Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Crater Impact SE
Voir le deal
68.97 €


Orion ✓ Shallow

Invité
avatar

♛  Shallow
Dis-moi quelque chose, mon grand. N'es-tu pas fatigué d'essayer de combler ce vide? Ou as-tu besoin de plus ? N'est-ce pas dur de rester soi-même ?Je m'effondre. Dans tous les bons moments, je me retrouve à avoir envie de changement et dans les mauvais moments, je me fais peur


▼▲ ▼

Sortir. T'avais besoin de sortir. Ici. Tout t'etouffais et te rappelais à quel point t'étais pathétique. Non pas pathétique. Seule. Horriblement seule. Bien sûr que tu avais ta famille, ton chien et tes amis mais ce n'était pas suffisant. Autrefois, tu étais au paradis. Tu avais tout ce qu'un être humain souhaitait. Une bonne situation professionnelle et financière, des parents et une jumelle aimante. Un chien avec qui tu étais fusionnel. Une bande d'amis avec qui t'avais voyager au quatre coins du monde. Et surtout tu avais Rhys. Ton âme soeur. T'avais déjà lu des romans à l'eau de rose qui ventais le pouvoir de l'amour. Qu'une seule personne pouvait être ton monde. Que tu pouvais tout donner pour elle et que ton coeur faisait des marathon à chaque pensées. A chaque caresse. A chaque attentions. A chaque rigolade. Tout ça, tu l'avais trouvé. Un rêve éveillé qui était devenu cauchemar ce soir là quand une voiture vous avez percuté le tuant sur le coup. Et tuant aussi la vie qui commençait a créé dans ton ventre. Depuis l'accident, tu  airée comme un fantôme et t'avais l'impression d'avoir un énorme trou béant à la place de ton coeur. A son enterrement, tu avais l'impression qu'on te mettait en terre également. Cette souffrance tu l'avais accueillit comme une ennemie puis plus les jours sont passés, plus elle est devenue une bonne copine. T'avais appris à la serrer dans tes bras. A l'oublier en mettant toute ta tête dans l'hôtel spa 5 étoiles que vous hérité June et toi. C'était devenu ça maintenant ta vie. Une survie. Et si tu y arrivais, il n'y avait qu'un seul jour dans l'année que tu ne pouvais pas. Le jour de l'accident. Et ce jour là était aujourd'hui.

T'avais pourtant fait comme d'habitude. Courir avec Lumos, ton berger australien. Pris ton petit déjeuné en compagnie de ta jumelle et coloc. Puis vous étiez partis au boulot ensemble pour vaguer à vos occupations chacune. C'était calme aujourd'hui. Si d'ordinaire, il y avait foule, aujourd'hui les clients se faisaient tout petits. Aucune exigence farfelues. Ni de clients relou. Rien. Et ça te déprimais encore plus. Le monde t'envoyais un message.  C'était un jour sombre et même la pluie que tu entrevis à ta fenêtre de ton bureau te le faisait rappeler. Comme une piqûre de rappel mortelle qu'aujourd'hui ça faisait deux ans qu'il était mort. Et que depuis deux ans, une partie de toi était morte également. Tu passais tes mains dans tes cheveux en fermant les yeux. Mauvais truc à faire. Des flous d'images se créent dans tes pensées. Il y avait plein de vie dans tes souvenirs. Quand tu ouvris les yeux, la vie avait disparu pour une souffrance sans nom. Tu te levas de ton fauteuil et trouva des choses à faire. Plus tu avais l'esprit occupé, plus tu oubliais ce jour maudit. Mais malheureusement, les choses étaient rares. Tellement qu'à la fin de ta journée de boulot après avoir sorti et reposé Lumos chez toi, tu sortis.

Sans savoir pourquoi, tu avais finis la. T'avais ouvert la porte d'un bar loin de Staten Island. Et loin des endroits que tu avais l'habitude d'aller avec Rhys. Ton ami Gabriel t'avais parlé d'un bar que t'avais jamais mis les pieds. Et tu l'avais trouvé en mettant ton gps sur ton téléphone. A l'intérieur du bar, il y avait quelques personnes qui cherchaient la même chose que toi. Oublier l'espace d'une soirée ta vie. Tu trouvais une chaise libre vers le bar. Un tabouret t'attendais comme s'il savait que tu allais venir ici. Alors tu t'avançais et t'y installa. Attendant qu'un barman vienne te voir pour prendre ta commande. T'avais besoin d'oublier. Et l'alcool était une bonne arme contre la souffrance. Tu ne su jamais à quel point le destin était cruel envers toi à cet instant.



