-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Short Nike Sportswear Club pour Homme
14.97 € 29.99 €
Voir le deal


(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense.

2 participants
David O'Hare
David O'Hare
To do list rp :
en cours | Eryn, Bea

à venir | Daisy
Summary :
Troisième enfant d'une fratrie de cinq, David a senti très tôt qu'il n'avait pas grand-chose en commun avec ses frères et sœurs, encore moins avec ses parents. Si le sujet a longtemps été douloureux, qu'il veuille bien l'admettre ou non, il a fini par se faire une raison, peu de temps après son entrée en fac de médecine. Après tout, puisque même cette décision n'a pas réussi à le faire entrer dans les bonnes grâces parentales, continuer à lutter n'aurait servi à rien. Petit à petit, il s'est détaché du noyau familial, décidé à vivre sa propre vie telle qu'il l'entendait. Peu intéressé par l'idée de se conformer aux normes et à l'idéal familial traditionnel, il a pourtant toujours voulu être père et a eu la chance de vivre la paternité par deux fois, en adoptant d'abord Eryn puis, quelques années plus tard, Daisy. Et si, certes, il a commis plus d'une erreur avec ses filles, elles restent ce qui lui soit arrivé de mieux (moodboard).
Date d'inscription :
02/06/2022
Messages :
67
Pseudo :
J.
Player's pronoun :
elle, she/her
Rythme de rp :
le weekend uniquement + un jour random dans la semaine
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), Isaac (ft. Andy Samberg) et Gigi (ft. Rihanna)
Avatar :
David Bowie, @dopamine (av.), @slowrobot (profile pic), @trendy-rechauffe (gifs), @Sara Bareilles (lyrics)
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. E45f3ac108467ec4987c5337c333eaa8
Age :
65
Nationality :
American
Origins :
50 shades of white boy
Religion :
atheist
Status :
in a committed, loving relationship with a lovely woman
Orientation :
panromantic asexual
Work :
pulmonologist and part-time professor @ Columbia
Home adress :
Staten Island, Dawson Circle
Communities :
le Gotha, la Saberist Academy et les étudiants & profs de Columbia
Trigger :
feu/incendie/immolation, parents manipulateurs/abusifs, fausse couche
Warning :
relations familiales compliquées, lgbtphobie, grossophobie
To do list rp : en cours | Eryn, Bea

à venir | Daisy
Summary : Troisième enfant d'une fratrie de cinq, David a senti très tôt qu'il n'avait pas grand-chose en commun avec ses frères et sœurs, encore moins avec ses parents. Si le sujet a longtemps été douloureux, qu'il veuille bien l'admettre ou non, il a fini par se faire une raison, peu de temps après son entrée en fac de médecine. Après tout, puisque même cette décision n'a pas réussi à le faire entrer dans les bonnes grâces parentales, continuer à lutter n'aurait servi à rien. Petit à petit, il s'est détaché du noyau familial, décidé à vivre sa propre vie telle qu'il l'entendait. Peu intéressé par l'idée de se conformer aux normes et à l'idéal familial traditionnel, il a pourtant toujours voulu être père et a eu la chance de vivre la paternité par deux fois, en adoptant d'abord Eryn puis, quelques années plus tard, Daisy. Et si, certes, il a commis plus d'une erreur avec ses filles, elles restent ce qui lui soit arrivé de mieux (moodboard).
Date d'inscription : 02/06/2022
Messages : 67
Pseudo : J.
Player's pronoun : elle, she/her
Rythme de rp : le weekend uniquement + un jour random dans la semaine
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), Isaac (ft. Andy Samberg) et Gigi (ft. Rihanna)
Avatar : David Bowie, @dopamine (av.), @slowrobot (profile pic), @trendy-rechauffe (gifs), @Sara Bareilles (lyrics)
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. E45f3ac108467ec4987c5337c333eaa8
Age : 65
Nationality : American
Origins : 50 shades of white boy
Religion : atheist
Status : in a committed, loving relationship with a lovely woman
Orientation : panromantic asexual
Work : pulmonologist and part-time professor @ Columbia
Home adress : Staten Island, Dawson Circle
Communities : le Gotha, la Saberist Academy et les étudiants & profs de Columbia
Trigger : feu/incendie/immolation, parents manipulateurs/abusifs, fausse couche
Warning : relations familiales compliquées, lgbtphobie, grossophobie

