La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
Découvrez les badges, de quoi rendre votre profil encore plus personnalisé love ça se passe par ici !
Vous êtes un peu paumés ? hidebox Rendez vous sur : www.keskispass.com
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

Partagez
 

 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gigi Bennet
To do list rp :
en cours | uc

à venir | uc
Summary :
Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist)
Date d'inscription :
02/08/2022
Messages :
14
Pseudo :
J.
Player's pronoun :
elle, she/her
Rythme de rp :
le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar :
Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age :
36
Nationality :
Barbadian
Origins :
Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status :
single and definitely not ready to mingle
Orientation :
raging bisexual
Work :
tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress :
Brooklyn
Communities :
le Lift et le LGBT Center.
Trigger :
le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning :
le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

To do list rp : en cours | uc

à venir | uc
Summary : Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist) Date d'inscription : 02/08/2022
Messages : 14
Pseudo : J.
Player's pronoun : elle, she/her
Rythme de rp : le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar : Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age : 36
Nationality : Barbadian
Origins : Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status : single and definitely not ready to mingle
Orientation : raging bisexual
Work : tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress : Brooklyn
Communities : le Lift et le LGBT Center.
Trigger : le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning : le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

https://www.ivegot99problems.com/t7204-there-s-more-to-you-than-the-pain-that-you-re-trying-to-hide
Sujet: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )Mar 2 Aoû - 20:48
gillian 'gigi' bennet
idk what you're talking about
ID CARD
@gigi bennet
36 - tattoo artist
FEAT : rihanna
tw: père abusif, incendie, sex work.
Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle.
QUICK AND DIRTY
Nationalité : barbadienne.
Ethnie/origines : afro-guyanaises du côté de sa mère, afro-barbadiennes, irlandaises, anglaises et écossaises du côté paternel.
Orientation : bisexuelle, biromantique.
Situation : éternelle célibataire, incapable de s'ouvrir réellement à quelqu'un ni de leur faire la moindre place dans sa vie.
Occupation : tatoueuse, propriétaire d'un salon à Brooklyn et illustratrice à ses heures perdues.
Quartier : Brooklyn.

and what else ?
Qualités : passionnée, tolérante, bienveillante, patiente, déterminée.
Défauts : discrète, méfiante, si terrifiée par l'idée de la confrontation qu'elle préfère fuir, control freak, rancunière.
Passions : le tatouage, la boxe, le karaoké.
Communautés : le Lift et le LGBT Center.





that's my story / self diagnosis

TW: MENTIONS D'INCENDIE, DE RELATIONS ABUSIVES (PÈRE/MÈRE) & DE PÈRE ABUSIF/MANIPULATEUR


Ton plus gros problème à l’heure actuelle ? Ça dépend de combien de temps on a devant nous. Concrètement, au quotidien, j'ai toujours deux trois soucis, deux trois tonnes les mauvais jours mais c'est du vent. Je dis pas ça pour minimiser mes sentiments ou me faire toute petite or whatever shit girls are taught. Et c'est pas non plus une observation passive-agressive à prendre pour toi. Ce que je considère comme futile n'aura pas du tout la même importance pour quelqu'un d'autre, c'est juste une question de perspective. D'ordre des priorités un peu aussi et de vécu, carrément. Évidemment qu'il m'arrive des tuiles. Ne pas entendre mon réveil, tomber dans une rame bondée quand je prends le métro, perdre mon téléphone, peu importe. Ça arrive et ça passe, c'est rien de grave, même si ça a l'air de ruiner ma journée. Et, ok, je sais que ça fait très pseudo-hippie blanche qui s'est trouvée une spiritualité après deux semaines en stage de méditation à Bali mais une fois que tu as trouvé la clé, tu peux enfermer tous ces petits tracas dehors. Voir toute ton existence partir en fumée peut faire affaire de serrurier, been there done that, mais je suppose qu'il est tout à fait possible d'avoir une approche saine aussi. Je saurais pas où commencer mais ça doit être possible. Certainement. Sans doute. De quoi on parlait déjà ? Ah, mon plus gros problème du moment. Je sais pas, j'arrive pas à choisir quoi regarder en Netflix quand je suis en pause dej, j'ai toujours pas rappelé ma mère après les 150 messages qu'elle m'a laissée, je repousse tellement le moment de faire la lessive que j'aperçois le fond de mon placard ? Tu peux choisir, n'importe lequel ferait l'affaire mais la vérité, c'est ce que je vais plutôt bien. Et comme je t'ai dit, le reste, c'est du vent.

Une addiction à déclarer ? (Le café et les réseaux sociaux comptent aussi bien entendu on est là pour être honnêtes). Je fume, je bois trop de café, j'ai des montagnes de carnets vierges qui traînent chez moi et je suis incapable de résister à l'envie de sortir ma carte bleue si je passe devant une boutique Claire's because they got the cutest earrings. Oh, je passe suffisamment de temps devant TikTok pour avoir ces spots qui te disent de lâcher l'appli. Et évidemment, there's the tattoo thing. J'ai envie de lever les yeux au ciel suffisamment forts pour me coincer le nerf optique chaque fois que j'entends some frat boy avec un tribal dégueulasse sortir une variante de, "quand on commence on s'arrête pas" mais, bon, il faut être honnête, il y a un peu de vrai là-dedans.  

