Le deal à ne pas rater :
Carte graphique MSI – AMD Radeon RX 6800XT GAMING Z TRIO 16G à ...
699 €
Voir le deal


(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist

2 participants
Anneke Van Asten
Anneke Van Asten
To do list rp :
elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary :
Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription :
21/06/2020
Messages :
236
Pseudo :
k-ro
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks :
Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar :
Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age :
38 ans
Nationality :
belge, résidente permanente américaine
Origins :
Ghana, Iran
Status :
aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation :
straight
Work :
au merch / bar d'une salle de concert
Home adress :
east village, manhattan
Communities :
- the overkill
- the lift
Trigger :
relations toxiques romantisées, viol
Warning :
dépression, crises d'angoisse, abandonment issues
To do list rp : elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary : Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription : 21/06/2020
Messages : 236
Pseudo : k-ro
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks : Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar : Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age : 38 ans
Nationality : belge, résidente permanente américaine
Origins : Ghana, Iran
Status : aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation : straight
Work : au merch / bar d'une salle de concert
Home adress : east village, manhattan
Communities : - the overkill
- the lift

Trigger : relations toxiques romantisées, viol
Warning : dépression, crises d'angoisse, abandonment issues

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t3673-ann-let-there-be-rock#63426https://www.ivegot99problems.com/t3683-ask-anneke-van-asten#63427
Depuis quelques mois déjà, le quotidien d’Anneke s’est considérablement amélioré, et son moral est au beau fixe. Même aller travailler ne l’embarrasse plus autant qu’avant, en partie parce qu’il arrive à Wes de l’accompagner, et que lorsqu’il ne le fait pas, elle a aujourd’hui une bonne excuse pour s’éclipser deux minutes aux toilettes et vérifier qu’elle n’a pas reçu de textos de sa part (ce qui est bien ridicule, pour une adulte de son âge, mais que voulez-vous ?). Bref, elle a des choses à attendre, et notamment la fin de son service à une heure et demie, pour pouvoir rentrer chez elle et se blottir dans les bras de Wes, une idée qui la rend d’une bonne humeur presque inquiétante lorsqu’on l’a connue ces deux dernières années. Quant à son podcast, elle n’a jamais été aussi prête du but, et rien ne semble capable de l’arrêter, cette fois. Ni l’insécurité, ni le syndrome de l’imposteur – qui viendra probablement pointer le bout de son nez à un moment, mais une chose à la fois. Bref, pour Anneke, la vie reprend doucement du terrain et il lui arrive parfois de penser que si ce qu’elle a vécu depuis son retour à New York était bel et bien une dépression, cette dernière est aujourd’hui plus loin d’elle que jamais.

La naïveté cela dit a ses limites et depuis quelques jours, Anneke sent à nouveau la panique qui reprend du terrain sur la sérénité. Comme si son corps lui avait joué un tour, elle recommence à surinterpréter le moindre geste, la moindre parole (ou absence de parole, en l’occurrence), et les pensées moroses pointent à nouveau le bout de leur nez. La raison à ce soudain revirement de situation n’est pas compliquée à interpréter : tout d’abord, elle n’est pas vraiment guérie, elle en a juste eu l’illusion, tout accaparée qu’elle a été par son petit nuage d’euphorie. Ensuite, Wes. Wes qui a passé les quarante-huit dernières heures à l’éviter sans vergogne, enfermé dans la pièce d’à côté, sans un mot qui ne soit pas absolument nécessaire, parfois même encore enfermé à deux heures du matin à son retour du travail, envoyant donc sur les roses le petit rituel qu’ils avaient de fait établi jusqu’alors. Alors, lorsqu’elle rentre à l’appartement cette nuit-là, elle ne s’attend pas à le trouver à sa place de prédilection, dans le canapé. Aussi, un sourire lui illumine le visage, balayant d’un seul coup ses appréhensions.

« Hi, babe ! Pas fatigué ? » Elle ferme la porte à clés et se débarrasse de sac et chaussures, sans faire attention à son petit ami dont elle n’a jusqu’à présent aperçu que la silhouette. « Moi qui m’attendais à te retrouver au lit… », elle plaisante, l’air mutin, tout en s’approchant du canapé. Arrivée derrière Wes, elle entoure ses bras autour de son cou sur lequel elle dépose un baiser furtif. Ce n’est que quelques secondes plus tard, alors qu’elle fait le tour du canapé, qu’elle remarque la mine déconfite du musicien. Soudain, elle se rappelle de ces derniers jours, de sa fuite, de tous ces détails qui lui avaient mis la puce à l’oreille et une vague de panique s’empare à nouveau de la brune qui retient son souffle. Tout un tas de pensées parasites se mettent à tourner en boucle dans la tête d’Ann, à nouveau, avec en première ligne l’horrible impression que son mec s’est réveillé un matin en décidant que tout cela était une bien mauvaise idée et qu’il doit s’en aller. Soudain, elle décide que c’en est trop, et la mémoire de l’évènement qui les a poussés dans les bras l’un de l’autre lui rappelle aussi une promesse : celle de communiquer. Alors, elle prend une grande inspiration. « Hey », l’interpelle-t-elle avant de l’embrasser, accroupie à son niveau. Sa main vient caresser la joue de Wes alors que son regard cherche le sien. Prudente, par peur de ce qu’il va bien pouvoir lui avouer – ou non -, elle se risque à demander : « Tout va bien ? »
Wesley Takagi
Wesley Takagi
To do list rp :
Marley (2) - www | Losers club - www | Joham - www | Debbie (2) - www | Annley (7) - www | Arthur - www

