient plaire. Elle a toujours été très solitaire, ce que ne comprenait pas ses parents, ou du moins, sa mère, pauvre petite couturière qui s'occupait d'elle entre deux robes à coudre pour des défilés de haute couture, sans la moindre reconnaissance. Son père étant aux abonnés absents, c'est toujours Madame Wellington qui s'occupait d'elle. Quand elle est entrée dans le centre, elle a commencé à écrire. C'est ici qu'elle a rencontré son premier grand amour, mais il était bipolaire et ne tenait pas autant à la vie que la brunette. Elle a publié son livre quelques années après sa sortie du centre et elle écrit d'autres livres en parallèle de son travail de réceptionniste au casino. Elle a déménagé à Londres il y a de cela trois ans pour suivre l'homme qu'elle aimait. Avant de se marier, puis de se rendre compte que tout ça était une erreur. Que New York lui manquait trop et qu'il fallait qu'elle rentre. Elle a alors dit des choses affreuses à William et lui a laissé les papiers du divorce sur la table du salon, avec ses clés. Et elle est rentrée. Parce que son coeur appartient à New York, et lui appartiendra toujours.
Date d'inscription :
19/08/2020
Messages :
294
Pseudo :
harleen. (marion)
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
aléatoire, le week-end mostly (en ce moment)
Multinicks :
alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; ridley (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar :
inbar lavi + bambieye (ava.) - (signa) ; alicnwrites (gif profil)
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_inline_pr8sqmHlAz1sdslao_1280
Age :
trente-deux ans.
Nationality :
american.
Origins :
israëlienne
Religion :
agnosticisme
Status :
getting a divorce.
Orientation :
bisexual.
Work :
receptionist at scarlet casino.
Home adress :
brooklyn.
Communities :
- LEA
- Cours de cuisine du samedi matin.
- uc
Trigger :
les agressions sexuelles et la scarification.
Warning :
possiblement : tca.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 107wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 200801051707855033wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 38wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 54wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 68
Spoiler:

To do list rp : uc -- Summary : Jezabel a été diagnostiqué boulimique quand elle avait quinze ans, et a intégré un centre sur la demande de sa mère à l'âge de ses seize ans, alternant entre le lycée et le centre. Elle n'a jamais vraiment compris pourquoi cela était tombé sur elle, puisqu'elle croyait -à tort- que cela touchait que les gens qui voulaient plaire. Elle a toujours été très solitaire, ce que ne comprenait pas ses parents, ou du moins, sa mère, pauvre petite couturière qui s'occupait d'elle entre deux robes à coudre pour des défilés de haute couture, sans la moindre reconnaissance. Son père étant aux abonnés absents, c'est toujours Madame Wellington qui s'occupait d'elle. Quand elle est entrée dans le centre, elle a commencé à écrire. C'est ici qu'elle a rencontré son premier grand amour, mais il était bipolaire et ne tenait pas autant à la vie que la brunette. Elle a publié son livre quelques années après sa sortie du centre et elle écrit d'autres livres en parallèle de son travail de réceptionniste au casino. Elle a déménagé à Londres il y a de cela trois ans pour suivre l'homme qu'elle aimait. Avant de se marier, puis de se rendre compte que tout ça était une erreur. Que New York lui manquait trop et qu'il fallait qu'elle rentre. Elle a alors dit des choses affreuses à William et lui a laissé les papiers du divorce sur la table du salon, avec ses clés. Et elle est rentrée. Parce que son coeur appartient à New York, et lui appartiendra toujours.
Date d'inscription : 19/08/2020
Messages : 294
Pseudo : harleen. (marion)
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : aléatoire, le week-end mostly (en ce moment)
Multinicks : alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; ridley (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar : inbar lavi + bambieye (ava.) - (signa) ; alicnwrites (gif profil)
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_inline_pr8sqmHlAz1sdslao_1280
Age : trente-deux ans.
Nationality : american.
Origins : israëlienne
Religion : agnosticisme
Status : getting a divorce.
Orientation : bisexual.
Work : receptionist at scarlet casino.
Home adress : brooklyn.
Communities : - LEA
- Cours de cuisine du samedi matin.
- uc
Trigger : les agressions sexuelles et la scarification.
Warning : possiblement : tca.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 107wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 200801051707855033wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 38wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 54wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 68
Spoiler:


#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
Sujet: wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)Jeu 14 Oct - 21:53
L'automne qui pointe le bout de son nez, Jezabel regarde la pluie qui semble s'amoindrir à travers la fenêtre et elle se décide à aller dans le quartier italien pour pouvoir faire à manger ce soir, elle a promis à Samia et Gaby de leur faire des pâtes aux légumes, et elle a besoin d'une sauce spéciale qu'elle ne trouve que dans les épiceries italiennes du coin. Alors elle se presse, enfile son bonnet, s'emmitoufle dans son écharpe et récupère Jude qui gazouille joyeusement dans son berceau avant de l'emmitoufler elle aussi, et de la mettre dans sa poussette, la protégeant au maximum. Elle balance une friandise au chien qui semble n'en avoir rien à faire et se dirige jusque l'ascenseur pour pouvoir partir avant que la motivation ne se décide à se faire la malle. Elle marche gaiement dans la rue, chantonne et parle avec Jude qui ne cesse de lui faire des grands sourires émerveillés. Son téléphone qui vibre, elle répond à un message des colocs, avant d'envoyer un message à Alfred pour l'inviter à dîner, après tout, qu'elle fasse à manger pour 3 ou pour 4, c'est strictement la même chose. Elle range son téléphone dans la poche de son manteau quand elle sent des gouttes qui lui tombent sur le coin du nez. Elle soupire, regarde le ciel qui s'est teinté de gris et elle râle, Jezabel. Elle lève les yeux au ciel et protège Jude de toute pluie, avant de rentrer dans un café, trempée. Il ne manquait plus que ça, quelle connerie. Elle attache ses cheveux en un chignon rapide, se sèche rapidement et elle attrape Jude pour la porter après avoir installé la poussette près de la vitrine, et se commande un café avant de s'asseoir, berçant la petite fille qui semble être sur le point de s'endormir. Comme souvent après les promenades, au fond. Elle remercie le serveur qui lui apporte son chocolat chaud tout en gardant Jude contre son coeur et elle regarde les gens dans le café, qui vont et viennent, comme un rythme effréné. Les gens qui courrent, ceux qui prennent leur temps, ceux qui râlent. Et puis, lui. Jezabel regarde autour d'elle, pas d'issue de secours, elle pourrait se cacher derrière la poussette, mais ça ne marcherait pas. Alors elle prie pour qu'il ne la voit pas, il prie pour qu'il fasse comme tout ceux qui sont pressés, qui prennent leurs cafés pour finir par partir, mais le monde s'agglutine face à la tempête qui fait rage dehors, et elle se sent coincée, mais elle espère sincèrement que ça va bien se passer.

@William McFaden love

_________________

❝ Memories seep from my veins let me be empty oh and weightless and maybe i'll find some peace tonight ❝ fly away from here
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McFaden
To do list rp :
wilabel - www
briséïs - www
Summary :
Résumé TRES COURT de votre personnage.
Date d'inscription :
27/09/2021
Messages :
95
Pseudo :
stubborn_love
Player's pronoun :
elle.
Rythme de rp :
aléatoire, j'essaye de répondre sous deux semaines environ.
Multinicks :
Prénom Nom / Prénom Nom / Prénom Nom /
Avatar :
oliver jackson-cohen, hoodwink.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_pmfx6f2EDF1vfo5jro4_250
Age :
35 ans.
Nationality :
/
Origins :
/
Religion :
/
Orientation :
/
Work :
/
Home adress :
/
Communities :
- ici vos communautés !
Trigger :
/
Warning :
/
aucun badge pour l'instant.
To do list rp : wilabel - www
briséïs - www
Summary : Résumé TRES COURT de votre personnage. Date d'inscription : 27/09/2021
Messages : 95
Pseudo : stubborn_love
Player's pronoun : elle.
Rythme de rp : aléatoire, j'essaye de répondre sous deux semaines environ.
Multinicks : Prénom Nom / Prénom Nom / Prénom Nom /
Avatar : oliver jackson-cohen, hoodwink.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_pmfx6f2EDF1vfo5jro4_250
Age : 35 ans.
Nationality : /
Origins : /
Religion : /
Orientation : /
Work : /
Home adress : /
Communities : - ici vos communautés !
Trigger : /
Warning : /
aucun badge pour l'instant.
Sujet: Re: wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)Mer 27 Oct - 17:17

(you could write a book on how to ruin someone's perfect day)
Walking down 29th and Park. I saw you in another's arms. Only a month we've been apart. You look happier. Saw you walk inside a bar. He said somethin' to make you laugh. I saw that both your smiles were twice as wide as ours. Yeah, you look happier, you do. Ain't nobody hurt you like I hurt you. But ain't nobody love you like I do. Promise that I will not take it personal, baby if you're movin' on with someone new. 'Cause baby you look happier, you do. My friends told me one day I'll feel it too. And until then I'll smile to hide the truth but I know I was happier with you @Jezabel Wellington ☾ gif lempika.