Comment s’est terminé ta dernière relation ? J'imagine qu'on parle engagement, stabilité et longue durée, pas vrai ? Pas d'un truc d'une nuit ou deux ? Bon, ok, autant être honnête, ça s'est mal fini. D'abord parce que ça s'est fini, justement, et personne n'aime la fin, c'est un concept vraiment naze quand on a du mal avec le changement. D'un autre côté, cette histoire était un changement monumental en soi et j'étais pas prête. Et elle en a eu assez d'attendre. Ce que je conçois, évidemment, mais il y a un gouffre entre ce que tu comprends et ce que tu acceptes, tu vois ce que je veux dire ? J'étais pas prête à faire de la place à quelqu'un dans ma vie, vraiment de la place. Pas seulement dans mon placard ou dans ma salle de bains mais dans mon emploi du temps aussi. Dans ma tête, dans mon cœur, peu importe comment tu le visualises. Il faut pouvoir faire confiance à l'autre pour ça et c'est pas aussi simple que ça en a l'air. Et je suppose qu'il faut aussi en avoir envie et avec le recul, j'ai réalisé que j'en avais pas envie. C'est un risque et j'aime mon confort, j'aime ma routine et je suis pas spécialement courageuse. Pas sur ce plan-là, en tout cas.

Le dernier texto que tu as envoyé ? "Don't be a dick", à mon frère. Il va avoir trente ans mais il a l'air d'en avoir toujours seize parfois. On s'aime pourtant, promis, mais il me sort par les yeux de temps en temps. C'est le petit dernier et ça se voit. Peut-être que c'est la jalousie qui parle, je sais pas. La distance aussi. Il habite toujours à Bridgetown, à deux minutes de notre mère, et on se voit peu, on s'appelle encore moins mais il ne se passe pas un jour sans qu'il y ait un message. Même si c'est un meme débile.