Archivés :
Dgee (1) - www ✓ | Elior (1) - www ✓ | Anneke (1) - www ✓ | Marley - www ✓ | Benjamin - www ✓ | Neal - www ✓ | #TheLift - www ✗ | Bianca - www ✗ | William - www ✓ | Jezabel - www ✓ | Elior (2) - www ✓ | Anneke (2) - www ✓ | Addison - www ✗ | Dgee (2) - www ✗ | Debbie - www ✓ | Andy - www ✗ | Moira & Elior - www ✗ | Elior (3) - www ✓ | Reagan - www ✗ | Janet - www ✓ | Ann (3) - www ✓ | Ann (4) - www ✓ | La bergerie - www ✓ | TC anniv - www ✓ | Ann (5) - www ✓ | Annley (6) - www ✓ | Tya - www
Summary :
Wesley Takagi est le cofondateur et bassiste de Spleen Code, un groupe relativement connu dans le monde du heavy metal américain. Pendant dix ans, sous le pseudo de Wes Tag, il s’est laissé porter par les tournées, toujours en retrait par rapport aux autres membres. Mais au fil du temps, ses aspirations artistiques ont évolué, jusqu’à ce qu’il ne se retrouve plus du tout dans l’œuvre de Spleen Code. De cette divergence sont nées des tensions au sein du groupe. Il y a six mois, Spleen Code a définitivement éclaté.

Depuis, ce n’est pas la grande forme pour Wes. Il est tombé dans l’oubli et, ironie du sort, est incapable d’écrire quelque chose qui le satisfasse. Il vit donc de ses économies et joue des reprises de morceaux de son ancien groupe dans des petites salles ou des bars. Incapable de rester seul, il passe le plus clair de son temps chez sa meilleure amie. Ces derniers temps, il rate à peu près tout ce qu’il entreprend, du coup, il n’entreprend pas grand-chose. C’est le roi des semi-décisions : il a toujours un pied dedans, un pied dehors. Même si ça va pas très fort, c’est le genre de type auquel on s’attache facilement. C’est quelqu’un de drôle, de sarcastique, mais aussi un grand cinéphile et un fan de stand-up. Avec son look de skateur des années 2000, il a tendance à se la jouer nonchalant, mais son détachement sonne toujours un peu faux.
Date d'inscription :
06/10/2020
Messages :
580
Pseudo :
Ada
Player's pronoun :
Elle
Rythme de rp :
Variable, environ 1x/15j
Multinicks :
Olivia Hampton / Naomi Mitchell / Samir Patra
Avatar :
Mike Shinoda + nocreativejuiceleft ♥
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist 80920fed60c07e832ac0efd5413a20c9
Age :
40 ans
Nationality :
Américaine
Origins :
Père japonais, mère américaine
Religion :
Agnostique mais s'intéresse beaucoup aux gens qui entretiennent leur spiritualité
Status :
In love with his bestfriend but too much of a loser to say it out loud ♥
Orientation :
Hétérosexuel
Work :
Musicien et songwriter en déshérence, ex-membre d'un groupe à succès qui s'est séparé plus ou moins à cause de lui
Home adress :
East village, Manhattan
Communities :

- The Overkill
- The Outpost
- Juilliard
- El Halito
- Cinéma du Queens
Trigger :
Romantisation des relations abusives
Warning :
Crises d'angoisse, autodépréciation, dépression
To do list rp : Marley (2) - www | Losers club - www | Joham - www | Debbie (2) - www | Annley (7) - www | Arthur - www

Archivés :
Dgee (1) - www ✓ | Elior (1) - www ✓ | Anneke (1) - www ✓ | Marley - www ✓ | Benjamin - www ✓ | Neal - www ✓ | #TheLift - www ✗ | Bianca - www ✗ | William - www ✓ | Jezabel - www ✓ | Elior (2) - www ✓ | Anneke (2) - www ✓ | Addison - www ✗ | Dgee (2) - www ✗ | Debbie - www ✓ | Andy - www ✗ | Moira & Elior - www ✗ | Elior (3) - www ✓ | Reagan - www ✗ | Janet - www ✓ | Ann (3) - www ✓ | Ann (4) - www ✓ | La bergerie - www ✓ | TC anniv - www ✓ | Ann (5) - www ✓ | Annley (6) - www ✓ | Tya - www
Summary : Wesley Takagi est le cofondateur et bassiste de Spleen Code, un groupe relativement connu dans le monde du heavy metal américain. Pendant dix ans, sous le pseudo de Wes Tag, il s’est laissé porter par les tournées, toujours en retrait par rapport aux autres membres. Mais au fil du temps, ses aspirations artistiques ont évolué, jusqu’à ce qu’il ne se retrouve plus du tout dans l’œuvre de Spleen Code. De cette divergence sont nées des tensions au sein du groupe. Il y a six mois, Spleen Code a définitivement éclaté.

Depuis, ce n’est pas la grande forme pour Wes. Il est tombé dans l’oubli et, ironie du sort, est incapable d’écrire quelque chose qui le satisfasse. Il vit donc de ses économies et joue des reprises de morceaux de son ancien groupe dans des petites salles ou des bars. Incapable de rester seul, il passe le plus clair de son temps chez sa meilleure amie. Ces derniers temps, il rate à peu près tout ce qu’il entreprend, du coup, il n’entreprend pas grand-chose. C’est le roi des semi-décisions : il a toujours un pied dedans, un pied dehors. Même si ça va pas très fort, c’est le genre de type auquel on s’attache facilement. C’est quelqu’un de drôle, de sarcastique, mais aussi un grand cinéphile et un fan de stand-up. Avec son look de skateur des années 2000, il a tendance à se la jouer nonchalant, mais son détachement sonne toujours un peu faux.
Date d'inscription : 06/10/2020
Messages : 580
Pseudo : Ada
Player's pronoun : Elle
Rythme de rp : Variable, environ 1x/15j
Multinicks : Olivia Hampton / Naomi Mitchell / Samir Patra
Avatar : Mike Shinoda + nocreativejuiceleft ♥
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist 80920fed60c07e832ac0efd5413a20c9
Age : 40 ans
Nationality : Américaine
Origins : Père japonais, mère américaine
Religion : Agnostique mais s'intéresse beaucoup aux gens qui entretiennent leur spiritualité
Status : In love with his bestfriend but too much of a loser to say it out loud ♥
Orientation : Hétérosexuel
Work : Musicien et songwriter en déshérence, ex-membre d'un groupe à succès qui s'est séparé plus ou moins à cause de lui
Home adress : East village, Manhattan
Communities :
- The Overkill
- The Outpost
- Juilliard
- El Halito
- Cinéma du Queens