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t7070-when-the-bones-are-good-the-rest-don-t-matter
Son dernier patient de la journée avait quitté le cabinet depuis près de deux heures, ses notes griffonnées en pattes de mouche à chaque rendez-vous avaient été retapées proprement, la cafetière avait été vidée, son bureau aéré et ses affaires rangées. Une to-do list complétée, pour une fois. Un concept qui, d'après certains de ses étudiants, était particulièrement à la mode ces dernières années. Une habitude, surtout, que David tâchait de prendre depuis le début de sa carrière. Un miracle qu'il ait réussi à aller au bout de ses études quand on savait combien de fois il avait oublié de rendre une dissertation, un compte-rendu de recherches ou même des candidatures pour les divers stages et internats qu'il avait jadis visé. Amazing what money and a deathly pale skintone could do for you, really. Mais là n'était pas la question. La journée était terminée — il vérifia néanmoins qu'il avait bel et bien effectué toutes les tâches à l'ordre du jour et, au moment où ses yeux se posèrent sur la liste d'encoches et de ratures synonymes d'une journée productive, David se rappela qu'il avait déjà vérifié. Probablement cinq, dix minutes plus tôt. Avec un soupir, il referma le journal et le glissa dans le tiroir de son bureau. Il ne doutait pas qu'il revérifierait une fois ou deux qu'il a) n'avait rien oublié sur la liste et b) avait bien rangé ledit journal d'ici deux ou trois minutes. Pas parce qu'il perdait la tête, mind you, simplement parce que ce n'était pas le genre d'informations qu'il était capable de retenir. Et ça ne datait pas d'aujourd'hui mais il avait appris à faire avec, à défaut de pouvoir totalement corriger cette lacune. Quarante, cinquante ans plus tôt, il avait essayé. Il avait cherché à approcher la perfection, de toutes ses forces, de toute son âme. Il avait voulu être l'élève modèle et le fils parfait, le gamin brillant réalisant tout son potentiel. Et, avec le recul, David admettait bien volontiers qu'il avait réussi. Selon ses standards, cela dit, et non pas ceux établis par ses parents, impossibles à satisfaire. Tiens, d'ailleurs, il y avait longtemps qu'il n'était pas allé fleurir leur tombe. Mais pas aujourd'hui. Il lui fallait un moment pour se préparer mentalement à ce type de visites. Un à deux jours ouvrés, au minimum. Une semaine complète, la plupart du temps, et il lui arrivait régulièrement de se dégonfler à la dernière minute s'il s'attardait un peu trop à la préparation mentale de l'affaire. Une autre lacune qui devait profondément agacer ses parents si ils pouvaient en être témoins — and yes, sometimes, he hoped the afterlife actually existed purely to let his parents rage against the so-called mediocre life he lead. C'était ce genre de petits plaisirs, finalement, qui donnaient un peu de sel à la vie. Ça et les visites au Met, les concerts de rock, les retrouvailles avec de vieux livres chaque fois qu'il se décidait à ranger l'une ou l'autre des pièces de sa maison, la découverte d'un nouveau restaurant.

Peut-être Bea avait-elle une nouvelle adresse à lui recommander d'ailleurs. Il se redressa dans son fauteuil pour attraper son téléphone, posé écran contre le bois pour éviter toute distraction. Non, ne lui avait-elle pas dit qu'elle était occupée ce soir ? Un dîner avec son fils. Ou l'une de ses filles ? Oui, l'une des filles. David retomba contre le dossier avec un soupir. Il lui enviait quelque peu cette proximité avec ses enfants. L'expérience ne lui était pas complètement étrangère, non, mais il ne pouvait pas se targuer d'être un parent aussi accompli que ne l'était sa compagne. Pourtant, il avait choisi sa paternité. Pire encore, il s'était promis d'offrir à Eryn et Daisy le soutien et l'affection qu'il n'avait pas reçu. Et, à la réflexion, il n'avait pas fait un si mauvais job que ça ou, du moins, il n'avait pas été aussi terrible que ses propres parents. Non ? Sans doute pas. Still, he could've done better. Et peut-être qu'il n'était pas trop tard. Après tout, sa journée était terminée mais, techniquement, la journée n'était pas finie. Pas qu'il restait suffisamment d'heures au compteur pour lui permettre de rattraper les boulettes paternelles qu'il avait pu commettre mais il n'était pas trop tard pour s'y mettre. Right? Right.

La nuit commençait à tomber lorsque David quitta le métro, une fois arrivé à Brooklyn. Définitivement pas le quartier où il finissait généralement ses journées mais c'était là que se trouvait le bar d'Eryn. Pas exactement la carrière qu'il l'aurait vue embrasser mais il s'était fait une raison. D'abord parce qu'il savait tout le mal que les exigences parentales pouvaient faire et ensuite parce qu'il considérait sa fille aînée comme un être humain responsable, malgré une certaine propension à l'impulsivité. Et d'après ce qu'il pouvait en juger, elle paraissait plutôt épanouie. Il se plaisait à penser qu'elle le lui aurait dit, si ça n'avait pas été le cas. Elle avait toujours été un peu plus expansive que Daisy après tout et David avait mis un point d'honneur à transmettre à ses enfants l'importance de l'honnêteté, même si tout n'était pas agréable à entendre ou facile à dire. Comme, par exemple, expliquer pourquoi il avait soudainement décidé de se pointer à l'Overkill en pleine semaine. Certes, Eryn et lui ne partageaient pas le moindre patrimoine génétique mais l'impulsivité était-elle contagieuse. Or something.

Il s'installa au bar, ignorant les regards des inconnus et autres habitués qui ne s'attendaient sans doute pas à croiser un type de son âge dans pareil établissement un mercredi soir. Very on brand for someone who'd always hated conforming to society's norms. Et, de toute manière, si un sexagénaire en tweed les étonnait, ces malheureux avaient définitivement besoin de voir un peu de pays et de s'ouvrir l'esprit. Il extirpa un stylo et son journal de la poche intérieure de sa veste, ouvrant la page du jour d'un doigt. Right, no, the list was done. Il aurait dû s'en souvenir lorsqu'il avait glissé le maudit carnet dans sa poche avant de quitter son cabinet mais — yeah, story of his life. Son irritation s'évanouit toutefois lorsqu'il redressa, captant le regard de son aînée, et un large sourire fleurit sur son visage. Hi kiddo, I was... not in the neighborhood but, you know, I thought I could use a drink. Or any kind of juice you might have in store.
Eryn O'Hare
Eryn O'Hare
To do list rp :
EN COURS :
aleksej - www | david - www | dev - www | orion - www | marley 4 - www