Ta relation avec tes parents on en parle cinq minutes ? Pas sûre que cinq minutes soient suffisantes pour être tout à fait honnête. Et je pourrais te dire que c'est compliqué et en rester là mais même ça, c'est un euphémisme. Pourtant, j'ai eu une enfance et une adolescence relativement normales. Ou, en tout cas, que je pensais normales. Parce que je n'avais pas vraiment d'éléments de comparaison, tu vois ? Mon père était quelqu'un de très, comment dire ? Très attaché aux apparences, obsédé par l'idée de donner le change de la petite famille traditionnelle et parfaite, même quand ça n'allait pas à la maison. Et si ça avait été seulement par souci d'éviter les ragots des voisins, bon, ça n'aurait pas été très grave mais il était très exigeant avec nous. Il avait une idée très précise de ce qu'on devait dire, faire et devenir, et gare à toi si tu le décevais. C'était terrible quand ça arrivait, vraiment terrible. Il savait y faire pour te donner l'impression que le monde autour de toi s'écroulait parce que tu étais de loin de remplir ses attentes. Je me souviens d'une fois où il a arrêté de me parler pendant presque trois semaines et je sais même plus pourquoi, exactement, mais la sensation est encore imprimée dans ma tête. Tu sais, quand tu sens que tu n'es pas à la hauteur et que tu ne le seras jamais ? Et c'était mon père, donc c'était terrifiant pour moi de me dire que ma pseudo médiocrité l'empêchait de me donner de l'attention et de m'aimer. Parce que, vraiment, c'était ça, son mode opératoire. Il était capable de te donner l'impression d'être le roi du monde si tu arrivais à le contenter et de t'envoyer au fond du trou si tu échouais, la subtilité étant qu'il ne le disait jamais explicitement, l'idée venait toujours de toi. Et pendant la première partie de ma vie, je pensais que c'était juste... normal. Que tous les pères étaient comme ça. Qu'il fallait que je sois parfaite, selon ses standards, pour mériter un semblant d'affection. Ce qu'il disait, à ma mère, à mon frère, à moi, c'était parole d'Évangile, on avait pas le droit de le remettre en doute. Et je sais que tout ce que je viens de te raconter donne un peu l'impression que c'était un monstre, j'en ai conscience, d'accord ? Pourtant, je suis sûre qu'on a vécu de bons moments, de vrais beaux moments et je pense que d'une certaine manière, il nous aimait ou, en tout cas, qu'il était attaché à l'idée qu'il s'était fait de la famille qu'on était mais c'était pas sain. Pas juste non plus. Et ça, ma maman a fini par s'en rendre compte, après presque vingt-cinq ans de vie commune. Elle a voulu partir mais on quitte pas quelqu'un comme mon père. Ou, en tout cas, c'est ce qu'il pensait, lui. Quand elle lui a annoncé, il a, je sais pas, vrillé ? Pété un plomb ? Choisis l'image que tu préfères. Il y a rien de politiquement correct que je pourrais dire. Je suppose que je suis toujours en colère et ça joue un peu. Et honnêtement, je suis pas sûre que même aujourd'hui, je sois capable de comprendre ce qui lui est passé par la tête. Il a attendu qu'elle parte travailler, a changé toutes les serrures de la maison et quand mon frère et moi sommes rentrés de l'école, il s'est enfermé dans son bureau. Et je saurais pas comment te l'expliquer mais j'ai senti que quelque chose n'allait pas. Un mauvais pressentiment, quelque chose comme ça. J'ai envoyé mon petit frère jouer avec sa bande de potes et j'ai attendu. Pour quoi, exactement, je sais pas mais j'ai attendu. Et il a fini par débarquer dans ma chambre, si calme qu'il en avait l'air normal. Mais il y a rien de normal à annoncer à sa fille que tu comptes mettre le feu à votre maison de famille. Ça n'a pas de sens, c'est grotesque. Toute cette journée l'était, au point où il m'a fallu des années pour être capable de mettre tout ce qui s'est passé bout à bout parce que l'enchaînement de tous ces événements ? Ridicule. J'avais imaginé que je me retrouverais un jour, recroquevillée sur le trottoir, à écouter les fenêtres exploser et regarder des flammes dévorer le toit de mon foyer pendant que mon père débitait des horreurs. Je saurais même pas te répéter tout ce qu'il a pu me dire avant que les flics ne l'embarquent. La mémoire est une machine intéressante, pas vrai ? Elle met sous clé ce qui est susceptible de te détruire. Le reste de cette journée est floue, franchement, et même si certains morceaux continuent de me revenir avec le temps, c'est pas vraiment quelque chose que j'aime revivre. C'est aussi la dernière fois que j'ai vu mon père. Je sais que j'ai parlé de lui au passé jusque-là, ça prête à confusion mais non, il est bien vivant. Personne n'a été blessé ce jour-là, pas physiquement en tout cas, mais le père que j'avais, le père que je voulais, mon père est mort d'une certaine manière. Je n'ai plus de relation avec lui, je n'ai jamais répondu à ses nombreuses lettres qui expliquaient par A plus B pourquoi c'était lui la victime de toute cette affaire, j'ai coupé tout lien me rattachant à lui et j'ai pris le nom de ma maman. Pas parce qu'elle le voulait, au contraire. Chaque fois qu'il a écrit, chaque fois que j'ai pris une décision m'éloignant un peu plus de lui, elle m'a arrêtée pour me demander si j'étais vraiment sûre, si je pensais que ça me rendrait heureuse. Ironiquement, là où mon père n'avait que sa propre personne en tête, ma maman a toujours mis notre bonheur, à mon frangin et moi, en avant. Parfois, je me demande comment deux personnes si différentes ont réussi à se trouver et à fonder une famille. Une sainte, ma maman, un superhéros et ma meilleure amie, all rolled up into one. On a toujours été proches mais l'incendie, mon père et toute cette tragédie, ça nous a cimenté l'une à l'autre. Pour beaucoup, la famille, c'est sacré et on ne peut pas s'en éloigner. Ma propre expérience m'a donné une vision un peu différente mais je suis profondément heureuse d'avoir au moins un parent qui non seulement tient la route mais est surtout l'une des meilleures personnes que je connaisse. Même sous la coupe de mon père, Maman faisait son possible pour protéger notre équilibre et une fois libre, elle s'est démenée pour qu'on retrouve une certaine normalité. Ça n'a pas été facile parce qu'une fois mon père loin, on a réalisé à quel point son influence était vicieuse mais on a pu compter l'une sur l'autre pour se remettre sur pieds. C'est elle qui m'a appris qu'on peut, non, qu'on doit aimer ses enfants inconditionnellement. Et c'est grâce à elle que je suis devenue la femme que je suis aujourd'hui. Bon, je ne dis pas que notre relation est parfaite. On est très têtues l'une comme l'autre, on part au quart de tour mais chaque fois que le ton monte, il redescend très vite aussi. C'est une nouveauté ça, d'ailleurs. Enfin, ce n'est pas aussi récent que ça mais dans les mois qui ont suivi l'incendie, j'étais terrifiée à l'idée de la contrarier, de peur qu'elle ne nous abandonne. Ça n'aide pas la communication, loin de là, mais c'est quelque chose sur lequel on a travaillé. Je sais aujourd'hui qu'elle ne partira pas, même si je lui dis des choses qui ne lui plaisent pas, même si je ne remplis pas le cahier des charges de l'aînée modèle. Parce qu'elle m'aime, sans condition, sans date limite. Notre relation n'a rien de transactionnelle mais ça ne m'empêche pas de vouloir le lui rendre. Pas pour m'assurer que ça continue, juste parce qu'elle le mérite, après tout ce qu'elle a vécu. Et je t'ai dit qu'elle était têtue, pas vrai ? La première fois que j'ai émis l'idée de la soutenir financièrement, il m'a fallu six mois pour la convaincre. Encore aujourd'hui, c'est un sujet épineux. Mais ce n'est pas grave. On peut s'engueuler, se raccrocher au nez, on sera toujours là l'une pour l'autre.

En dehors du boulot, des études, tu fais quoi ? Je peins, je fais de la boxe, je m'égosille sur du Céline Dion avec mes copines, je perds trois quarts d'heure devant le catalogue Netflix à chercher quoi regarder pendant mon dîner. Honnêtement, ma vie n'est pas très palpitante et de toute manière, je passe le plus clair de mon temps au shop. C'est mon bébé, mon plus gros projet et j'avoue avoir un peu laissé de côté le reste de ma vie pour m'assurer que ça fonctionne. Avoir son propre business est terrifiant, vraiment, et les premières années, je touchais pas terre mais ça va un peu mieux maintenant.