Trigger : Romantisation des relations abusives
Warning : Crises d'angoisse, autodépréciation, dépression

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t4680-wes-l-ivresse-des-profondeurshttps://www.ivegot99problems.com/t5261-recherches-de-weshttps://www.ivegot99problems.com/t5010-instagram-westag#92724
Ces derniers mois, Ann et Wes les avaient vécus en étant plus inséparables que jamais. C'est simple : lorsqu'Ann ne travaillait pas, ils ne se lâchaient pas d'une semelle. Et pendant le service de la jeune femme, il n'y avait pas un soir où ils ne s'envoyaient pas au moins un texto. Rien de très constructif, une blague, un mot doux, un screenshot inintéressant pour n'importe qui d'autre qu'eux. Bref, impossible de les décoller – comme depuis le début de leur coloc, en fait, sauf que désormais, ils l'assumaient pleinement. Néanmoins, ces deux derniers jours s'étaient déroulés de manière légèrement différente. Emporté par une impulsion créative, Wes s'était mis à travailler de manière obsessionnelle, assez peu sainement, grisé par ce sentiment qu'il n'avait pas ressenti depuis des années. L'ennui, c'est que sa frénésie l'avait sensiblement isolé d'Ann, physiquement du moins, car elle continuait d'occuper chaque parcelle de son cerveau qui ne lui servait pas à composer.

Le bruit du jeu des clés dans la serrure le tira de sa réflexion. Habituellement, il adorait le moment où Ann rentrait à l'appartement, tard le soir. Il aimait se dire que tout le voisinage était endormi, sauf eux, et que de fait, il s'agissait de leur moment, unique et privilégié. Mais ce soir, il était tracassé, même s'il essaya de ne pas le laisser paraître dans le ton de sa voix. « Hi, Ann. Ça s'est bien passé ? » La jeune femme apparut dans le salon, visiblement surprise de le trouver dans le canapé. C'est vrai qu'elle avait pris l'habitude de le rejoindre sous les draps, dans lesquels il aurait dû somnoler depuis un moment. « Je t'attendais, en fait. » Elle l'enlaça et en réponse, il caressa doucement le bras qui s'était enroulé autour de lui.

Quand Ann lui fit face, il ne parvint pas à cacher plus longtemps sa contrariété, peinte sur son visage. Elle s'abaissa à sa hauteur pour l'embrasser – il songea alors qu'elle était vraiment formidable et qu'il ne la méritait pas. Leurs regards se croisèrent et il fit son possible pour rendre le sien rassurant. « Tout va bien, je t'assure. Seulement… » Il chercha sa main pour la serrer dans la sienne et se donner du courage. « Tu te souviens que je devais aller manger chez Debbie ? » Ann n'était pas sans l'ignorer, il avait pris soin de l'informer de l'invitation le matin même, par souci de transparence. Debbie était certes son amie, mais elle demeurait aussi son ex, et Wes ne voulait pas donner à Ann matière à s'inquiéter en créant des ambiguïtés. Pas à ce sujet-là, en tout cas. « Elle m'a dit… Bon, elle m'a dit que je suis un idiot, mais ça elle le fait à chaque fois, je crois que c'est sa façon de dire qu'elle m'apprécie, bref, c'est pas ça qui m'embête. » Il eut un petit rire qui se voulait détendu. Puis ses grands yeux, toujours posés sur sa copine, se firent à nouveau inquiets. « Elle m'a dit que tu te sentais mal. Parce que j'ai un peu disparu ces derniers jours. » Il se mordilla la lèvre inférieure sous l'effet de la culpabilité, et ajouta tout bas : « C'est vrai ? » Cette tentative de communication efficace étant un peu trop belle de la part du musicien, il ne put s'empêcher de rétropédaler : « Peut-être qu'il est tard et que t'as pas envie d'en parler ce soir. »
Anneke Van Asten
Anneke Van Asten
To do list rp :
elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary :
Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription :
21/06/2020
Messages :
236
Pseudo :
k-ro
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks :
Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar :
Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age :
38 ans
Nationality :
belge, résidente permanente américaine
Origins :
Ghana, Iran
Status :
aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation :
straight
Work :
au merch / bar d'une salle de concert
Home adress :
east village, manhattan
Communities :
- the overkill
- the lift
Trigger :
relations toxiques romantisées, viol
Warning :
dépression, crises d'angoisse, abandonment issues
To do list rp : elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary : Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription : 21/06/2020
Messages : 236
Pseudo : k-ro
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks : Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar : Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age : 38 ans
Nationality : belge, résidente permanente américaine
Origins : Ghana, Iran
Status : aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation : straight
Work : au merch / bar d'une salle de concert
Home adress : east village, manhattan
Communities : - the overkill
- the lift

Trigger : relations toxiques romantisées, viol
Warning : dépression, crises d'angoisse, abandonment issues

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t3673-ann-let-there-be-rock#63426https://www.ivegot99problems.com/t3683-ask-anneke-van-asten#63427
La mine déconfite de Wes ne rassure pas Ann dont les émotions ont pris une montagne russe en quelques secondes à peine. Elle ne se dégonfle pas cependant, bien déterminée à mettre les choses au clair. Il commence par lui assurer que tout va bien et la brune lui en est reconnaissante, elle hoche d’ailleurs la tête. Oui, elle se rappelle de l’invitation de Debbie. Ann se prend même à rire franchement à la boutade qu’il tente pour détendre l’atmosphère. Cependant, elle ne comprend pas le rapport entre Debbie et la conversation sérieuse qu’ils s’apprêtent à avoir.