TERMINES :
ornella - www | marley 2 - www | marley 3 - www

ABANDONNES :
tray - www | marley - www | andy - www | daisy - www | TC Overkill - www
Summary :
Eryn, c’est la grande meuf impressionnante qu’on a tous.tes admirée au lycée alors même qu’elle n’en avait ni conscience, ni l’envie. Avec son air nonchalant et des sarcasmes bien sentis, elle n’a eu aucun mal à se faire une petite place dans le monde tout en rejetant avec ferveur les environnements guindés qui tiennent tant à cœur à son père adoptif. Aujourd’hui et après de vaines tentatives à l’université locale où elle a surtout brillé par ses capacités à s’enfiler des pintes cul sec, elle gère l’Overkill, un pub qui rallie ses différents centres d’intérêt : le rock’n’roll, se tenir éloignée des connards, les burgers et les concerts. Le temps qu’elle ne passe pas dans son bar, Eryn l’investit pour ses proches avec lesquels elle s’efforce de donner le meilleur d’elle-même, sans pour autant toujours y parvenir.
Date d'inscription :
01/03/2020
Messages :
329
Pseudo :
k-ro
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
1x/semaine
Multinicks :
Ricardo Diaz / Anneke Van Asten / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar :
Krysten Ritter + tearsflight
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. Laughing-love
Age :
34 ans
Nationality :
américaine
Status :
en couple avec son ex, and yes, i know how it sounds
Orientation :
pansexuelle, panromantique
Work :
patronne de bar
Home adress :
brooklyn
Communities :
the overkill
Trigger :
relations toxiques romantisées, viol
Warning :
adoption
To do list rp : EN COURS :
aleksej - www | david - www | dev - www | orion - www | marley 4 - www

TERMINES :
ornella - www | marley 2 - www | marley 3 - www

ABANDONNES :
tray - www | marley - www | andy - www | daisy - www | TC Overkill - www
Summary : Eryn, c’est la grande meuf impressionnante qu’on a tous.tes admirée au lycée alors même qu’elle n’en avait ni conscience, ni l’envie. Avec son air nonchalant et des sarcasmes bien sentis, elle n’a eu aucun mal à se faire une petite place dans le monde tout en rejetant avec ferveur les environnements guindés qui tiennent tant à cœur à son père adoptif. Aujourd’hui et après de vaines tentatives à l’université locale où elle a surtout brillé par ses capacités à s’enfiler des pintes cul sec, elle gère l’Overkill, un pub qui rallie ses différents centres d’intérêt : le rock’n’roll, se tenir éloignée des connards, les burgers et les concerts. Le temps qu’elle ne passe pas dans son bar, Eryn l’investit pour ses proches avec lesquels elle s’efforce de donner le meilleur d’elle-même, sans pour autant toujours y parvenir.
Date d'inscription : 01/03/2020
Messages : 329
Pseudo : k-ro
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : 1x/semaine
Multinicks : Ricardo Diaz / Anneke Van Asten / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar : Krysten Ritter + tearsflight
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. Laughing-love
Age : 34 ans
Nationality : américaine
Status : en couple avec son ex, and yes, i know how it sounds
Orientation : pansexuelle, panromantique
Work : patronne de bar
Home adress : brooklyn
Communities : the overkill
Trigger : relations toxiques romantisées, viol
Warning : adoption

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t2530-eryn-can-t-stop-the-spirits-when-they-need-youhttps://www.ivegot99problems.com/t2586-ask-eryn-o-hare#61194
Si Eryn s’était attendue à croiser son père au bar ce soir, elle aurait fait un effort supplémentaire : passer un petit coup de lavette supplémentaire sur le comptoir, fait en sorte de ne pas avoir l’air de sortir d’un film de zombies – rapport au fait qu’elle avait quitté le travail à près de cinq heures du matin la veille pour y revenir après à peine quatre heures de sommeil, rapport à ce dossier de compta qu’elle aurait dû donner à Wes il y a trois jours, vraiment, la gestion administrative lui donne de l’urticaire -, changé la playlist pour quelque chose de plus adapté aux goûts du paternel. Bref, elle aurait fait mieux sur tout un tas de petits détails ridicules qu’il se pourrait même que David ne remarque pas. Dans le doute, cependant…

Elle n’a rien préparé de tout cela, pourtant, et pour cause : il est arrivé à l’improviste, quelque chose qu’il ne fait jamais et qui, d’abord, inquiète un peu la barmaid. Qu’a-t-il de si important à lui dire qui n’attende pas un coup de fil ? Aussi, lorsqu’elle l’aperçoit de loin, elle profite de son inattention pour grapiller quelques secondes au moment fatidique où elle ne pourra plus feindre ne pas l’avoir vu. Elle respire quelques secondes puis se retourne pour faire face à son père.

Et dès que son regard croise celui de David, la brune s’exclame sur un ton trahissant son étonnement – un agréable étonnement, une fois la panique de la surprise passée, cela dit : « Hello, father. Wasn’t planning on seeing you today, that’s nice. » Le moins qu’on puisse dire, c’est que David ne passe pas souvent voir sa fille de lui-même – pas sans que ça ait été planifié plusieurs jours voire semaines à l’avance, la faute à leurs emplois du temps respectifs, entre autres. Le voir ainsi accoudé au bar de l’Overkill remplit donc la barmaid d’une joie qu’elle contient un maximum. Il s’agirait de ne pas trop s’épancher, juste pour être sûre que son père ne comprenne pas à quel point sa validation lui est importante. Et par importante, j’entends si fort que ça la ronge. Anyways, David doesn’t need to know, not tonight, not ever. C’est donc la nonchalance que choisit Eryn pour lui répondre, même si elle est incapable de gommer l’étincelle qui brille dans ses yeux depuis qu’elle l’a aperçu. Un sourire plus attendri que moqueur sur le visage, elle annonce : « It’s a freaking pub dad, I literally have nothing else but drinks and juices in store. I can get you anything. » Eryn, language!, s’entend-elle réprimander dans sa tête. Aussitôt, elle retient une grimace. On ne la changera pas. Face à son père comme à n’importe qui d’autre, la brune jure, c’est comme ça, et ce n’est pas faute d’avoir tenté de la conformer à un idéal de la haute. « Sorry, sorry, it all depends on what you feel like having, really. I do have something new on tap, an IPA from a local brewery that’s starting to grow big, it’s light, very refreshing. I have a wide range of whiskies as well. And I can also offer literal juices of any kind. Choice is yours, dad. »