Un fait peu glorieux à nous raconter ? J'en ai toute une collection mais le premier qui me vient en tête, c'est mon premier tatouage. À l'époque, j'avais dix-neuf ans et c'était la première décision que je prenais que mon père n'aurait absolument, jamais, ô grand jamais approuvé mais à ce moment-là, il ne faisait déjà plus partie de ma vie. Et ma maman, à qui il avait toujours interdit de faire ce genre de choses, avait pris rendez-vous en même temps que moi, dans le même shop. On était surexcitées, sur un petit nuage de liberté et naturellement, on décide d'aller prendre un verre avant. Et, oui, c'est typiquement le genre de choses à ne pas faire avant de passer sous une aiguille mais ni elle ni moi n'étions au courant et on a pris un verre. Ou trois. Bref, nous voilà arrivées au rendez-vous, pas très fraîches mais suffisamment lucides pour paniquer quand on nous demande si on a consommé de l'alcool dans les dernières vingt-quatre heures. Paniquer et mentir. On a passé trois heures, elle comme moi, à mâcher des chewing-gums à la menthe sans décrocher un seul mot, en priant pour que tout se passe bien. Et, ok, tout s'est bien passé, même la cicatrisation a été un peu compliqué mais c'est pas exactement quelque chose dont je suis fière. Ça m'empêche pas de le raconter à chaque client·e qui passe ma porte. Ça en fait rire certain·e·s, ça en met d'autres en confiance et peut-être que c'était un rien égocentrique mais je me dis qu'iels peuvent apprendre de mes erreurs.


this session is gonna be different / HRP
Pseudo ou Prénom : J.
Age : 26.
Avez-vous des triggers personnels ? Le feu/les incendies/les immolations, les parents manipulateurs/abusifs, la parole d'une victime remise en question et les fausses couches (et yes, je sais que c'est ironique que je développe précisément ces thèmes-là dans ma fiche #rptherapy).
Avatar à réserver : Rihanna.
Crédit avatar utilisé dans la fiche : balec parce que c moi qui l'ai fait.
Souhaitez-vous un mp d'intégration ? Nope mais j'attends mes gifs, bisous.

_________________
I can't believe family could be so savage, swore to me I was free then took advantage. I know you thought it was a sad song but this shit is an anthem. Had me doin' tricks like a sideshow, it's clear to me now that I was your survival, all your excuses are dead on arrival. You say it's the truth but my blood is my Bible and I'm finally cutting the strings.


Dernière édition par Gigi Bennet le Dim 7 Aoû - 12:15, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Mitchell
To do list rp :
Raf - www | Jess - www
Summary :
À première vue, Naomi c’est : 1m55, un regard pas très commode et une passion surprenante pour les documentaires de true crime. Toujours prompte à se moquer (ne ramenez pas en sa présence votre chapeau fantaisie ou elle passera la journée à vous rire au nez), elle n’en est pas moins une amie fidèle. Du côté de ses amis d’ailleurs, elle se coltine Raf et Isaac depuis l’enfance. Elle a même épousé ce dernier, un mariage heureux pendant des années, finalement saboté par leurs carrières respectives.

Car si Naomi occupe un poste confortable de prof de littérature à la Columbia University, elle aspire à devenir une écrivaine reconnue. Autant dire que c’est mal barré : son dernier roman, un polar féministe, a connu un flop retentissant. Une catastrophe pour Naomi, qui peine à tirer des leçons de cet échec.
Date d'inscription :
14/07/2022
Messages :
24
Pseudo :
Ada
Player's pronoun :
Elle
Rythme de rp :
Variable, environ 1x/15j
Multinicks :
Wesley Takagi / Olivia Hampton
Avatar :
Antonia Thomas + scarred euphoria
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) Afe4baf11164c21920b524d699e5f964c21a062d
Age :
36 ans
Nationality :
Américaine
Origins :
Mère jamaïcaine, père américain
Religion :
Complètement athée, elle a grandi dans une famille pratiquante mais a fait un rejet à l'adolescence
Status :
Divorcée et prise de remords, mais chut ne dites rien à son ex
Orientation :
Bisexuelle
Work :
Prof de lettres à la Columbia + écrivaine de polars féministes
Home adress :
Greenwich Village, Manhattan, en coloc avec Mylo
Communities :
- Columbia University
- Club de lecture du Queens
- LGBT Center
- Cinéma du Queens

Trigger :
Romantisation des relations abusives
Warning :
Divorce, échec professionnel
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 1( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 107( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 137( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 52( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 68( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 93( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 187( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 211( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 179( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 181( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 9( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138
To do list rp : Raf - www | Jess - www Summary : À première vue, Naomi c’est : 1m55, un regard pas très commode et une passion surprenante pour les documentaires de true crime. Toujours prompte à se moquer (ne ramenez pas en sa présence votre chapeau fantaisie ou elle passera la journée à vous rire au nez), elle n’en est pas moins une amie fidèle. Du côté de ses amis d’ailleurs, elle se coltine Raf et Isaac depuis l’enfance. Elle a même épousé ce dernier, un mariage heureux pendant des années, finalement saboté par leurs carrières respectives.