Mais soudain, au fil des explications de Wes, tout s’éclaire. « Oh. » Ann baisse les yeux, penaude. Tout cela explique la petite mine du musicien. Son cœur s’accélère dans une poussée d’adrénaline relativement désagréable et la brune se mord la lèvre inférieure. « Donc elle t’en a parlé. », frémit-elle, un peu honteuse. Il est probable qu’au détour d’une conversation avec la blonde la veille, Ann ait mentionné ses insécurités d’un ton désinvolte. Evidemment, une adulte fonctionnelle aurait commencé par en parler au principal concerné, à savoir son copain, avant d’impliquer une amie commune dans l’équation. Mais jamais elle n’aurait pensé que Debbie vende la mèche avant qu’elle ne trouve le courage d’évoquer le sujet avec Wes. Car jusqu’à présent, elle s’était surtout persuadée qu’elle se faisait des idées. Pire encore : qu’elle psychotait sévèrement, et qu’elle ne réussirait qu’à l’effrayer en lui demandant des comptes. Ainsi dévoilée au grand jour cependant, elle secoue la tête lorsque Wes propose de reporter cette discussion au lendemain. Il est temps de cesser les non-dits avant qu’il n’arrive une cage d’escalier bis. « Non, si, si, j’aurais déjà dû, de toute façon. Pardon, c’est pas de la bouche de Debbie que tu devais l’entendre. » Ses doigts se resserrent sur ceux du musicien. « Je, je me sens pas… mal, en soi, enfin, si, peut-être un peu ? Mais c’est mes insécurités, c’est mon problème que t'as pas à gérer et... well, c’est sûrement stupide, Wes, vraiment. »

Ann baisse le regard un instant, soudain fascinée par les motifs du tapis du salon. Tandis qu’elle se mordille frénétiquement l’intérieur de la joue, elle ne lâche pas la main de Wes dont elle triture nerveusement les doigts sans même s’en rendre compte. « Est-ce que j’ai fait quelque chose ? », supplique-t-elle soudain en posant ses grands yeux inquiets sur celui qui accapare la plupart de ses pensées depuis des semaines, des mois, des années. Elle prend un peu de recul et se laisse lourdement retomber en tailleur sur le sol. Incapable d’attendre sagement une réponse, Ann bafouille à toute vitesse : « Parce que, tu sais, on peut en parler, I can take it, anything, just… stop the silent treatment, please. » La panique se lit dans son regard. Et si elle a conscience en cet instant de faire des caisses de pas grand-chose, son côté irrationnel continue de former des boucles infernales de pensées parasites qui ne pourront être chassées que par un remède miracle : la communication.
Wesley Takagi
Wesley Takagi
To do list rp :
Marley (2) - www | Losers club - www | Joham - www | Debbie (2) - www | Annley (7) - www | Arthur - www

Archivés :
Dgee (1) - www ✓ | Elior (1) - www ✓ | Anneke (1) - www ✓ | Marley - www ✓ | Benjamin - www ✓ | Neal - www ✓ | #TheLift - www ✗ | Bianca - www ✗ | William - www ✓ | Jezabel - www ✓ | Elior (2) - www ✓ | Anneke (2) - www ✓ | Addison - www ✗ | Dgee (2) - www ✗ | Debbie - www ✓ | Andy - www ✗ | Moira & Elior - www ✗ | Elior (3) - www ✓ | Reagan - www ✗ | Janet - www ✓ | Ann (3) - www ✓ | Ann (4) - www ✓ | La bergerie - www ✓ | TC anniv - www ✓ | Ann (5) - www ✓ | Annley (6) - www ✓ | Tya - www
Summary :
Wesley Takagi est le cofondateur et bassiste de Spleen Code, un groupe relativement connu dans le monde du heavy metal américain. Pendant dix ans, sous le pseudo de Wes Tag, il s’est laissé porter par les tournées, toujours en retrait par rapport aux autres membres. Mais au fil du temps, ses aspirations artistiques ont évolué, jusqu’à ce qu’il ne se retrouve plus du tout dans l’œuvre de Spleen Code. De cette divergence sont nées des tensions au sein du groupe. Il y a six mois, Spleen Code a définitivement éclaté.

Depuis, ce n’est pas la grande forme pour Wes. Il est tombé dans l’oubli et, ironie du sort, est incapable d’écrire quelque chose qui le satisfasse. Il vit donc de ses économies et joue des reprises de morceaux de son ancien groupe dans des petites salles ou des bars. Incapable de rester seul, il passe le plus clair de son temps chez sa meilleure amie. Ces derniers temps, il rate à peu près tout ce qu’il entreprend, du coup, il n’entreprend pas grand-chose. C’est le roi des semi-décisions : il a toujours un pied dedans, un pied dehors. Même si ça va pas très fort, c’est le genre de type auquel on s’attache facilement. C’est quelqu’un de drôle, de sarcastique, mais aussi un grand cinéphile et un fan de stand-up. Avec son look de skateur des années 2000, il a tendance à se la jouer nonchalant, mais son détachement sonne toujours un peu faux.
Date d'inscription :
06/10/2020
Messages :
580
Pseudo :
Ada
Player's pronoun :
Elle
Rythme de rp :
Variable, environ 1x/15j
Multinicks :
Olivia Hampton / Naomi Mitchell / Samir Patra
Avatar :
Mike Shinoda + nocreativejuiceleft ♥
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist 80920fed60c07e832ac0efd5413a20c9
Age :
40 ans
Nationality :
Américaine
Origins :
Père japonais, mère américaine
Religion :
Agnostique mais s'intéresse beaucoup aux gens qui entretiennent leur spiritualité
Status :
In love with his bestfriend but too much of a loser to say it out loud ♥
Orientation :
Hétérosexuel
Work :
Musicien et songwriter en déshérence, ex-membre d'un groupe à succès qui s'est séparé plus ou moins à cause de lui
Home adress :
East village, Manhattan
Communities :