Pour noyer le poisson de son sarcasme, Eryn offre un sourire sincère à David. Elle aime son père de tout son cœur, mais ce dernier n’a jamais eu droit au moindre traitement de faveur et se voit donc recevoir, de façon régulière, l’air désinvolte voire carrément moqueur de sa fille. Ça fait partie de sa stratégie mûrement réfléchie, celle qui consiste à cacher son besoin de validation derrière une centaine de couches de je m’en foutisme éhonté. « Wanna eat something? Didn’t forget to have lunch again today, did you? » Après près de trente-quatre ans en sa compagnie, elle commence à le connaître. Et si elle voudrait donner une impression d’exaspération face aux mauvaises manies de son père adoptif, elle ne peut que trahir une petite pointe d’inquiétude lorsqu’il s’agit de besoins physiologiques vitaux tels que se nourrir le midi. Se nourrir tout court, really. « It’s on me. », elle ajoute comme si l’argument suffirait à le convaincre.
David O'Hare
David O'Hare
To do list rp :
en cours | Eryn, Bea

à venir | Daisy
Summary :
Troisième enfant d'une fratrie de cinq, David a senti très tôt qu'il n'avait pas grand-chose en commun avec ses frères et sœurs, encore moins avec ses parents. Si le sujet a longtemps été douloureux, qu'il veuille bien l'admettre ou non, il a fini par se faire une raison, peu de temps après son entrée en fac de médecine. Après tout, puisque même cette décision n'a pas réussi à le faire entrer dans les bonnes grâces parentales, continuer à lutter n'aurait servi à rien. Petit à petit, il s'est détaché du noyau familial, décidé à vivre sa propre vie telle qu'il l'entendait. Peu intéressé par l'idée de se conformer aux normes et à l'idéal familial traditionnel, il a pourtant toujours voulu être père et a eu la chance de vivre la paternité par deux fois, en adoptant d'abord Eryn puis, quelques années plus tard, Daisy. Et si, certes, il a commis plus d'une erreur avec ses filles, elles restent ce qui lui soit arrivé de mieux (moodboard).
Date d'inscription :
02/06/2022
Messages :
67
Pseudo :
J.
Player's pronoun :
elle, she/her
Rythme de rp :
le weekend uniquement + un jour random dans la semaine
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), Isaac (ft. Andy Samberg) et Gigi (ft. Rihanna)
Avatar :
David Bowie, @dopamine (av.), @slowrobot (profile pic), @trendy-rechauffe (gifs), @Sara Bareilles (lyrics)
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. E45f3ac108467ec4987c5337c333eaa8
Age :
65
Nationality :
American
Origins :
50 shades of white boy
Religion :
atheist
Status :
in a committed, loving relationship with a lovely woman
Orientation :
panromantic asexual
Work :
pulmonologist and part-time professor @ Columbia
Home adress :
Staten Island, Dawson Circle
Communities :
le Gotha, la Saberist Academy et les étudiants & profs de Columbia
Trigger :
feu/incendie/immolation, parents manipulateurs/abusifs, fausse couche
Warning :
relations familiales compliquées, lgbtphobie, grossophobie
To do list rp : en cours | Eryn, Bea

à venir | Daisy
Summary : Troisième enfant d'une fratrie de cinq, David a senti très tôt qu'il n'avait pas grand-chose en commun avec ses frères et sœurs, encore moins avec ses parents. Si le sujet a longtemps été douloureux, qu'il veuille bien l'admettre ou non, il a fini par se faire une raison, peu de temps après son entrée en fac de médecine. Après tout, puisque même cette décision n'a pas réussi à le faire entrer dans les bonnes grâces parentales, continuer à lutter n'aurait servi à rien. Petit à petit, il s'est détaché du noyau familial, décidé à vivre sa propre vie telle qu'il l'entendait. Peu intéressé par l'idée de se conformer aux normes et à l'idéal familial traditionnel, il a pourtant toujours voulu être père et a eu la chance de vivre la paternité par deux fois, en adoptant d'abord Eryn puis, quelques années plus tard, Daisy. Et si, certes, il a commis plus d'une erreur avec ses filles, elles restent ce qui lui soit arrivé de mieux (moodboard).
Date d'inscription : 02/06/2022
Messages : 67
Pseudo : J.
Player's pronoun : elle, she/her
Rythme de rp : le weekend uniquement + un jour random dans la semaine
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), Isaac (ft. Andy Samberg) et Gigi (ft. Rihanna)
Avatar : David Bowie, @dopamine (av.), @slowrobot (profile pic), @trendy-rechauffe (gifs), @Sara Bareilles (lyrics)
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. E45f3ac108467ec4987c5337c333eaa8
Age : 65
Nationality : American
Origins : 50 shades of white boy
Religion : atheist
Status : in a committed, loving relationship with a lovely woman
Orientation : panromantic asexual
Work : pulmonologist and part-time professor @ Columbia
Home adress : Staten Island, Dawson Circle
Communities : le Gotha, la Saberist Academy et les étudiants & profs de Columbia
Trigger : feu/incendie/immolation, parents manipulateurs/abusifs, fausse couche
Warning : relations familiales compliquées, lgbtphobie, grossophobie