Car si Naomi occupe un poste confortable de prof de littérature à la Columbia University, elle aspire à devenir une écrivaine reconnue. Autant dire que c’est mal barré : son dernier roman, un polar féministe, a connu un flop retentissant. Une catastrophe pour Naomi, qui peine à tirer des leçons de cet échec.
Date d'inscription : 14/07/2022
Messages : 24
Pseudo : Ada
Player's pronoun : Elle
Rythme de rp : Variable, environ 1x/15j
Multinicks : Wesley Takagi / Olivia Hampton
Avatar : Antonia Thomas + scarred euphoria
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) Afe4baf11164c21920b524d699e5f964c21a062d
Age : 36 ans
Nationality : Américaine
Origins : Mère jamaïcaine, père américain
Religion : Complètement athée, elle a grandi dans une famille pratiquante mais a fait un rejet à l'adolescence
Status : Divorcée et prise de remords, mais chut ne dites rien à son ex
Orientation : Bisexuelle
Work : Prof de lettres à la Columbia + écrivaine de polars féministes
Home adress : Greenwich Village, Manhattan, en coloc avec Mylo
Communities : - Columbia University
- Club de lecture du Queens
- LGBT Center
- Cinéma du Queens

Trigger : Romantisation des relations abusives
Warning : Divorce, échec professionnel
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 1( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 107( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 137( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 52( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 68( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 93( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 187( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 211( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 179( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 181( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 9( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
https://www.ivegot99problems.com/t7161-naomi-the-girl-who-kicked-the-hornets-nest https://www.ivegot99problems.com/t5261-recherches-de-wes-olivia-naomi https://www.ivegot99problems.com/t7206-instagram-n_mitchell_writer#133499
Sujet: Re: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )Mar 2 Aoû - 23:09
Rebienvenue bg love (cet avatar avec cette coupe de cheveux omg)

_________________
I'm not perfectly quiet
Or perfectly calm
Or perfectly anything they'll always want me to
Always been loud so you could see me in crowds
Hopelessly scared to fully disappear here too
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gigi Bennet
To do list rp :
en cours | uc

à venir | uc
Summary :
Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist)
Date d'inscription :
02/08/2022
Messages :
14
Pseudo :
J.
Player's pronoun :
elle, she/her
Rythme de rp :
le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar :
Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age :
36
Nationality :
Barbadian
Origins :
Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status :
single and definitely not ready to mingle
Orientation :
raging bisexual
Work :
tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress :
Brooklyn
Communities :
le Lift et le LGBT Center.
Trigger :
le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning :
le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

To do list rp : en cours | uc

à venir | uc
Summary : Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist) Date d'inscription : 02/08/2022
Messages : 14
Pseudo : J.
Player's pronoun : elle, she/her
Rythme de rp : le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar : Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age : 36
Nationality : Barbadian
Origins : Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status : single and definitely not ready to mingle
Orientation : raging bisexual
Work : tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress : Brooklyn
Communities : le Lift et le LGBT Center.
Trigger : le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning : le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

https://www.ivegot99problems.com/t7204-there-s-more-to-you-than-the-pain-that-you-re-trying-to-hide
Sujet: Re: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )Mer 3 Aoû - 15:44
right???? cette coupe lui va si bien but then again, everything does ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 199075109 et merci bb chat ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 176241234

_________________
I can't believe family could be so savage, swore to me I was free then took advantage. I know you thought it was a sad song but this shit is an anthem. Had me doin' tricks like a sideshow, it's clear to me now that I was your survival, all your excuses are dead on arrival. You say it's the truth but my blood is my Bible and I'm finally cutting the strings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Reed
To do list rp :
jasper - www / losers club - www
Summary :
La vie d’Arthur n’a pas toujours été simple. Elle aurait pourtant pu. Aîné de deux enfants dans une famille, si pas riche, au moins très aisée du Vermont, tous les voyants étaient au vert pour annoncer une vie équilibrée et un futur brillant. Les relations qu’il a tissées à la fin de son adolescence en auront décidé autrement. Ce n’est qu’après quelques années de débauche qu’il prendra la décision de tirer un trait sur sa vie entière et de se prendre en main à New York. Aujourd’hui sobre depuis une dizaine d’années, Arthur est professeur de théâtre à temps plein et vit sa petite vie tranquille en essayant de se tenir éloigné des scandales.
Date d'inscription :
22/03/2022
Messages :
32
Pseudo :
k-ro
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
ça fluctue mais on tient bon >
Multinicks :
Eryn O'Hare - Anneke Van Asten - Ricardo Diaz - Clare Perkins - Ellie Munroe - Wade Lowell
Avatar :
Joe Gilgun + valtersen
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) Tumblr_inline_o87e1zWya91tae3h3_250
Age :
35 ans
Nationality :
américain
Origins :
/
Religion :
/
Orientation :
queer
Work :
professeur de théâtre
Home adress :
queens
Communities :
LGBT Center - cinéma du Queens - UC
Trigger :
relations toxiques romantisées, viol
Warning :
évocation d'addictions dans le passé du perso
aucun badge pour l'instant.
To do list rp : jasper - www / losers club - www Summary : La vie d’Arthur n’a pas toujours été simple. Elle aurait pourtant pu. Aîné de deux enfants dans une famille, si pas riche, au moins très aisée du Vermont, tous les voyants étaient au vert pour annoncer une vie équilibrée et un futur brillant. Les relations qu’il a tissées à la fin de son adolescence en auront décidé autrement. Ce n’est qu’après quelques années de débauche qu’il prendra la décision de tirer un trait sur sa vie entière et de se prendre en main à New York. Aujourd’hui sobre depuis une dizaine d’années, Arthur est professeur de théâtre à temps plein et vit sa petite vie tranquille en essayant de se tenir éloigné des scandales. Date d'inscription : 22/03/2022
Messages : 32
Pseudo : k-ro
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : ça fluctue mais on tient bon >
Multinicks : Eryn O'Hare - Anneke Van Asten - Ricardo Diaz - Clare Perkins - Ellie Munroe - Wade Lowell
Avatar : Joe Gilgun + valtersen
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) Tumblr_inline_o87e1zWya91tae3h3_250
Age : 35 ans
Nationality : américain
Origins : /
Religion : /
Orientation : queer
Work : professeur de théâtre
Home adress : queens
Communities : LGBT Center - cinéma du Queens - UC
Trigger : relations toxiques romantisées, viol
Warning : évocation d'addictions dans le passé du perso
aucun badge pour l'instant.
Sujet: Re: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )Mer 3 Aoû - 17:33
Hiiii cute rebienvenue, you look so pretty I love you already ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 4032930001 trop hâte, les feels, le slowburn, tout ce que j'aime excited