Ça lui fait toujours bizarre, de se promener dans les rues de New-York. Cette ville dans laquelle il a pourtant passé tant de temps. Il l’a aimé. La grosse pomme, comme on la surnomme. Mais Will a fini par s’habituer à sa nouvelle vie en Angleterre, il a eu ce coup de foudre inexplicable pour Londres, pour sa jolie maison à Notting Hill. Il croyait y être heureux. Il croyait qu’ils étaient heureux, en vérité. Mais il avait fini par comprendre qu’il s’était fourvoyé. Qu’il avait pensé à lui avant de penser à ce qui était bien pour sa femme, pour celle qu’il aimait. Il voulait la rendre heureuse, pourtant. Jezabel était à ses yeux tout ce qui comptait. Peut-être avait-il fait preuve d’égoïsme en choisissant ses ambitions plutôt que leur petite vie tranquille à New-York. Peut-être avait-il été aveugle, de ne pas voir la détresse et la lassitude dans les yeux de son épouse. L’un dans l’autre, il n’y avait pas tant de différence, le résultat était le même, Jezabel était partie et lui, il avait fait n’importe quoi. Lui, il avait gâché ses chances de briller, de faire carrière, de gravir les échelons. Il avait accumulé les erreurs. Et il était revenu au point de départ. New-York, ses rues bondées. Sans sa femme cette fois, sans son travail, auquel il tenait tant, pourtant. Il avait été idiot. Et il n’était même pas certain de pouvoir y changer quelque chose. Il avait réagi trop tard. Trop orgueilleux pour se décider à quitter de lui-même son travail pour tenter de reconquérir sa femme, il s’était jeté tête la première dans les ennuis. Et les ennuis, c’était tout ce qu’il avait récolté. Depuis son retour à New-York, William avait tenté de ne pas ressasser en boucle ses problèmes. Chaque fois qu’il se retrouvait seul cependant, il ne pouvait s’en empêcher. Revenir dans ces rues qu’il avait fréquenté tant de fois lui faisait automatiquement penser à Jezabel et maintenant qu’il n’avait plus son travail dans lequel se plonger pour oublier, il y pensait d’autant plus. Pourtant, ce n’était pas faute d’essayer de penser à autre chose. En route pour son entraînement à la salle de sport, Will avait décidé de s’arrêter pour se prendre un café pour le chemin. Le temps virait lentement au gris et il avait fini par être pris dans une averse. L’eau s’infiltrait dans le col de sa veste trop légère pour la saison et il s’était mis à pester dans sa barbe. La pluie, il y était pourtant habitué en Angleterre, mais ce n’était pas pareil. Ou peut-être que ça l’était et qu’il commençait à devenir un gros grincheux, avec le temps. Pressant le pas, il finit par pousser la porte du café, de mauvaise humeur. La file était longue devant lui et il pianotait sur son téléphone, en attendant son tour. Lorsque finalement un serveur pris sa commande, il daigna enfin lever les yeux de son écran. Et il aperçu ce visage si incroyablement familier. Il s’était douté, Will, qu’un jour ou l’autre il la croiserait dans cette ville. Après tout, ils avaient fréquenté les mêmes lieux, par le passé. Mais il s’était longuement demandé comment il pourrait bien aller lui parler, lui annoncer qu’il était de retour. Les scénarios ne manquaient pas dans son esprit, mais il avait eu dans l’espoir de répondre à cette question avant de la croiser par hasard. Prenant son courage à deux mains – ou plutôt son café brûlant – il s’avança vers elle. Le cœur battant la chamade, l’angoisse accélérant sa respiration. « Jezabel », souffla-t-il, s’en voulant instantanément de faire preuve de tant de banalité. Mais les mots lui manquaient. Comment était-il supposé lui annoncer, après tant de temps, qu’il était de retour à New-York ? Tandis qu’il se décarcassait pour trouver quelque chose à dire, son regard se posa sur ce qu’il aurait dû voir dès le départ, s’il n’avait pas été si troublé. Une poussette. Un bébé. Milles et unes questions s’allumaient dans son esprit. Quand ? Comment ? Est-ce qu’elle lui avait caché quelque chose ? « Je … Tu … C’est … ? », bredouilla-t-il, incapable de finir sa phrase. Dans le fond, il n’était pas certain de savoir. Pas certain de vouloir découvrir les secrets qu’elle lui avait caché. Pas certain de vouloir savoir si elle avait finalement refait sa vie, ici, sans lui ou si elle l’avait privé du bonheur de découvrir qu’il était papa, depuis tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Wellington
To do list rp :
uc --
Summary :
Jezabel a été diagnostiqué boulimique quand elle avait quinze ans, et a intégré un centre sur la demande de sa mère à l'âge de ses seize ans, alternant entre le lycée et le centre. Elle n'a jamais vraiment compris pourquoi cela était tombé sur elle, puisqu'elle croyait -à tort- que cela touchait que les gens qui voulaient plaire. Elle a toujours été très solitaire, ce que ne comprenait pas ses parents, ou du moins, sa mère, pauvre petite couturière qui s'occupait d'elle entre deux robes à coudre pour des défilés de haute couture, sans la moindre reconnaissance. Son père étant aux abonnés absents, c'est toujours Madame Wellington qui s'occupait d'elle. Quand elle est entrée dans le centre, elle a commencé à écrire. C'est ici qu'elle a rencontré son premier grand amour, mais il était bipolaire et ne tenait pas autant à la vie que la brunette. Elle a publié son livre quelques années après sa sortie du centre et elle écrit d'autres livres en parallèle de son travail de réceptionniste au casino. Elle a déménagé à Londres il y a de cela trois ans pour suivre l'homme qu'elle aimait. Avant de se marier, puis de se rendre compte que tout ça était une erreur. Que New York lui manquait trop et qu'il fallait qu'elle rentre. Elle a alors dit des choses affreuses à William et lui a laissé les papiers du divorce sur la table du salon, avec ses clés. Et elle est rentrée. Parce que son coeur appartient à New York, et lui appartiendra toujours.
Date d'inscription :
19/08/2020
Messages :
294
Pseudo :
harleen. (marion)
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
aléatoire, le week-end mostly (en ce moment)
Multinicks :
alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; ridley (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar :
inbar lavi + bambieye (ava.) - (signa) ; alicnwrites (gif profil)
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_inline_pr8sqmHlAz1sdslao_1280
Age :
trente-deux ans.
Nationality :
american.
Origins :
israëlienne
Religion :
agnosticisme
Status :
getting a divorce.
Orientation :
bisexual.
Work :
receptionist at scarlet casino.
Home adress :
brooklyn.
Communities :
- LEA
- Cours de cuisine du samedi matin.
- uc
Trigger :
les agressions sexuelles et la scarification.
Warning :
possiblement : tca.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 107wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 200801051707855033wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 38wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 54wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 68
Spoiler:

To do list rp : uc -- Summary : Jezabel a été diagnostiqué boulimique quand elle avait quinze ans, et a intégré un centre sur la demande de sa mère à l'âge de ses seize ans, alternant entre le lycée et le centre. Elle n'a jamais vraiment compris pourquoi cela était tombé sur elle, puisqu'elle croyait -à tort- que cela touchait que les gens qui voulaient plaire. Elle a toujours été très solitaire, ce que ne comprenait pas ses parents, ou du moins, sa mère, pauvre petite couturière qui s'occupait d'elle entre deux robes à coudre pour des défilés de haute couture, sans la moindre reconnaissance. Son père étant aux abonnés absents, c'est toujours Madame Wellington qui s'occupait d'elle. Quand elle est entrée dans le centre, elle a commencé à écrire. C'est ici qu'elle a rencontré son premier grand amour, mais il était bipolaire et ne tenait pas autant à la vie que la brunette. Elle a publié son livre quelques années après sa sortie du centre et elle écrit d'autres livres en parallèle de son travail de réceptionniste au casino. Elle a déménagé à Londres il y a de cela trois ans pour suivre l'homme qu'elle aimait. Avant de se marier, puis de se rendre compte que tout ça était une erreur. Que New York lui manquait trop et qu'il fallait qu'elle rentre. Elle a alors dit des choses affreuses à William et lui a laissé les papiers du divorce sur la table du salon, avec ses clés. Et elle est rentrée. Parce que son coeur appartient à New York, et lui appartiendra toujours.
Date d'inscription : 19/08/2020
Messages : 294
Pseudo : harleen. (marion)
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : aléatoire, le week-end mostly (en ce moment)
Multinicks : alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; ridley (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar : inbar lavi + bambieye (ava.) - (signa) ; alicnwrites (gif profil)
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_inline_pr8sqmHlAz1sdslao_1280
Age : trente-deux ans.
Nationality : american.
Origins : israëlienne
Religion : agnosticisme
Status : getting a divorce.
Orientation : bisexual.
Work : receptionist at scarlet casino.
Home adress : brooklyn.
Communities : - LEA
- Cours de cuisine du samedi matin.
- uc
Trigger : les agressions sexuelles et la scarification.
Warning : possiblement : tca.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 107wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 200801051707855033wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 38wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 54wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 68
Spoiler:


#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
Sujet: Re: wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)Jeu 4 Nov - 15:55

Jezabel a mit du temps à se remettre, à retomber sur ses pieds et a ne plus avoir l’impression que la douleur lancinante qui lui prenait au cœur a chaque fois qu’elle pensait à lui avait simplement disparu et ne régissait plus sa vie et ses pensées. Mais elle savait pertinemment que la douleur était simplement endormie. Que l’on ne se remet pas si aisément d’une relation qui a tant duré et qui a abouti à un mariage. Elle avait eu espoir qu’il ouvre les yeux, qu’il voit que la lumière du regard s’était éteinte, mais il n’avait rien vu. La cécité avait prit part dans leur couple et elle n’avait pas réussi à se raisonner. Elle n’avait pas voulu sauver quelque chose qui pour elle était en train de prendre l’eau. C’était comme mettre un pansement sur la carcasse déjà coulante d’un bateau et attendre avec appréhension que le bateau finisse par couler parce que c’était ça que le destin avait voulu. Foutu destin qui avait tout envoyer balader. Elle en avait fait couler des larmes sur cette relation qui était terminée. Elle en avait usé des mouchoirs pour essuyer ses larmes, elle en avait avalé des pots de glace pour oublier. Et maintenant que c’était chose faites, elle avait essayé de se remettre sur le marché, elle avait essayé de retrouver la flamme qui l’habitait quand William posait ses mains sur elle, quand il l’embrassait au creux de l’oreille, mais elle était tombé sur du vide, une carcasse vide et sans vie, comme si son cœur ne pouvait battre qu’au diapason de celui du policier et elle n’avait pas réitérer l’expérience. Par peur ou par crainte, elle n’en savait que trop rien. Jude avait réussi à l’apaiser rien qu’avec sa présence. Gaby avait réussi à lui changer les idées et elle ne savait pas comment elle aurait fait sans elles, elle aurait sûrement sombrer. Elle se serait jeté à corps perdu dans le travail pour oublier que sa vie n’était qu’une succession d’échec qu’elle n’avait pas prévu. Partir, revenir, se lasser, redevenir soi même. Se reconstruire après une rupture difficile qui avait été pourtant orchestrée par elle-même. Alors le revoir en face d’elle, ça lui faisait remonter des souvenirs en surface, leur rencontre, leur premier baiser, sa demande en mariage. Leur mariage même. Tout les deux, rien qu’eux deux contre le monde entier. Conneries. Inepties. Elle fermait les yeux un instant quand il apparaissait la et se matérialisait plus vivant que jamais devant ses yeux. Elle aurait voulu ne jamais le revoir, qu’on lui annonce qu’il était mort plutôt que d’avoir à se justifier de son départ. Quand la voix de William lui parvient aux oreilles, elle sent son cœur qui s’emballe, symbole du fait qu’elle n’a pas oublié finalement. « William. » murmure t-elle dans un murmure presque inaudible, étouffe qui insiste sur le fait qu’elle est inconfortable avec cette situation, elle resserre Jude contre son cœur, comme pour la protéger. Protéger de quoi ? Protéger de qui ? Elle n’en sait rien. Elle a peur. Jezabel. De ce qu’il pourrait dire, du fait que son cœur puisse se briser de nouveau. Qu’elle se brûle les ailes pour avoir voler trop près du soleil. A sa question, elle se rend compte du caractère ambigu de la chose et elle secoue la tête négativement avec tant d’ardeur qu’elle se demande quelle image elle renvoie. Elle se pince alors les lèvres et répond d’une voix étouffée « Non, c’est la fille de Gaby. Ma meilleure amie. » Aurait-elle été capable de faire croire que c’était sa fille ? Non. Quand bien même la rancoeur habille son cœur, elle serait incapable de lui faire une chose pareil. Elle est même intimement persuadée que même si leurs chemin avaient divergés -a cause d’elle- elle l’aurait tenu informé. Mais ça n’aurait rien changé au fait qu’elle était malheureuse dans cette vie. « Depuis quand es-tu revenu ? » ose t-elle demander. Mais elle ne sait pas si elle veut connaître la réponse. Était-il là depuis longtemps ? « Assied toi si tu veux. » Et piétine le reste de mon cœur qui est à tes pieds, aurait-elle envie de rajouter. Une gorgée de café avalée, elle le regarde, et son cœur s’agite dans la cage thoracique. « Tu es la pour combien de temps ? » rajoute t-elle, parce que c’est inconcevable qu’il soit revenu pour toujours. Pas après ce qu’elle a vu à Londres, pas après les heures à se jeter dans le travail en dépit de sa famille. En dépit de sa relation et de leur mariage. Pas après tout ça.