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t7070-when-the-bones-are-good-the-rest-don-t-matter

TW : MENTIONS D'ADOPTION ET D'AVIS DOUTEUX SUR LA FILIATION ÉMIS PAR DES TIERCES PERSONNES

Malgré les années qui s'étaient écoulées depuis l'adoption d'Eryn, David se souvenait encore des opinions — inopinées et absolument pas demandées par la moindre partie concernée d'ailleurs — entendues à droite et à gauche lorsqu'il avait annoncé à ses proches vouloir devenir père. L'incompréhension avait dominé, suivie de près par un scepticisme. Why don't you wait to find a nice girl to settle down et but you can't possibly think you could love a child that's not really yours, can you étaient deux questions particulièrement violentes auxquelles il avait dû apporter des réponses vaguement courtoises, sinon poliment fermes. Avant même de rencontrer sa fille aînée, il avait su que les doutes de ces gens qui prétendaient l'aimer et le soutenir étaient infondés. Les trois décennies qui s'étaient écoulées depuis lui avaient donné raison, malgré les erreurs qu'il avait pu commettre. Eryn et Daisy n'étaient peut-être pas ses enfants biologiques — but they were his nonetheless. Et rien ni personne ne lui ferait dire que le bonheur teinté de fierté qu'il ressentait chaque fois qu'il posait les yeux sur l'une ou l'autre de ses filles n'était pas vraie ou naturelle. C'était dans ces rares instants, avant que la moindre parole ne soit échangée, que la joie, encore intacte après tout ce temps, d'avoir été jusqu'au bout des démarches pour fonder sa petite famille le frappait. Mishaps and shortcomings didn't matter then, only the love they'd brought into his life. Mais David n'était pas poète, ni particulièrement doué pour articuler ses sentiments non plus. Aussi, comme à son habitude, se contenta-t-il d'un sourire pour accueillir son aînée qui paraissait plutôt surprise de le trouver là. À juste titre par ailleurs, ce qui en disait long sur sa manière d'intégrer ses filles, aujourd'hui toutes deux adultes, à sa gestion catastrophique de son propre temps. Clairement, ça n'était pas impossible, Bea et ses quatre — cinq ? ah, il n'était plus sûr — enfants en étaient une preuve irréfutable. Il avait su se rendre plus disponible lorsqu'elles étaient plus jeunes, tant par nécessité que par réelle envie de les voir grandir. Peut-être que sa propre expérience l'avait convaincu, implicitement, qu'elles n'auraient plus tant besoin de lui une fois leur majorité atteinte. Après tout, lui-même s'était construit sans ses parents et dans le cas d'Eryn, il lui apparaissait relativement évident qu'elle était toute aussi capable et responsable qu'il ne l'avait été à son âge, sinon plus. Language, ne put-il toutefois pas s'empêcher de souligner affectueusement devant son langage coloré, en un réflexe que les années n'avaient pas su gommer. Ironiquement, s'il n'avait jamais vraiment compris la nécessité de se conformer aux normes des cercles dans lesquels il avait grandi, David avait fini docilement fini par s'y plier, conscient d'abord que sa carrière en pâtirait puis, plus tard, ses filles, si par malheur il n'arrivait pas à leur inculquer un minimum de bonnes manières pour survivre en société. Peut-être aurait-il pu faire plus, aurait-il pu faire mieux mais ni Eryn ni Daisy n'étaient l'archétype de la parfaite débutante que sa défunte mère aurait voulu avoir comme petite-fille. Et, à la réflexion, ça lui convenait parfaitement. Elles avaient retenu l'essentiel. Bonjour, merci, au revoir et dans le cas d'Eryn, comment présenter de manière concise et claire la carte d'un bar. Que demander de plus ? Oooh, I'll take a whiskey. Top-shelf please, ajouta-t-il après une seconde de réflexion. Non-conformiste, peut-être, mais David avait tout de même un minimum d'amour propre et il était prêt à parier qu'il y avait plus d'une bouteille dans les environs qui offenseraient ses papilles. Pas qu'il se serait permis pareille réflexion, surtout pas devant l'adorable sourire d'Eryn. Trente-trois ans qu'elle était dans sa vie et la voir sourire continuait de tirer sur ses cordes sensibles avec la même force que la première fois qu'il l'avait tenue dans ses bras. Aussi inconsidéré et impulsif qu'il pouvait être, David savait tenir sa langue, d'autant plus qu'elle le connaissait suffisamment bien pour savoir qu'il pouvait se montrer particulièrement exigeant. Ou, en l'occurrence, tête en l'air. Devant la question en apparence banale, il fronça les sourcils, tâchant de se rappeler si oui ou non il avait pris le temps de déjeuner. Certainement. Probablement. Peut-être ? Il était parfois bien en peine de se rappeler de ce qu'il avait fait cinq minutes plus tôt, alors une demi-journée ? Embarrassé et conscient qu'il s'agissait là d'une inquiétude qu'elle avait la bonté de dissimuler, il baissa les yeux pour éviter le regard d'Eryn. I could eat, finit-il par dire, choisissant ses mots avec soin. Ce n'était pas exactement un mensonge mais ils savaient tous les deux la vérité. À savoir qu'il n'en avait pas la moindre idée. It's probably best anyway, I'm not 20 anymore, I doubt I can have a drink on an empty stomach. Ses jeunes années étaient bien loin derrière lui, mieux valait éviter les folies du genre. Next time, I'll treat you to dinner. Daisy too, if we can ever manage to find a date that suits all three of us, lança-t-il avec un enthousiasme un rien forcé, it could be nice, it's been a while. How is she, by the way?
Eryn O'Hare
Eryn O'Hare
To do list rp :
EN COURS :
aleksej - www | david - www | dev - www | orion - www | marley 4 - www