CODAGE PAR AMATIS



@Orion Blackwater
Invité
avatar

♛  Shallow
Dis-moi quelque chose, mon grand. N'es-tu pas fatigué d'essayer de combler ce vide? Ou as-tu besoin de plus ? N'est-ce pas dur de rester soi-même ?Je m'effondre. Dans tous les bons moments, je me retrouve à avoir envie de changement et dans les mauvais moments, je me fais peur


▼▲ ▼

Tu n'avais jamais aimé les jours où tu avais rendez-vous avec ta psychologue. Parce que même si tu essayais de faire des efforts, depuis cet horrible accident, tu n'arrivais pas à t'en remettre. Et honnêtement, tu n'en avais même pas parlé à ta psy, restant dans l'optique de ne lui parler que de tes problèmes d'alcool. Parce que tu ne savais pas trop ce qu'elle ferait si tu étais à l'origine d'une double homicide, certes involontaire, bien que tu ai trop bu ce soir là, et que tu as caché les preuves. Est ce qu'elle en parlerait à la police ? Ou bien était-elle liée au secret médical ? Tu ne le savais pas... Alors, une fois que tu étais sorti de cet endroit de torture, sans réellement trop parler, tu étais rentré chez toi pour prendre une douche et tu t'étais rendu ensuite à The Overkill, pour commencer ton travail de barmaid. Et comme d'habitude, entre deux clients, tu avais un peu enchaîné les verres, laissant l'alcool irrité ta gorge et te faire tout oublier. Mais tu avais failli t'étouffer avec une gorgée en la voyant installée au bar. Celle dont tu avais brisé la vie et pour qui, inconsciemment à chaque fois que tu lui donnaisune leçon d'équitation, ne pouvait t'empêcher de te faire sourire. « Orion, occupe toi de la cliente ! » Tu avais été tiré de tes pensées par la voix de ton collègue occupé à servir l'autre côté du bar alors que ton regard se portait sur Feyre. Tu avais poussé un soupir, avant de finalement, te dirigé vers elle, pas très sobre, en lâchant, sans réellement grand tact : « Qu'est ce que je te sers ? »



CODAGE PAR AMATIS



@Feyre Becker
Invité
avatar

♛  Shallow
Dis-moi quelque chose, mon grand. N'es-tu pas fatigué d'essayer de combler ce vide? Ou as-tu besoin de plus ? N'est-ce pas dur de rester soi-même ?Je m'effondre. Dans tous les bons moments, je me retrouve à avoir envie de changement et dans les mauvais moments, je me fais peur


▼▲ ▼

C’était une mauvaise idée. De te retrouver ici avec les idées noires. Si June savait que tu te trouvais dans un bar avec l’intention d’oublier la souffrance qui t’habitais, elle serait venu illico presto pour t’emmener loin d’ici. Elle t’avait déjà retrouvé dans des états pitoyables à cause de l’alcool. Tu aurais pu ne pas boire car c’était à cause de l’alcool que Rhys était mort. Qu’ils étaient morts. Mais quand la douleur était trop forte. Trop suffocante. Trop douloureuse. Il n’y avait que l’alcool te soulageait ton fardeau. Et en ce moment, ton cœur réclamait une descente aux enfers. Il réclamait d’oublier qui tu étais l’espace d’une soirée pour aller un peu mieux le lendemain. C’était cette douleur qui t’avais fais entré dans ce pub. C’était la première fois que tu y mettais les pieds. C’était parfait. Un lieu inconnu avec des personnes inconnues. C’était ce qu’il te fallait.