_________________
    half as good as it gets
    You say that I've been changing, that I'm not just simply aging. Yeah, how could that be logical? Just keep on cramming ideas down my throat. You don't have to believe me but the way I, way I see it, next time you point a finger i might have to bend it back or break it, break it off. Next time you point a finger I'll point you to the mirror+ aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gigi Bennet
To do list rp :
en cours | uc

à venir | uc
Summary :
Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist)
Date d'inscription :
02/08/2022
Messages :
14
Pseudo :
J.
Player's pronoun :
elle, she/her
Rythme de rp :
le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar :
Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age :
36
Nationality :
Barbadian
Origins :
Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status :
single and definitely not ready to mingle
Orientation :
raging bisexual
Work :
tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress :
Brooklyn
Communities :
le Lift et le LGBT Center.
Trigger :
le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning :
le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

To do list rp : en cours | uc

à venir | uc
Summary : Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist) Date d'inscription : 02/08/2022
Messages : 14
Pseudo : J.
Player's pronoun : elle, she/her
Rythme de rp : le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar : Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age : 36
Nationality : Barbadian
Origins : Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status : single and definitely not ready to mingle
Orientation : raging bisexual
Work : tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress : Brooklyn
Communities : le Lift et le LGBT Center.
Trigger : le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning : le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

https://www.ivegot99problems.com/t7204-there-s-more-to-you-than-the-pain-that-you-re-trying-to-hide
Sujet: Re: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )Jeu 4 Aoû - 18:36

c'est nous ça @Arthur Reed Arrow thank you bb ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 176241234

_________________
I can't believe family could be so savage, swore to me I was free then took advantage. I know you thought it was a sad song but this shit is an anthem. Had me doin' tricks like a sideshow, it's clear to me now that I was your survival, all your excuses are dead on arrival. You say it's the truth but my blood is my Bible and I'm finally cutting the strings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Ainsworth
To do list rp :
aloïs (www)
aidan (www)
castiel (www)
erin (www)
kenneth (www)
(tc) lgbt center (www)
(tc) golden ticket (www)
Summary :
(tw : mention attentat) Jules a vingt-sept ans, fille d'un banquier philanthrope, elle est née avec une cuillère en argent dans la bouche. Sauf que la vie a pas toujours été facile avec Jules, elle a perdu son frère dans les attentats du 11.09.2001, et sa mère est partie un an et demi après parce que le père de Jules la délaissait et elle était tombée pour une femme. Jules est un petit être très libre côté sexuel et elle ne souhaite pas mettre d'étiquettes sur son orientation sexuelle, même si ça l'agace qu'on lui demande parfois de quel bord elle est, comme on lui demanderait comment elle aime que ses pâtes soient cuites, elle se considère comme pansexuelle. Elle est étudiante en dernière année de marketing et elle projete d'ouvrir sa propre boîte dans l'évenementiel, plus tard. Côté coeur, c'est un petit être free aussi, si on ne prend pas en compte le fait qu'elle a demandé à un parfait inconnu de jouer le rôle de son petit ami pour déjouer l'envie de fiançailles de son père.
Date d'inscription :
23/11/2019
Messages :
800
Pseudo :
harleen. (marion)
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
1-2/semaine mostly le week-end
Multinicks :
adrian dawkins (www) - alejandra wiley (www) - arya cohen (www) - finnley abernathy (www) - isobel allen (www) - jezabel wellington (www) - jules ainsworth (www) - kate byrne (www) - lizbeth walsh (wwww) - louisa shacklebolt (www) - noé gallagher (www) - saoirse o'callaghan (www) scarlett caldwell (www) - victor aubertin (www)