TERMINES :
ornella - www | marley 2 - www | marley 3 - www

ABANDONNES :
tray - www | marley - www | andy - www | daisy - www | TC Overkill - www
Summary :
Eryn, c’est la grande meuf impressionnante qu’on a tous.tes admirée au lycée alors même qu’elle n’en avait ni conscience, ni l’envie. Avec son air nonchalant et des sarcasmes bien sentis, elle n’a eu aucun mal à se faire une petite place dans le monde tout en rejetant avec ferveur les environnements guindés qui tiennent tant à cœur à son père adoptif. Aujourd’hui et après de vaines tentatives à l’université locale où elle a surtout brillé par ses capacités à s’enfiler des pintes cul sec, elle gère l’Overkill, un pub qui rallie ses différents centres d’intérêt : le rock’n’roll, se tenir éloignée des connards, les burgers et les concerts. Le temps qu’elle ne passe pas dans son bar, Eryn l’investit pour ses proches avec lesquels elle s’efforce de donner le meilleur d’elle-même, sans pour autant toujours y parvenir.
Date d'inscription :
01/03/2020
Messages :
329
Pseudo :
k-ro
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
1x/semaine
Multinicks :
Ricardo Diaz / Anneke Van Asten / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar :
Krysten Ritter + tearsflight
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. Laughing-love
Age :
34 ans
Nationality :
américaine
Status :
en couple avec son ex, and yes, i know how it sounds
Orientation :
pansexuelle, panromantique
Work :
patronne de bar
Home adress :
brooklyn
Communities :
the overkill
Trigger :
relations toxiques romantisées, viol
Warning :
adoption
To do list rp : EN COURS :
aleksej - www | david - www | dev - www | orion - www | marley 4 - www

TERMINES :
ornella - www | marley 2 - www | marley 3 - www

ABANDONNES :
tray - www | marley - www | andy - www | daisy - www | TC Overkill - www
Summary : Eryn, c’est la grande meuf impressionnante qu’on a tous.tes admirée au lycée alors même qu’elle n’en avait ni conscience, ni l’envie. Avec son air nonchalant et des sarcasmes bien sentis, elle n’a eu aucun mal à se faire une petite place dans le monde tout en rejetant avec ferveur les environnements guindés qui tiennent tant à cœur à son père adoptif. Aujourd’hui et après de vaines tentatives à l’université locale où elle a surtout brillé par ses capacités à s’enfiler des pintes cul sec, elle gère l’Overkill, un pub qui rallie ses différents centres d’intérêt : le rock’n’roll, se tenir éloignée des connards, les burgers et les concerts. Le temps qu’elle ne passe pas dans son bar, Eryn l’investit pour ses proches avec lesquels elle s’efforce de donner le meilleur d’elle-même, sans pour autant toujours y parvenir.
Date d'inscription : 01/03/2020
Messages : 329
Pseudo : k-ro
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : 1x/semaine
Multinicks : Ricardo Diaz / Anneke Van Asten / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar : Krysten Ritter + tearsflight
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. Laughing-love
Age : 34 ans
Nationality : américaine
Status : en couple avec son ex, and yes, i know how it sounds
Orientation : pansexuelle, panromantique
Work : patronne de bar
Home adress : brooklyn
Communities : the overkill
Trigger : relations toxiques romantisées, viol
Warning : adoption

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t2530-eryn-can-t-stop-the-spirits-when-they-need-youhttps://www.ivegot99problems.com/t2586-ask-eryn-o-hare#61194
Top-shelf. Evidemment. Eryn lève les yeux au ciel pour la forme, plus amusée qu’autre chose, et avant de se retourner pour préparer sa commande, elle lui lance un regard équivoque. En trente-trois ans, elle avait fini par le connaître par cœur. Et elle mentirait si certaines des meilleures bouteilles de whisky de l’Overkill, de celles qui trônent sur les étagères depuis l’ouverture, n’ont pas été choisies spécialement dans l’éventualité de servir à son père un jour. Ce pub n’est pas tout à fait un lieu de dégustation, et s’il lui arrive de temps à autres une commande un peu plus exigeante qu’à l’accoutumée, la plupart de sa clientèle se contente de ce qui leur permettra de finir la soirée le plus joyeusement possible en ayant dépensé le moins. « There you go. », lance-t-elle en faisant glisser le verre en direction de David. « This one should be fancy enough. If you don’t like it just ask for the manager. I heard she’s rather mean though, I wouldn’t risk it. »