Tu trouvas facilement une place au bar comme s’il savait que tu allais venir. La musique raisonna à tes oreilles et tu regardais la pièce. Les gens dansaient pour la plupart. D’autre rigolaient avec un verre d’alcool dans la main. D’autre avec une cigarette en plus. Ils semblaient heureux. Inconscient du danger qu’était la vie. Car la vie n’était pas simple. Elle aurait préféré qu’elle soit un long fleuve tranquille mais ce n’était pas le cas. Toi t’avais l’impression que c’était une tempête tropicale, un tsunami depuis deux ans. Tu serras avec fermeté le coin du bar comme pour te raccrocher à la réalité. Oublier. Tu devais oublier. Comme si t’avais lancé un appel silencieux, une voix te demanda ce que tu levas. Tu levas la tête et plongea tes prunelles dans celle bien connu d’un moniteur d’équitation. Si t’adorais les sports extrêmes, c’était pour faire plaisir à ta jumelle que tu allais à l’équitation. Et que tu l’avais rencontré. Si tu savais que c’était plus une histoire d’équitation, tu te serais levé et tu l’aurais giflé de toutes tes forces l’assassin qui t’avais pris les deux êtres qui comptaient le plus au monde. Et tu lui en aurais remis une deuxième pour le côté malsain qu’il avait de te parler en inconnu par message sans rien te dire de ce qu’il avait fait. Mais tout ça, malheureusement tu ne le savais pas. Heureusement pour lui. Dommage pour toi. Cruelle était ta vie.

Ta descente aux enfers commença. Tu écarquillas les yeux étonné de le voir derrière le comptoir. Tu ne savais pas qu’il avait deux métiers. Après tout, tu savais peu de choses sur lui-même si t’appréciais sa compagnie à l’écurie. « Orion, je ne savais pas que tu bossais aussi ici. » Tu réajustas une mèche de tes cheveux couleur rouille derrière une de tes oreilles. Tu te penchas pour qu’il puisse mieux t’entendre. « Ca fait longtemps ? » La curiosité n’était pas une qualité et tu t’en fichais. Si pour toi, l’or coulait depuis ta naissance ce n’était pas forcément le cas de tout le monde. Et il n’était pas rare que les gens fassent deux métiers pour avoir un meilleur salaire. Tu cherchas dans ta mémoire ce que tu aimais boire. T’étais tolérante à tout. Tant que l’alcool était fort et te faisais oublier ton état actuel, ça t’allais finalement. « Vend moi du rêve et de l’oublie. » comme réponse pour ce que tu voulais comme commande. Vodka. Whisky. Tequila. Rhum. Tout ce qu’il voudra. Tant que ça la mettait dans un état comme lui.

CODAGE PAR AMATIS



@Orion Blackwater
Invité
avatar

♛  Shallow
Dis-moi quelque chose, mon grand. N'es-tu pas fatigué d'essayer de combler ce vide? Ou as-tu besoin de plus ? N'est-ce pas dur de rester soi-même ?Je m'effondre. Dans tous les bons moments, je me retrouve à avoir envie de changement et dans les mauvais moments, je me fais peur


▼▲ ▼

Tu observais la jeune Feyre face à toi, en te demandant réellement pourquoi tu avais accepté ce job. Peut-être était-ce parce que tu savais depuis ton enfane qu'il fallait travailler avec ardeur pour pouvoir obtenir quelque chose. Et puis, de toute manière, tu savais que si tu ne te tenais pas occupé, tu allais ne faire que ressasser tous tes problèmes. Et ce n'était pas ce que tu comptais faire. Mais voir Feyre ne t'aidais pas réellement non plus. Parce que cela te rappelait que tu avais brisé sa vie. Le pire dans l'histoire, c'était qu'elle ne le savait pas. Et que tu souffrais tellement du mal que tu lui avais causé que tu lui avais parlé en anonyme et à présent, tu étais accroc à elle. Peut-être que tu culpabilisais aussi énormément d'avoir tué les deux êtres qui comptaient le plus pour elle et qu'en te disant que si tu la séduisait, elle irait mieux. En clair, tu ne voulais que son bonheur. « Tout le monde n'est pas plein aux as... » Tu avais à peine ouvert ta bouche que tu avais regretté tes paroles, tu avais laissé ton verre dans un coin, avant de reprendre, en essayant de te reprendre : « C'est depuis que je suis moniteur d'équitation. Ca finit les fins de mois. » En tous les cas, tu avais un peu arqué les sourcils, lorsque la jeune femme avait demandé de quoi oublier. Tu n'avais rien dit mais t'étais contenté de lui faire un Mojito bien fort, avant de t'accouder au comptoir en te penchant, te rapprochant ainsi un peu d'elle pour questionner : « Tu as passé une mauvaise journée ? »



CODAGE PAR AMATIS



@Feyre Becker
Contenu sponsorisé