- The Overkill
- The Outpost
- Juilliard
- El Halito
- Cinéma du Queens
Trigger :
Romantisation des relations abusives
Warning :
Crises d'angoisse, autodépréciation, dépression
To do list rp : Marley (2) - www | Losers club - www | Joham - www | Debbie (2) - www | Annley (7) - www | Arthur - www

Archivés :
Dgee (1) - www ✓ | Elior (1) - www ✓ | Anneke (1) - www ✓ | Marley - www ✓ | Benjamin - www ✓ | Neal - www ✓ | #TheLift - www ✗ | Bianca - www ✗ | William - www ✓ | Jezabel - www ✓ | Elior (2) - www ✓ | Anneke (2) - www ✓ | Addison - www ✗ | Dgee (2) - www ✗ | Debbie - www ✓ | Andy - www ✗ | Moira & Elior - www ✗ | Elior (3) - www ✓ | Reagan - www ✗ | Janet - www ✓ | Ann (3) - www ✓ | Ann (4) - www ✓ | La bergerie - www ✓ | TC anniv - www ✓ | Ann (5) - www ✓ | Annley (6) - www ✓ | Tya - www
Summary : Wesley Takagi est le cofondateur et bassiste de Spleen Code, un groupe relativement connu dans le monde du heavy metal américain. Pendant dix ans, sous le pseudo de Wes Tag, il s’est laissé porter par les tournées, toujours en retrait par rapport aux autres membres. Mais au fil du temps, ses aspirations artistiques ont évolué, jusqu’à ce qu’il ne se retrouve plus du tout dans l’œuvre de Spleen Code. De cette divergence sont nées des tensions au sein du groupe. Il y a six mois, Spleen Code a définitivement éclaté.

Depuis, ce n’est pas la grande forme pour Wes. Il est tombé dans l’oubli et, ironie du sort, est incapable d’écrire quelque chose qui le satisfasse. Il vit donc de ses économies et joue des reprises de morceaux de son ancien groupe dans des petites salles ou des bars. Incapable de rester seul, il passe le plus clair de son temps chez sa meilleure amie. Ces derniers temps, il rate à peu près tout ce qu’il entreprend, du coup, il n’entreprend pas grand-chose. C’est le roi des semi-décisions : il a toujours un pied dedans, un pied dehors. Même si ça va pas très fort, c’est le genre de type auquel on s’attache facilement. C’est quelqu’un de drôle, de sarcastique, mais aussi un grand cinéphile et un fan de stand-up. Avec son look de skateur des années 2000, il a tendance à se la jouer nonchalant, mais son détachement sonne toujours un peu faux.
Date d'inscription : 06/10/2020
Messages : 580
Pseudo : Ada
Player's pronoun : Elle
Rythme de rp : Variable, environ 1x/15j
Multinicks : Olivia Hampton / Naomi Mitchell / Samir Patra
Avatar : Mike Shinoda + nocreativejuiceleft ♥
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist 80920fed60c07e832ac0efd5413a20c9
Age : 40 ans
Nationality : Américaine
Origins : Père japonais, mère américaine
Religion : Agnostique mais s'intéresse beaucoup aux gens qui entretiennent leur spiritualité
Status : In love with his bestfriend but too much of a loser to say it out loud ♥
Orientation : Hétérosexuel
Work : Musicien et songwriter en déshérence, ex-membre d'un groupe à succès qui s'est séparé plus ou moins à cause de lui
Home adress : East village, Manhattan
Communities :
- The Overkill
- The Outpost
- Juilliard
- El Halito
- Cinéma du Queens

Trigger : Romantisation des relations abusives
Warning : Crises d'angoisse, autodépréciation, dépression

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t4680-wes-l-ivresse-des-profondeurshttps://www.ivegot99problems.com/t5261-recherches-de-weshttps://www.ivegot99problems.com/t5010-instagram-westag#92724
Depuis le début de la soirée, Wes tentait de se persuader que Debbie exagérait. Qu’elle avait compris de travers, qu’il connaissait Ann mieux qu’elle et que de fait, il ne pouvait pas être totalement passé à côté du trouble de sa copine. Non, vraiment, impossible qu’il se soit montré aussi égocentré, impossible que son propre bonheur ait pris tant de place, au point d’évincer celui d’Ann… Et pourtant, la mine penaude de la brune fit voler en éclats ses efforts pour s’auto-convaincre. Car non seulement Debbie n’exagérait pas, mais en plus, elle avait analysé la situation avec beaucoup plus de jugeote que ce dont il était capable. La conclusion étant sans appel : en à peine quelques mois, Wes commençait à retomber dans ses travers. Cette constatation le minait : était-ce un signe avant-coureur ? Allait-il faire échouer cette relation pourtant si prometteuse ? Et le pire de tout : rendait-il Ann malheureuse ?

Je, je me sens pas… mal, enfin, si, peut-être un peu. La phrase faillit lui faire monter les larmes aux yeux. Mais Wes avait quarante ans, il n’était plus question pour lui de se comporter comme un enfant pleurnicheur qui tente tant bien que mal d’évacuer son trop-plein d’émotions. Il baissa les yeux sur sa paume, qu’Ann compressait nerveusement. « Peut-être que c’est stupide, peut-être que ça l’est pas, mais dans tous les cas, ce sera sûrement plus facile si on essaye de le gérer ensemble, enfin si t’es d’accord ? » Après tout, c’était ainsi qu’ils fonctionnaient depuis le début de leur colocation : à deux.