« Alright. », elle acquiesce, décidant de ne pas relever le fait qu’il s’agira peut-être de l’unique repas de David de la journée. Elle n’a pas envie de se faire un ulcère à lui réexpliquer la pyramide de Maslow et l’importance de s’alimenter. L’homme est adulte – l’homme est médecin for fuck’s sake - et ce n’est pas à soixante-cinq ans qu’il changera ses habitudes. Eryn se contente donc de lui commander ce qu’ils ont de plus facile à manger avec des couverts – l’idée même d’imaginer son père se débattre avec un burger (ou n’importe quel type de street food en réalité) la fatigue à l’avance – et reporte son attention sur ce dernier. « Daisy’s fine. She’s good, actually. But you could ask her yourself, she’d love that. I know you’re busy, dad, but leaving her a voicemail once in a while… » La brune ne se permettrait pas de parler au nom de sa sœur si elle n’était pas à peu près persuadée d’être sur la même longueur d’onde qu’elle à ce sujet. Leur père a un planning bien rempli, entre son boulot de médecin, ses heures perdues en tant que professeur à la fac et ses propres histoires privées. Et peut-être, je dis bien peut-être, devraient-elles insister un peu plus et dégainer leur téléphone d’elles-mêmes plutôt que d’attendre un coup de fil de sa part. Mais en ce qui concerne Eryn, elle a parfaitement conscience de ne jamais être disponible aux mêmes heures que lui, et elle a fini par s’habituer à la situation. « Or you could, I don’t know, pop by anytime. She’s often around here on Saturday nights. Door’s open. » Elle hausse les épaules. Un bar n’est pas forcément l’endroit approprié pour des retrouvailles père/fille, mais c’est une idée, après tout. Il est bien là à l’instant. D’un revers de la main, cependant, elle balaie ces dernières paroles un peu trop accusatrices et réprime un soupir. Après tout, il a fait un pas en avant, et elle ne peut pas tout à fait se plaindre. David est un père somme toute exemplaire, juste un peu trop occupé. « Yeah, you know what? Dinner with you two sounds great. Ask Daisy when she’s available and I’ll make sure I am as well. Maybe not on weekend nights, though. », ajoute-t-elle à la hâte. Elle peut se permettre de manquer n’importe quelle soirée, et à vrai dire, elle pourrait laisser son bar entre les mains de son personnel même un samedi soir, elle leur fait suffisamment confiance. Mais elle ne leur infligerait pas son absence les soirs de grande fréquentation.

Une cliente interrompt leur petite discussion et la barmaid s’éclipse le temps de la servir. Moins de deux minutes plus tard, elle prévient sa collègue qu’elle prend une pause et elle contourne le bar pour s’installer à côté de David avec un grand verre d’eau. « So, how are you, then? », elle demande, désinvolte, dans l’espoir un peu naïf d’avoir de cette façon détourné l’attention de la petite discussion qu’ils tenaient jusqu’à présent.
David O'Hare
David O'Hare
To do list rp :
en cours | Eryn, Bea

à venir | Daisy
Summary :
Troisième enfant d'une fratrie de cinq, David a senti très tôt qu'il n'avait pas grand-chose en commun avec ses frères et sœurs, encore moins avec ses parents. Si le sujet a longtemps été douloureux, qu'il veuille bien l'admettre ou non, il a fini par se faire une raison, peu de temps après son entrée en fac de médecine. Après tout, puisque même cette décision n'a pas réussi à le faire entrer dans les bonnes grâces parentales, continuer à lutter n'aurait servi à rien. Petit à petit, il s'est détaché du noyau familial, décidé à vivre sa propre vie telle qu'il l'entendait. Peu intéressé par l'idée de se conformer aux normes et à l'idéal familial traditionnel, il a pourtant toujours voulu être père et a eu la chance de vivre la paternité par deux fois, en adoptant d'abord Eryn puis, quelques années plus tard, Daisy. Et si, certes, il a commis plus d'une erreur avec ses filles, elles restent ce qui lui soit arrivé de mieux (moodboard).
Date d'inscription :
02/06/2022
Messages :
67
Pseudo :
J.
Player's pronoun :
elle, she/her
Rythme de rp :
le weekend uniquement + un jour random dans la semaine
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), Isaac (ft. Andy Samberg) et Gigi (ft. Rihanna)
Avatar :
David Bowie, @dopamine (av.), @slowrobot (profile pic), @trendy-rechauffe (gifs), @Sara Bareilles (lyrics)
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. E45f3ac108467ec4987c5337c333eaa8
Age :
65
Nationality :
American
Origins :
50 shades of white boy
Religion :
atheist
Status :
in a committed, loving relationship with a lovely woman
Orientation :
panromantic asexual
Work :
pulmonologist and part-time professor @ Columbia
Home adress :
Staten Island, Dawson Circle
Communities :
le Gotha, la Saberist Academy et les étudiants & profs de Columbia
Trigger :
feu/incendie/immolation, parents manipulateurs/abusifs, fausse couche
Warning :
relations familiales compliquées, lgbtphobie, grossophobie
To do list rp : en cours | Eryn, Bea

à venir | Daisy
Summary : Troisième enfant d'une fratrie de cinq, David a senti très tôt qu'il n'avait pas grand-chose en commun avec ses frères et sœurs, encore moins avec ses parents. Si le sujet a longtemps été douloureux, qu'il veuille bien l'admettre ou non, il a fini par se faire une raison, peu de temps après son entrée en fac de médecine. Après tout, puisque même cette décision n'a pas réussi à le faire entrer dans les bonnes grâces parentales, continuer à lutter n'aurait servi à rien. Petit à petit, il s'est détaché du noyau familial, décidé à vivre sa propre vie telle qu'il l'entendait. Peu intéressé par l'idée de se conformer aux normes et à l'idéal familial traditionnel, il a pourtant toujours voulu être père et a eu la chance de vivre la paternité par deux fois, en adoptant d'abord Eryn puis, quelques années plus tard, Daisy. Et si, certes, il a commis plus d'une erreur avec ses filles, elles restent ce qui lui soit arrivé de mieux (moodboard).
Date d'inscription : 02/06/2022
Messages : 67
Pseudo : J.
Player's pronoun : elle, she/her
Rythme de rp : le weekend uniquement + un jour random dans la semaine
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), Isaac (ft. Andy Samberg) et Gigi (ft. Rihanna)
Avatar : David Bowie, @dopamine (av.), @slowrobot (profile pic), @trendy-rechauffe (gifs), @Sara Bareilles (lyrics)
(eryn) the past, the present, and the future walked into a bar. it was tense. E45f3ac108467ec4987c5337c333eaa8
Age : 65
Nationality : American
Origins : 50 shades of white boy
Religion : atheist
Status : in a committed, loving relationship with a lovely woman
Orientation : panromantic asexual
Work : pulmonologist and part-time professor @ Columbia
Home adress : Staten Island, Dawson Circle
Communities : le Gotha, la Saberist Academy et les étudiants & profs de Columbia
Trigger : feu/incendie/immolation, parents manipulateurs/abusifs, fausse couche
Warning : relations familiales compliquées, lgbtphobie, grossophobie