Avatar :
paola + bambieyes (tumblr)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) Ea08a71e775cbd68dbad97da46665a3ad8721455
Age :
vingt-sept années (01.01)
Nationality :
american
Origins :
mexicaines
Religion :
athée.
Status :
célibataire, après tout.
Orientation :
elle est pansexuelle, elle ne s'occupe pas du sexe, ni du genre Jules.
Work :
directrice d'une agence de wedding planner & wedding designer.
Home adress :
un penthouse new yorkais dans l'Upper East Side payé par papa.
Communities :
#LeGotha
#LBGTCenter
#Les travailleurs de Park Avenue Plaza
Trigger :
sexual assault, self-harming
Warning :
attentats (très peu)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 28( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 2( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 15b( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 201( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 106( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 8( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 97( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 101( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 183( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 204( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 211( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 73( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 118( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 144( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 129
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 146( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 172( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 210( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 126( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 77( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87
To do list rp : aloïs (www)
aidan (www)
castiel (www)
erin (www)
kenneth (www)
(tc) lgbt center (www)
(tc) golden ticket (www)
Summary : (tw : mention attentat) Jules a vingt-sept ans, fille d'un banquier philanthrope, elle est née avec une cuillère en argent dans la bouche. Sauf que la vie a pas toujours été facile avec Jules, elle a perdu son frère dans les attentats du 11.09.2001, et sa mère est partie un an et demi après parce que le père de Jules la délaissait et elle était tombée pour une femme. Jules est un petit être très libre côté sexuel et elle ne souhaite pas mettre d'étiquettes sur son orientation sexuelle, même si ça l'agace qu'on lui demande parfois de quel bord elle est, comme on lui demanderait comment elle aime que ses pâtes soient cuites, elle se considère comme pansexuelle. Elle est étudiante en dernière année de marketing et elle projete d'ouvrir sa propre boîte dans l'évenementiel, plus tard. Côté coeur, c'est un petit être free aussi, si on ne prend pas en compte le fait qu'elle a demandé à un parfait inconnu de jouer le rôle de son petit ami pour déjouer l'envie de fiançailles de son père. Date d'inscription : 23/11/2019
Messages : 800
Pseudo : harleen. (marion)
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : 1-2/semaine mostly le week-end
Multinicks : adrian dawkins (www) - alejandra wiley (www) - arya cohen (www) - finnley abernathy (www) - isobel allen (www) - jezabel wellington (www) - jules ainsworth (www) - kate byrne (www) - lizbeth walsh (wwww) - louisa shacklebolt (www) - noé gallagher (www) - saoirse o'callaghan (www) scarlett caldwell (www) - victor aubertin (www)

Avatar : paola + bambieyes (tumblr)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) Ea08a71e775cbd68dbad97da46665a3ad8721455
Age : vingt-sept années (01.01)
Nationality : american
Origins : mexicaines
Religion : athée.
Status : célibataire, après tout.
Orientation : elle est pansexuelle, elle ne s'occupe pas du sexe, ni du genre Jules.
Work : directrice d'une agence de wedding planner & wedding designer.
Home adress : un penthouse new yorkais dans l'Upper East Side payé par papa.
Communities : #LeGotha
#LBGTCenter
#Les travailleurs de Park Avenue Plaza
Trigger : sexual assault, self-harming
Warning : attentats (très peu)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 28( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 2( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 15b( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 201( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 106( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 8( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 97( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 101( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 183( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 204( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 211( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 73( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 118( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 144( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 129
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 146( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 172( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 210( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 126( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 77( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:
http://99problems.forumactif.com/t1330-jules-up-is-down-day-is-night-when-you-re-not-there http://99problems.forumactif.com/t3427-recherches-d-isobel-co#59409 http://99problems.forumactif.com/t1843-instagram-htrowsnia http://99problems.forumactif.com/t2099-ask-jules-ainsworth
Sujet: Re: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )Mer 10 Aoû - 21:34
    😭 😭 😭
    ta plume, l'histoire, le perso, bref, love you rebienvenue chez toi I love you

_________________
maybe i know somewhere deep in my soul that love never lasts and we've got to find other ways to make it alone or keep a straight face and i've always lived like this keeping a comfortable distance and up until now I had sworn to myself that i'm content with loneliness because none of it was ever worth the risk but you are the only exception
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gigi Bennet
To do list rp :
en cours | uc

à venir | uc
Summary :
Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist)
Date d'inscription :
02/08/2022
Messages :
14
Pseudo :
J.
Player's pronoun :
elle, she/her
Rythme de rp :
le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks :
Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar :
Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age :
36
Nationality :
Barbadian
Origins :
Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status :
single and definitely not ready to mingle
Orientation :
raging bisexual
Work :
tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress :
Brooklyn
Communities :
le Lift et le LGBT Center.
Trigger :
le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning :
le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