Le musicien laissa sa main dans celle de sa petite amie, même si Ann lui triturait machinalement les doigts et que ça n'était qu'à moitié agréable. Lorsqu’elle l'interrogea pour savoir si le problème venait d’elle, il s’exclama vivement : « Jesus no, you're perfect, I'm like, the luckiest guy in NYC. » Comment avait-il fait pour lui laisser croire le contraire ? Il lui sembla entendre la voix de Debbie résonner dans son crâne : ben tu t’es claquemuré pendant 48h sans rien lui expliquer, you idiot. Dérangé par le fait qu’ils ne soient pas à la même hauteur, le brun se laissa glisser du canapé pour s’asseoir à côté d’elle, sur le tapis. Puis il entreprit de lui expliquer, les mots se bousculant un peu trop vite hors de sa bouche : « Je suis désolé, c'est de ma faute, j'ai ressenti un genre de… Je sais pas comment l’expliquer, une envie soudaine d'écrire un truc, du genre irrépressible. Après ça, j'ai eu comme un bon feeling et j'ai tenté de composer deux, trois bricoles, bref, ça m'a happé, j'ai pas vu le temps passer. Et puis ça fait tellement longtemps que… (Il s’interrompit, son processus créatif n’étant pas vraiment le sujet) Tu n'y es pour rien. Je suis tellement désolé. » Un peu essoufflé par son propre laïus, il prit une longue inspiration, puis se serra contre Anneke, son épaule contre la sienne. « J'avais pas réalisé que ça te pesait autant, parce que physiquement – je sais, c’est bête – on était pas loin, tu vois ? J'ai jamais voulu t'infliger mon silence, ou quoi que ce soit d’autre. » Quelques secondes passèrent, pendant qu’une idée continuait à trotter dans sa tête, lancinante. Il finit par prendre son courage à deux mains et demanda doucement, de sorte à ce que ça ne ressemble pas à un reproche : « Pourquoi tu ne m'as rien dit ? »
Anneke Van Asten
Anneke Van Asten
To do list rp :
elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary :
Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription :
21/06/2020
Messages :
236
Pseudo :
k-ro
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks :
Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar :
Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age :
38 ans
Nationality :
belge, résidente permanente américaine
Origins :
Ghana, Iran
Status :
aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation :
straight
Work :
au merch / bar d'une salle de concert
Home adress :
east village, manhattan
Communities :
- the overkill
- the lift
Trigger :
relations toxiques romantisées, viol
Warning :
dépression, crises d'angoisse, abandonment issues
To do list rp : elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary : Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription : 21/06/2020
Messages : 236
Pseudo : k-ro
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks : Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar : Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age : 38 ans
Nationality : belge, résidente permanente américaine
Origins : Ghana, Iran
Status : aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation : straight
Work : au merch / bar d'une salle de concert
Home adress : east village, manhattan
Communities : - the overkill
- the lift

Trigger : relations toxiques romantisées, viol
Warning : dépression, crises d'angoisse, abandonment issues

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t3673-ann-let-there-be-rock#63426https://www.ivegot99problems.com/t3683-ask-anneke-van-asten#63427
Gérer le problème à deux est une telle évidence qu’Ann ne peut s’empêcher de se sentir bête l’espace d’une seconde tandis qu’elle prend conscience d’un fait évident : durant deux ans de colocation, ils ont passé un temps considérable à s’appuyer l’un sur l’autre, à s’épauler, et à gérer les crises ensemble. Qu’elle ait pu le moindre instant penser que cette situation changerait parce que Wes a soudainement pris ses quartiers dans son lit est tout bonnement ridicule. Elle acquiesce donc rapidement et puisqu’elle se sent autorisée à s’ouvrir, n’hésite plus un seul instant.

Les explications que lui offre d’ailleurs Wesley sont au-delà de tout ce à quoi elle s’attendait. Si jusqu’à présent elle pensait être responsable d’un détail qui aurait pu lui échapper, elle n’avait pas le moindre instant imaginé qu’à vrai dire… il ne se soit absolument rien passé. Oh, l’idée lui a bien traversé la tête à un moment, très vite balayée cela dit par tout un tas de pensées bien plus illogiques mais bien plus plausibles selon ses propres standards. « Oh non, mais quelle conne. », gémit-elle au milieu des explications de Wes en enfouissant son visage cramoisi dans ses genoux ramenés contre sa poitrine.

Pourquoi tu ne m’as rien dit ? La question se pose, et à vrai dire, maintenant qu’Anneke a pris conscience de la vérité, elle se le demande aussi. Chacune des réponses qu’elle pourrait offrir à son compagnon lui semblent à présent plus bêtes les unes que les autres. Sans le regarder, elle bredouille alors, penaude : « Parce que… well, pour – pour plein de raisons, en fait. » Happée par le tissu du canapé tout d’un coup fascinant, la brune étouffe un soupir. Aucune de ces raisons n’est véritablement valable, mais elle lui doit bien une explication. « J’ai cru que j’avais fait quelque chose, puis je me suis dit que, ehm, que j’aurais dû savoir de toute façon parce que, tu sais, we’re a team and all that. Après je me suis dit que si tu me disais rien c’est que ça devait être moi qui débloquais et visiblement, c’était ça, mais je sais pas, ça me paraissait trop… facile ? » Comme si elle n’avait pas mérité ces quelques mois de simple sérénité et que tout son monde ne pouvait fonctionner qu’à travers un chaos palpable, Anneke n’a pu s’empêcher d’imaginer le pire. Sa bouche se tord en une grimace ennuyée, et c’est dans un grognement à peine perceptible et mal articulé qu’elle termine : « Du coup j’ai commencé à penser que tu t’étais enfin réveillé et que tout compte fait… » c’était une mauvaise idée. Les mots s’arrêtent à la barrière de ses lèvres à temps tandis qu’elle prend conscience de la phrase qu’elle s’apprêtait à prononcer. Avec la certitude qu’elle n’y est pour rien, Ann réalise finalement qu’après tout ce temps passé à se tourner autour sans le réaliser et tout ce qu’ils ont vécu durant ces deux dernières années, assumer que Wes aurait pu tout envoyer valser d’un coup de tête reviendrait presque à l’insulter. « Bref. Je te l’avais dit que c’était stupide. », marmonne-t-elle finalement en haussant les épaules.