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t7070-when-the-bones-are-good-the-rest-don-t-matter
Il ne put s'empêcher d'esquisser un nouveau sourire lorsqu'un verre fit son apparition devant lui. Pas parce qu'il avait réellement besoin d'un verre mais parce qu'il y avait, derrière les taquineries de son aînée, une affection et une aisance qu'il n'était pas évident de trouver, même dans sa propre famille. David n'était pas certain de s'être un jour senti suffisamment en confiance avec ses propres parents, même pour échanger des banalités ou quelques blagues. Malgré ses fautes de père, il n'avait pas trop mal réussi son job avec Eryn. She was a strong, capable woman and she could handle herself. And him, obviously. Et il avait bien conscience de ne pas être facile à vivre mais ils s'en étaient sortis, tous les deux, si peu traditionnelle que pouvait être leur famille. Thanks, I'll keep that in mind, lança-t-il en levant son verre en guise de salut.

La paternité n'était pas une responsabilité que David avait pris à la légère, lorsqu'il avait décidé d'entamer les démarches pour adopter son premier enfant. Évidemment, il savait que tôt ou tard, les rôles finiraient par s'inverser. Ses faiblesses l'avaient amené à se demander si se lancer dans l'aventure était une bonne idée mais il s'était promis, coûte que coûte, qu'il ne se reposerait pas sur ses filles avant l'heure. Toutefois, entendre Eryn se préoccuper de son appétit et de sa relation — or, really, lack thereof — avec Daisy le faisait quelque peu douter d'avoir réussi. Certes, sa fille aînée était une adulte mais elle avait sûrement mieux à faire que de s'inquiéter à son sujet. David grimaça, le nez dans son verre, incapable de croiser le regard de sa fille. La honte, sans doute. La culpabilité aussi. Il savait, bien sûr, qu'elle avait raison. Que se cacher derrière son emploi du temps bien chargé pour éviter de faire le premier pas vers sa cadette était une excuse médiocre. Peu importe son âge, Daisy — comme Eryn, d'ailleurs — restait sa fille, son bébé. C'était à lui d'agir. Il se redressa à la suggestion d'Eryn, haussant un sourcil. L'image de sa benjamine, à peine suffisamment âgée pour boire légalement, dans un bar lui plaisait-elle ? Pas vraiment, non, mais il doutait de trouver un quelconque parent qui se réjouisse de voir ses enfants dans la même situation. Savoir Eryn derrière le comptoir le rassurait à peine, aussi irrationnel que ça pouvait être. Ça n'était pas une question de manque de confiance, non, juste un reste d'angoisse vieux de deux ou trois décennies. La peur de les voir s'écorcher les genoux en apprenant à faire du vélo s'était transformé en crainte de les voir se faire briser le cœur et finir dans des situations dangereuses au fil du temps. Et il était difficile de s'en défaire, même si ses filles avaient bien grandi. Même si il n'était plus aussi présent dans leur vie qu'auparavant. Y-yes, dinner's great, bredouilla-t-il avant d'avaler une gorgée de whisky sans réellement l'apprécier, le blasphème. I'll ask her, I will, I'll just... Saturday nights, right? Maybe I'll come this weekend. Or the next. Si il ne trouvait pas une énième excuse pour se dérober à la dernière minute, that is.

Eryn le laissa un instant pour s'occuper d'une cliente et David baissa de nouveau les yeux sur son verre. Il était prêt à parier que Bea n'avait jamais eu ce genre de problèmes avec ses filles. Oh, d'après ce qu'il avait entendu, élever les filles Baker n'avait pas été une promenade de santé et elles donnaient encore du fil à retordre à leur mère. Mais Beatrice était infiniment plus courageuse que David ne l'avait jamais été. Peut-être, oui, peut-être bien qu'il pourrait lui demander conseil sans tomber trop bas dans son estime. Il s'était perdu dans l'idée, glissant vers l'une ou l'autre des expositions du Met où il pourrait l'emmener pour leur prochain rendez-vous, lorsqu'Eryn réapparut, une question en apparence banale au bout des lèvres. David se redressa, circonspect. Avait-il l'air d'aller mal ? Parce que non, vraiment, ce n'était pas le cas et il mettait un point d'honneur à se présenter sous son meilleur jour auprès des gens qui comptaient vraiment. Les inquiéter était bien la dernière chose qu'il désirait, surtout en ce qui concernait ses enfants. I'm fine, répondit-il par réflexe, un peu trop rigide. I mean, I'm great, really. You don't have to worry about me, you know that, right? L'hypocrisie d'une telle déclaration ne lui échappait évidemment pas. Bien sûr qu'elle s'inquiétait pour lui, comme lui s'inquiétait pour elle. That was what families did or, actually, just people who loved each other. Mais l'idée qu'elle s'inquiète sérieusement à son sujet était infiniment désagréable. I'm great, répéta-t-il, nerveux, I'm doing my best to keep a good sleep schedule and I rarely skip a meal on weekends since Bea- ah. Il s'interrompit brutalement, sentant ses joues se réchauffer. I, um, I did tell you about Beatrice, right? Non, probablement pas. Certainement pas, même. Parce que, vraiment, comment était-on sensé annoncer à sa fille trentenaire qu'on avait rencontré quelqu'un ? Surtout après deux ans.
Contenu sponsorisé