_________________

❝ Memories seep from my veins let me be empty oh and weightless and maybe i'll find some peace tonight ❝ fly away from here
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McFaden
To do list rp :
wilabel - www
briséïs - www
Summary :
Résumé TRES COURT de votre personnage.
Date d'inscription :
27/09/2021
Messages :
95
Pseudo :
stubborn_love
Player's pronoun :
elle.
Rythme de rp :
aléatoire, j'essaye de répondre sous deux semaines environ.
Multinicks :
Prénom Nom / Prénom Nom / Prénom Nom /
Avatar :
oliver jackson-cohen, hoodwink.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_pmfx6f2EDF1vfo5jro4_250
Age :
35 ans.
Nationality :
/
Origins :
/
Religion :
/
Orientation :
/
Work :
/
Home adress :
/
Communities :
- ici vos communautés !
Trigger :
/
Warning :
/
aucun badge pour l'instant.
To do list rp : wilabel - www
briséïs - www
Summary : Résumé TRES COURT de votre personnage. Date d'inscription : 27/09/2021
Messages : 95
Pseudo : stubborn_love
Player's pronoun : elle.
Rythme de rp : aléatoire, j'essaye de répondre sous deux semaines environ.
Multinicks : Prénom Nom / Prénom Nom / Prénom Nom /
Avatar : oliver jackson-cohen, hoodwink.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_pmfx6f2EDF1vfo5jro4_250
Age : 35 ans.
Nationality : /
Origins : /
Religion : /
Orientation : /
Work : /
Home adress : /
Communities : - ici vos communautés !
Trigger : /
Warning : /
aucun badge pour l'instant.
Sujet: Re: wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)Ven 19 Nov - 12:24

(you could write a book on how to ruin someone's perfect day)
Walking down 29th and Park. I saw you in another's arms. Only a month we've been apart. You look happier. Saw you walk inside a bar. He said somethin' to make you laugh. I saw that both your smiles were twice as wide as ours. Yeah, you look happier, you do. Ain't nobody hurt you like I hurt you. But ain't nobody love you like I do. Promise that I will not take it personal, baby if you're movin' on with someone new. 'Cause baby you look happier, you do. My friends told me one day I'll feel it too. And until then I'll smile to hide the truth but I know I was happier with you @Jezabel Wellington ☾ gif lempika.