Après quelques secondes de silence, Ann décide de revenir sur ce que lui a confié le musicien, prenant soudain conscience de l’ampleur de la nouvelle. « Donc tu t’es remis à composer. C’est – c’est génial, Wes, vraiment. » Pour la première fois depuis qu’il s’est installé à côté d’elle, Ann tourne la tête vers lui et lui offre un sourire faiblard mais épris de tendresse, un contact qui ne dure que quelques secondes à peine puisqu’elle détourne à nouveau les yeux, le dos rond, un peu honteuse. « J’avais dit que je serais derrière toi quand ça arriverait et la première chose que j’ai fait c’est me mettre à psychoter et rien faire de tout ça. », soupire-t-elle finalement, tête baissée. « Si tu me l’avais dit… » Non. L’accuser d’avoir causé cette incompréhension n’est pas une solution, d’autant qu’elle se sent à peu près aussi responsable que lui. Ce n’est pas la première fois que le couple se rend coupable d’un manque de communication évident, après tout. Aussi, Ann revient sur ses pas et reformule l’évidence d’une manière moins unilatérale : « Pardon, non - si j’avais su… Je suis désolée. J’ai pas géré. Tu veux m’en parler ou tu préfères garder ça pour toi encore un peu ? » Sa tête se pose finalement sur l’épaule de Wes, un premier pas timide vers la rédemption d’une part, une demande déguisée pour un geste d’affection de l’autre. Mais si Ann en a un peu manqué ces derniers jours, elle réalise petit à petit que ce besoin constant de proximité, d’être rassurée, de la validation de son petit ami également, n’est peut-être pas si sain. Il faudra qu’elle lui en parle. Mais plus tard : il n’est pas question de ramener la couverture à elle pour l’instant. Et puis, le déni est d’un confort agréable que la brune n’est pas prête à abandonner.
Wesley Takagi
Wesley Takagi
To do list rp :
Marley (2) - www | Losers club - www | Joham - www | Debbie (2) - www | Annley (7) - www | Arthur - www

Archivés :
Dgee (1) - www ✓ | Elior (1) - www ✓ | Anneke (1) - www ✓ | Marley - www ✓ | Benjamin - www ✓ | Neal - www ✓ | #TheLift - www ✗ | Bianca - www ✗ | William - www ✓ | Jezabel - www ✓ | Elior (2) - www ✓ | Anneke (2) - www ✓ | Addison - www ✗ | Dgee (2) - www ✗ | Debbie - www ✓ | Andy - www ✗ | Moira & Elior - www ✗ | Elior (3) - www ✓ | Reagan - www ✗ | Janet - www ✓ | Ann (3) - www ✓ | Ann (4) - www ✓ | La bergerie - www ✓ | TC anniv - www ✓ | Ann (5) - www ✓ | Annley (6) - www ✓ | Tya - www
Summary :
Wesley Takagi est le cofondateur et bassiste de Spleen Code, un groupe relativement connu dans le monde du heavy metal américain. Pendant dix ans, sous le pseudo de Wes Tag, il s’est laissé porter par les tournées, toujours en retrait par rapport aux autres membres. Mais au fil du temps, ses aspirations artistiques ont évolué, jusqu’à ce qu’il ne se retrouve plus du tout dans l’œuvre de Spleen Code. De cette divergence sont nées des tensions au sein du groupe. Il y a six mois, Spleen Code a définitivement éclaté.

Depuis, ce n’est pas la grande forme pour Wes. Il est tombé dans l’oubli et, ironie du sort, est incapable d’écrire quelque chose qui le satisfasse. Il vit donc de ses économies et joue des reprises de morceaux de son ancien groupe dans des petites salles ou des bars. Incapable de rester seul, il passe le plus clair de son temps chez sa meilleure amie. Ces derniers temps, il rate à peu près tout ce qu’il entreprend, du coup, il n’entreprend pas grand-chose. C’est le roi des semi-décisions : il a toujours un pied dedans, un pied dehors. Même si ça va pas très fort, c’est le genre de type auquel on s’attache facilement. C’est quelqu’un de drôle, de sarcastique, mais aussi un grand cinéphile et un fan de stand-up. Avec son look de skateur des années 2000, il a tendance à se la jouer nonchalant, mais son détachement sonne toujours un peu faux.
Date d'inscription :
06/10/2020
Messages :
580
Pseudo :
Ada
Player's pronoun :
Elle
Rythme de rp :
Variable, environ 1x/15j
Multinicks :
Olivia Hampton / Naomi Mitchell / Samir Patra
Avatar :
Mike Shinoda + nocreativejuiceleft ♥
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist 80920fed60c07e832ac0efd5413a20c9
Age :
40 ans
Nationality :
Américaine
Origins :
Père japonais, mère américaine
Religion :
Agnostique mais s'intéresse beaucoup aux gens qui entretiennent leur spiritualité
Status :
In love with his bestfriend but too much of a loser to say it out loud ♥
Orientation :
Hétérosexuel
Work :
Musicien et songwriter en déshérence, ex-membre d'un groupe à succès qui s'est séparé plus ou moins à cause de lui
Home adress :
East village, Manhattan
Communities :