To do list rp : en cours | uc

à venir | uc
Summary : Aînée d'une famille de deux enfants, Gigi a grandi à la Barbade, presque à huit clos, sous la coupe d'un père manipulateur obsédé par les apparences. Lorsque sa mère décide enfin qu'elle ne peut plus supporter un tel comportement, il vacille et cherche à l'empêcher de partir avec les enfants en mettant le feu à la maison familiale. Si tout le monde s'en sort indemne physiquement, c'est un événement qui traumatise profondément les Bennet. C'est aussi la raison qui pousse Gillian à quitter l'île où elle a grandi un an plus tard, avec le soutien de sa maman. C'est à New York qu'elle s'installe, une bourse à la NYU en poche pour suivre un cursus de graphisme. Pas suffisant, cela dit, pour survivre dans une grande ville où les loyers et le coût de la vie sont juste exorbitants. Débrouillarde et déterminée, elle enchaîne d'abord des petits boulots alimentaires peu gratifiants. C'est presque par hasard qu'elle devient sugar baby, après une discussion alcoolisée avec une copine de fac au train de vie bien trop fancy pour une étudiante issue d'un milieu modeste. Gigi est intriguée mais Gigi est aussi pragmatique et prudente. Elle ne s'investit pas dans plus de deux relations à la fois, toujours après avoir fait des recherches sur les hommes qu'elle fréquente et l'argent qu'elle ne dépense pas pour ses besoins immédiats, elle l'investit. Gigi est une artiste, oui, mais Gigi s'est aussi découvert un penchant pour la finance. Quelques investissements inspirés (notamment aux premières heures du bitcoin) lui permettent de soutenir financièrement sa mère mais aussi d'économiser pour la réalisation d'un rêve qui prend forme petit à petit au fil des années. Le tatouage l'a toujours attirée, malgré l'opposition du paternel qui trouvait ça vulgaire. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se lance, en 2015, après s'être laissée vivre quelques temps. La fatigue mentale et le traumatisme subi à l'adolescence ont fini par la rattraper, presque en même temps que son diplôme, et elle a mis du temps avant de réaliser qu'elle avait besoin d'aide. C'est l'un de ses sugar daddies de l'époque qui s'en est aperçu et sur ses conseils, Gigi a fait une pause plutôt que de se lancer à corps perdu dans la recherche d'un job dans l'une ou l'autre des agences de com où elle aurait dû sans doute rêver de décrocher un job. Elle a trouvé un psy, elle a voyagé, elle est rentrée à la Barbade pendant quelques semaines. Elle a même tenté de rencontrer quelqu'un, malgré ses réticences sur le principe de s'ouvrir à autrui et d'accorder sa confiance. L'essai n'a cependant pas été concluant cependant, ce qui l'a quelque peu confortée dans l'idée qu'elle n'a ni le temps, ni la place, ni l'énergie pour une relation amoureuse. L'amitié, en revanche, est une expérience qui l'effraie moins, peut-être parce qu'elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes. S'entourer de belles âmes est l'un de ses talents, dans sa vie personnelle comme au boulot. Son salon est un safe place revendiqué et activement protégé par le staff. Son plus beau projet, son bébé et certainement sa plus grande fierté, bien loin de ce que voulait son père pour elle. On pourrait croire à une revanche, quelque part, mais Gigi a depuis bien longtemps dépassé l'envie de vivre sa vie pour lui déplaire. Elle vit pour elle, juste pour elle. (moodboard | playlist) Date d'inscription : 02/08/2022
Messages : 14
Pseudo : J.
Player's pronoun : elle, she/her
Rythme de rp : le weekend + un jour random dans la semaine
Multinicks : Reagan (ft. Lizzo), Janet (ft. Kristen Stewart), Jasper (ft. Chris Evans), Devalekha (ft. Simone Ashley), David (ft. David Bowie) et Isaac (ft. Andy Samberg)
Avatar : Rihanna, @me (av), @IngridsFreya (profile pic), @fcresourcecenter (gifs), @Alyson Stoner (lyrics)
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) F866e99eb9912815b17f97870506d927
Age : 36
Nationality : Barbadian
Origins : Afro-Guyanese, Afro-Barbadian.
Status : single and definitely not ready to mingle
Orientation : raging bisexual
Work : tattoo artist and owner of her own shop, freelance designer, closet finance bro
Home adress : Brooklyn
Communities : le Lift et le LGBT Center.
Trigger : le feu/les incendies/les immolations, les parents abusifs/manipulateurs, les fausses couches
Warning : le feu/les incendies, les pères abusifs/manipulateurs (yes, I see the irony in all of that, whatever #rptherapy), la dépression, la thérapie, le travail du sexe
( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 21 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 17b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 105 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 59 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 200801051707855033 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 37 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 42 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 44 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 56 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 62 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 66 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 80 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 5 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 163 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 164 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 170 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 32 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 33 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 41 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 40 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 63 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 91 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 115 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 120 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 156 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 185 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 195 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 193 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 14 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 34 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 6b ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 7 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 87 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 48 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 55 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 109 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 110 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 114 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 125 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 138 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 143 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 147 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 158 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 188 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 189 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 205

https://www.ivegot99problems.com/t7204-there-s-more-to-you-than-the-pain-that-you-re-trying-to-hide
Sujet: Re: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )Jeu 11 Aoû - 21:10
@Jules Ainsworth ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 1365349016 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 4089208775 ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 224518895
Merci bb, love you ( there's more to you than the pain that you're trying to hide ) 176241234

_________________
I can't believe family could be so savage, swore to me I was free then took advantage. I know you thought it was a sad song but this shit is an anthem. Had me doin' tricks like a sideshow, it's clear to me now that I was your survival, all your excuses are dead on arrival. You say it's the truth but my blood is my Bible and I'm finally cutting the strings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: ( there's more to you than the pain that you're trying to hide )
Revenir en haut Aller en bas
 

( there's more to you than the pain that you're trying to hide )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» hide and seek (bloom)
» (RPG) LOOK THROUGH THE PAIN
» pull us away from where the pain is (candace)
» When life gives you pain, go to the gym. Arabella & Adrian
» i don't want to admit something if all it's gonna cause is pain (john & benjamin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: Intro - This is me :: Don't be a lawyer-