Longtemps, William avait été un cœur à prendre. Trop frileux pour prendre le risque de se lancer dans la moindre forme de relation sentimentale. Il était concentré sur sa carrière, il était concentré sur des objectifs à atteindre et il pensait que ça lui suffisait amplement. Il savait ce que c’était que de souffrir, il en avait fait l’amer expérience, alors il avait fini par se convaincre que d’une façon ou d’une autre, c’était suffisant, de vivre une vie professionnelle épanouie. Oui, il était persuadé qu’il n’avait rien besoin d’autre. Oui, il était certain que ça suffirait à le rendre heureux. Pas de risque comme ça de s’engager dans une relation qui finirait par lui faire plus de mal que de bien. Mais ça, c’était avant. Avant de rencontrer Jezabel. La jolie brune, avec son grand sourire, son teint doré, ses yeux perçants, avait réussi à lui faire changer totalement d’avis sur ce qui pourrait le rendre heureux ou non, le policier. Oui, il était toujours heureux dans son travail, mais il avait fini par comprendre que ce n’était pas suffisant. Avoir une vie privée aussi, était important. Avec elle, il avait, semble-t-il, trouvé un juste milieu, un certain équilibre. Avec elle, il avait trouvé une raison de rentrer chez lui le soir, pour passer du temps en sa compagnie, sans ramener des piles de dossiers à traiter la maison. Il avait bon fond, William. Pas une once de méchanceté ne venait noircir son cœur. Alors naïvement peut-être, il avait pensé qu’il faisait les choses bien. Qu’il faisait tout pour rendre sa belle heureuse. Certes, sa mission à Londres était dangereuse et prenante, certes il ne rentrait pas toujours très tôt à la maison, il devait annuler des soirées à la dernière minute, mais il pensait quand même que ce qu’ils partageaient était suffisant. Ils vivaient à Notting Hill, quand même. Leur appartement semblait tout droit sorti d’un décor de film. Mais William c’était voilé la face. En un sens, il aurait dû s’en douter, il avait été idiot de croire que c’était suffisant. Jez, elle était différente. Elle n’était pas de ces femmes qui se contentaient de biens matériels. En vérité, il lui avait tout donné, sauf son temps. Et il l’avait perdu. Il avait tout perdu. Maintenant qu’il était de retour à New-York, suspendu de son boulot, chargé de remplir la paperasse pour passer le temps, de prendre des dépositions ennuyeuses, avec une douleur à la jambe qui ne cessait de lui rappeler ses échecs, il se rendait compte à quel point il s’était fourvoyé. Il aurait pu arranger les choses, mais il ignorait comment faire. Il avait laissé passer trop de temps. Jez avait peut-être tourné la page, depuis. Après tout, elle avait demandé le divorce. Il s’était souvent posé la question, mais la réponse n’était jamais parvenu jusqu’à lui. Alors il avait été surpris, de la croiser par hasard. Quand bien même ils habitaient la même ville, fréquentaient les mêmes endroits, New-York était une ville suffisamment grande pour rendre ce genre de coïncidence surprenante. Il ignorait s’il était heureux de la voir, ici. Une douleur lancinante dans son palpitant lui faisait penser qu’en fait, c’était plutôt douloureux, de la revoir. Et ça lui donnait l’impression d’être lâche, aussi. Il avait attendu que le hasard les réunisse, au lieu de prendre son courage à deux mains, au lieu de se battre pour elle. Il n’était plus que l’ombre de lui-même, Will. Et une fois n’est pas coutume, il était plutôt déçu par son propre comportement. Alors il avait décidé de l’affronter, plutôt que de lui tourner le dos. Cette fois au moins, il pourrait faire les choses correctement. Mais dans le fond, il était gauche, maladroit. Il s’y prenait mal. Comme toujours. William, au cœur d’or pourtant, était un peu comme un éléphant au milieu d’un magasin de porcelaine. Sa réaction face au bambin qui accompagnait la jeune femme en était la preuve. « Oh, je vois. Eh bien … félicitations à elle, je crois que c’est ce qu’on dit », répondit-il, soulagé. Sa réaction était idiote, il en avait parfaitement conscience. Il se comportait comme le roi des cons. Mais il n’aurait pas supporté l’idée d’être père et de ne pas en avoir connaissance. Il aurait adoré être père. Il aurait été un père génial – même s’il en doutait, manquant encore de maturité dans cet aspect de sa vie. Soulagé qu’elle ne soit pas en colère contre lui au point de lui avoir caché une chose aussi énorme, le policier se détendit. « Hum … ça fait plusieurs semaines déjà. Je … je ne savais pas vraiment si tu voulais que je te recontacte et … disons que ma vie est plutôt chamboulée, en ce moment. Je ne voulais pas t’imposer ça », répondit-il en haussant les épaules, comme si ça n’avait aucune importance. Bien sûr, ça en avait. Ne serait-ce que parce que ça faisait des semaines qu’il se promenait en ville, sans avoir le courage de lui dire la vérité, sans aborder les papiers du divorce qui traînaient dans ses affaires depuis qu’elle était partie. Comme un rappel à sa lâcheté, la douleur de sa jambe se réveilla. Sa psy avait peut-être raison de croire que sa douleur était dans sa tête. « Euh, oui, merci. Pourquoi pas, j’ai quelques minutes devant moi », ajouta-t-il, avec un sourire gêné. Dire que cette femme avait tout partagé de sa vie et qu’il était maintenant incapable d’avoir une conversation avec elle. Il avait l’air d’un imbécile, mal à l’aise dans sa carcasse. Mais il finit quand même par s’installer à sa table, avec son café. Il ne pourrait pas choisir de fuir pour l’éternité. « Pour toujours, j’imagine. Je doute que Londres veuille encore de moi. Par après … Enfin bref, je pense que c’est définitif », répondit-il, sur le ton de la conversation. Devait-il lui avouer que sa mission si importante, celle pour laquelle leur couple avait été mis en péril, avait été un échec cuisant ? Lui avouer que son coéquipier avait été tué, qu’il avait été blessé, parce qu’il avait joué les têtes brûlées ? Non, c’était une mauvaise idée. Elle avait suffisamment de raisons de lui en vouloir, il ne voulait surtout pas avoir l’air d’être en train d’essayer de la culpabiliser. « Et sinon, comment est-ce que tu vas ? », demanda-t-il, se sentant idiot d’avoir prononcé ces mots à peine eurent-ils passé le pas de ses lèvres. Et dans le fond, est-ce qu’il avait vraiment envie de le savoir ? Il n’était pas certain de s’en remettre, si elle lui annonçait soudain qu’elle était bien plus heureuse loin de lui.

_________________

(you'd keep my head from going under)
Counting days since my love up and got lost on me and every breath that I’ve been taken. Since you left feels like a waste on me I’ve been holding on to hope. That you’ll come back when you can find some peace 'cause every word that I’ve heard spoken since you left feels like a hollow street. I’ve been told, I’ve been told to get you off my mind but I hope I never lose the bruises that you left behind. Oh my lord, oh my lord, I need you by my side.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Wellington
To do list rp :
uc --
Summary :
Jezabel a été diagnostiqué boulimique quand elle avait quinze ans, et a intégré un centre sur la demande de sa mère à l'âge de ses seize ans, alternant entre le lycée et le centre. Elle n'a jamais vraiment compris pourquoi cela était tombé sur elle, puisqu'elle croyait -à tort- que cela touchait que les gens qui voulaient plaire. Elle a toujours été très solitaire, ce que ne comprenait pas ses parents, ou du moins, sa mère, pauvre petite couturière qui s'occupait d'elle entre deux robes à coudre pour des défilés de haute couture, sans la moindre reconnaissance. Son père étant aux abonnés absents, c'est toujours Madame Wellington qui s'occupait d'elle. Quand elle est entrée dans le centre, elle a commencé à écrire. C'est ici qu'elle a rencontré son premier grand amour, mais il était bipolaire et ne tenait pas autant à la vie que la brunette. Elle a publié son livre quelques années après sa sortie du centre et elle écrit d'autres livres en parallèle de son travail de réceptionniste au casino. Elle a déménagé à Londres il y a de cela trois ans pour suivre l'homme qu'elle aimait. Avant de se marier, puis de se rendre compte que tout ça était une erreur. Que New York lui manquait trop et qu'il fallait qu'elle rentre. Elle a alors dit des choses affreuses à William et lui a laissé les papiers du divorce sur la table du salon, avec ses clés. Et elle est rentrée. Parce que son coeur appartient à New York, et lui appartiendra toujours.
Date d'inscription :
19/08/2020
Messages :
294
Pseudo :
harleen. (marion)
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
aléatoire, le week-end mostly (en ce moment)
Multinicks :
alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; ridley (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar :
inbar lavi + bambieye (ava.) - (signa) ; alicnwrites (gif profil)
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_inline_pr8sqmHlAz1sdslao_1280
Age :
trente-deux ans.
Nationality :
american.
Origins :
israëlienne
Religion :
agnosticisme
Status :
getting a divorce.
Orientation :
bisexual.
Work :
receptionist at scarlet casino.
Home adress :
brooklyn.
Communities :
- LEA
- Cours de cuisine du samedi matin.
- uc
Trigger :
les agressions sexuelles et la scarification.
Warning :
possiblement : tca.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 107wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 200801051707855033wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 38wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 54wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 68
Spoiler:

To do list rp : uc -- Summary : Jezabel a été diagnostiqué boulimique quand elle avait quinze ans, et a intégré un centre sur la demande de sa mère à l'âge de ses seize ans, alternant entre le lycée et le centre. Elle n'a jamais vraiment compris pourquoi cela était tombé sur elle, puisqu'elle croyait -à tort- que cela touchait que les gens qui voulaient plaire. Elle a toujours été très solitaire, ce que ne comprenait pas ses parents, ou du moins, sa mère, pauvre petite couturière qui s'occupait d'elle entre deux robes à coudre pour des défilés de haute couture, sans la moindre reconnaissance. Son père étant aux abonnés absents, c'est toujours Madame Wellington qui s'occupait d'elle. Quand elle est entrée dans le centre, elle a commencé à écrire. C'est ici qu'elle a rencontré son premier grand amour, mais il était bipolaire et ne tenait pas autant à la vie que la brunette. Elle a publié son livre quelques années après sa sortie du centre et elle écrit d'autres livres en parallèle de son travail de réceptionniste au casino. Elle a déménagé à Londres il y a de cela trois ans pour suivre l'homme qu'elle aimait. Avant de se marier, puis de se rendre compte que tout ça était une erreur. Que New York lui manquait trop et qu'il fallait qu'elle rentre. Elle a alors dit des choses affreuses à William et lui a laissé les papiers du divorce sur la table du salon, avec ses clés. Et elle est rentrée. Parce que son coeur appartient à New York, et lui appartiendra toujours.
Date d'inscription : 19/08/2020
Messages : 294
Pseudo : harleen. (marion)
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : aléatoire, le week-end mostly (en ce moment)
Multinicks : alejandra wiley ; de armas (www) - alix westmore ; gadot (www) arya cohen ; robbie (www) - isobel allen ; clarke (www) - jezabel wellington ; lavi (www) - jules ainsworth ; gillies (www) - kate byrne ; ridley (www) - louisa shacklebolt ; dyer (www) - noé gallagher ; kovalenko (www) - victor aubertin ; austen (www)
Avatar : inbar lavi + bambieye (ava.) - (signa) ; alicnwrites (gif profil)
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) Tumblr_inline_pr8sqmHlAz1sdslao_1280
Age : trente-deux ans.
Nationality : american.
Origins : israëlienne
Religion : agnosticisme
Status : getting a divorce.
Orientation : bisexual.
Work : receptionist at scarlet casino.
Home adress : brooklyn.
Communities : - LEA
- Cours de cuisine du samedi matin.
- uc
Trigger : les agressions sexuelles et la scarification.
Warning : possiblement : tca.
wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 107wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 200801051707855033wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 38wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 54wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day) 68
Spoiler:


#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
Sujet: Re: wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)Mer 29 Déc - 18:39
Il avait réussi à l’apprivoiser, la colombe effrayée. Comme une évidence, il était arrivé là, avec son air suffisant et son envie de vaincre l’injustice, et il avait retourné son coeur, encore et encore. Des rendez-vous, leur premier baiser, la décision de partir. Jezabel avait fait tant de choses pour William qu’elle se demandait encore comment c’était possible qu’elle ait fait autant sans se rendre compte que ça finirait mal, que ça finirait par lui faire mal. Il fallait voir son entourage pour se rendre compte qu’elle n’avait pas eu de matière à avoir une espérance d’happy ending. Mais pourquoi avait-elle accepté de le suivre ? Elle aurait dû se douter qu’elle aurait payé les pots cassés rapidement, qu’elle aurait fini par souffrir qu’importe ce qu’il aurait fait. Les soirées esseulées dans leur appartement de Notting Hill, à s’inquiéter qu’il ne rentre pas, les soirées à l’attendre, à avoir peur quand le téléphone sonnait qu’on lui annonce qu’il y avait eu un accident. Elle était passée par toutes les émotions avec lui et elle ne le regrettait pas. Ou presque. Quand il était en face d’elle, là, dans ce café, elle se demandait bien comment ça allait se passer. Une part d’elle espérait que tout se passe bien, qu’ils agissent en adultes et qu’ils ne s’aboient pas dessus pour savoir qui allait avoir raison, qui avait le plus de torts. Mais au moins, elle avait Jude avec elle, là contre son coeur pour apaiser les battements irréguliers qu’il émettait « Je lui transmettrais. » répond t-elle avec un petit sourire fébrile en coin. Le genre de sourire gêné qu’elle n’avait jamais imaginé avoir avec lui en face d’elle. Elle qui pensait toujours briller à ses côtés, avec fierté et bonheur, là voilà qui semble éteinte, comme une lumière qui vacille et qui ne sait comment se comporter. Et elle serra un instant la mâchoire quand il lui annonça qu’il était de retour en ville depuis des semaines et il n’avait pas prit le temps de vouloir la voir, très bien. Elle déglutit, resserra un peu sa prise de Baby Jude comme pour se protéger et elle le regarda « Ce n’est rien. C’est pour ça que tu n’as pas signé les papiers ? » Elle se détesta instantanément de faire ça, d’être de celle qui presse les gens, d’être de celle qui appuie là où ça fait mal. On l’a bien trop fait quand ça la concernait et voilà que maintenant, elle était devenue l’une de ses personnes. L’une de ses personnes qui veulent à tout prix apprendre quelque chose au dépend de ce que la personne en face peut penser. Elle le laissa s’installer en face d’elle, déposant Jude dans sa poussette pour qu’elle soit tranquille et qu’elle ne ressente pas le stress de sa tante. Ses doigts qui trituraient le gobelet en face d’elle, elle posa ses mains à plat sur la table pour ne pas se torturer avant qu’elle ne le regarde et elle fronça les sourcils, curieuse d’en savoir plus mais se doutant que ce n’était sûrement pas à elle, plus à elle, qu’il voulait se confier, elle se ravisa et répondit simplement « Oh… D’accord. » Elle ne savait pas vraiment ce que cette annonce lui procurait, mais ça lui faisait bizarre dans l’estomac de savoir qu’il allait être la pour toujours. Lui qui avait tant de fois émis le fait qu’il était heureux d’être à Londres, il fallait croire que son bonheur ne durerait qu’un temps. Elle avala une gorgée de café et passa une main dans ses cheveux à sa question. Elle avait pour habitude de répondre par automatisme à cette question bateau, qu’elle avait l’impression de se mentir à elle-même. « Je vais bien ? Je crois. » Parce qu’elle n’est plus vraiment sûre, au fond, que ça va. Qu’elle va bien. « J’ai repris mon boulot au casino, je m’occupe de Jude, je suis bien occupée. » Ça m’évite de penser, aimerait elle rajouter. Mais elle n’en fait rien. Elle le regarde, et ses traits lui ont manqués, elle voit bien que quelque chose s’est éteint dans son regard, si bien qu’elle ne peut pas rester de marbre « Et toi, comment ça va ? » Elle espérait secrètement qu’il ne lui mentirait pas, qu’il ne ferait pas l’autruche, parce qu’elle savait quand ill lui mentait, elle avait prit l’habitude de le deviner. Et elle espèrait que ça n’avait pas changé, que leur promesse de ne jamais se mentir était toujours effective, même si au fond, elle avait déjà brisé cette promesse en prenant le premier avion pour New York. Mais ça, seul l’avenir le lui dira.

_________________

❝ Memories seep from my veins let me be empty oh and weightless and maybe i'll find some peace tonight ❝ fly away from here
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)
Revenir en haut Aller en bas
 

wilabel (you could write a book on how to ruin someone's perfеct day)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» How to ruin a party - Neal
» On n'est pas invincible (Wilabel)
» You look perfect tonight (Wilabel)
» (wilabel) guilty, guilty, reaching out across the sea.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: Archives - Empty chairs at empty tables :: Archives :: rp abandonnés-