- The Overkill
- The Outpost
- Juilliard
- El Halito
- Cinéma du Queens
Trigger :
Romantisation des relations abusives
Warning :
Crises d'angoisse, autodépréciation, dépression
To do list rp : Marley (2) - www | Losers club - www | Joham - www | Debbie (2) - www | Annley (7) - www | Arthur - www

Archivés :
Dgee (1) - www ✓ | Elior (1) - www ✓ | Anneke (1) - www ✓ | Marley - www ✓ | Benjamin - www ✓ | Neal - www ✓ | #TheLift - www ✗ | Bianca - www ✗ | William - www ✓ | Jezabel - www ✓ | Elior (2) - www ✓ | Anneke (2) - www ✓ | Addison - www ✗ | Dgee (2) - www ✗ | Debbie - www ✓ | Andy - www ✗ | Moira & Elior - www ✗ | Elior (3) - www ✓ | Reagan - www ✗ | Janet - www ✓ | Ann (3) - www ✓ | Ann (4) - www ✓ | La bergerie - www ✓ | TC anniv - www ✓ | Ann (5) - www ✓ | Annley (6) - www ✓ | Tya - www
Summary : Wesley Takagi est le cofondateur et bassiste de Spleen Code, un groupe relativement connu dans le monde du heavy metal américain. Pendant dix ans, sous le pseudo de Wes Tag, il s’est laissé porter par les tournées, toujours en retrait par rapport aux autres membres. Mais au fil du temps, ses aspirations artistiques ont évolué, jusqu’à ce qu’il ne se retrouve plus du tout dans l’œuvre de Spleen Code. De cette divergence sont nées des tensions au sein du groupe. Il y a six mois, Spleen Code a définitivement éclaté.

Depuis, ce n’est pas la grande forme pour Wes. Il est tombé dans l’oubli et, ironie du sort, est incapable d’écrire quelque chose qui le satisfasse. Il vit donc de ses économies et joue des reprises de morceaux de son ancien groupe dans des petites salles ou des bars. Incapable de rester seul, il passe le plus clair de son temps chez sa meilleure amie. Ces derniers temps, il rate à peu près tout ce qu’il entreprend, du coup, il n’entreprend pas grand-chose. C’est le roi des semi-décisions : il a toujours un pied dedans, un pied dehors. Même si ça va pas très fort, c’est le genre de type auquel on s’attache facilement. C’est quelqu’un de drôle, de sarcastique, mais aussi un grand cinéphile et un fan de stand-up. Avec son look de skateur des années 2000, il a tendance à se la jouer nonchalant, mais son détachement sonne toujours un peu faux.
Date d'inscription : 06/10/2020
Messages : 580
Pseudo : Ada
Player's pronoun : Elle
Rythme de rp : Variable, environ 1x/15j
Multinicks : Olivia Hampton / Naomi Mitchell / Samir Patra
Avatar : Mike Shinoda + nocreativejuiceleft ♥
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist 80920fed60c07e832ac0efd5413a20c9
Age : 40 ans
Nationality : Américaine
Origins : Père japonais, mère américaine
Religion : Agnostique mais s'intéresse beaucoup aux gens qui entretiennent leur spiritualité
Status : In love with his bestfriend but too much of a loser to say it out loud ♥
Orientation : Hétérosexuel
Work : Musicien et songwriter en déshérence, ex-membre d'un groupe à succès qui s'est séparé plus ou moins à cause de lui
Home adress : East village, Manhattan
Communities :
- The Overkill
- The Outpost
- Juilliard
- El Halito
- Cinéma du Queens

Trigger : Romantisation des relations abusives
Warning : Crises d'angoisse, autodépréciation, dépression

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t4680-wes-l-ivresse-des-profondeurshttps://www.ivegot99problems.com/t5261-recherches-de-weshttps://www.ivegot99problems.com/t5010-instagram-westag#92724
Wes prit conscience de l’ampleur du malentendu en entendant Ann se fustiger. Pour la deuxième fois depuis que Debbie lui en avait touché un mot, il eut l’impression de dégringoler du 3eme étage. Jusqu’à aujourd’hui, il n’avait pas cessé un instant de croire que tout était parfait entre eux – la désillusion était donc de taille. Encore en train de digérer les révélations d’Ann, il fut incapable de réagir autrement que par un « Hey… » un peu maladroit. Lui qui se pensait prévenant allait sérieusement devoir réviser ses façons de faire. Il osa une brève caresse sur le bras de la jeune femme, avant de retirer sa main, soudainement plus si certain de savoir comment se comporter avec sa copine.

Consterné par sa propre attitude, il grimaça : « Je t'ai encore laissé croire que je m'en fiche, c'est ça ? » Le fait qu’elle évite son regard décuplait sa culpabilité. Se séparer d’Ann comptait parmi ses pires cauchemars, littéralement. Il était convaincu, naïvement, qu’elle le savait. Mais le musicien avait tendance à oublier qu’elle ne se trouvait pas dans sa tête. Il n’était peut-être pas un livre aussi ouvert qu’il le croyait – et le fait qu’il joue les fantômes n’arrangeait rien. « Non, c’est pas stupide. C’est juste moi qui te dis pas suffisamment que, ben, j’adore ce qu’il y a entre nous. » Il baissa les yeux à son tour, rougissant. Comme imprimés dans son crâne, il y avait des discours entiers qui pouvaient décrire à quel point il chérissait sa relation avec Ann. Mais lorsqu’il ouvrait la bouche, il finissait immanquablement par s’exprimer comme un adolescent. Ça le frustrait énormément, parce que dans une situation comme celle de ce soir, il aurait aimé pouvoir dire plus et dire mieux. « Promis, je vais museler mes habitudes de vieux garçon, à commencer par celle de jouer les ermites. » Un léger rire, empreint de malaise, s’échappa d’entre ses lèvres, avant de s'essouffler très vite. Car il y avait une angoisse, diffuse et insidieuse, qui commençait à se former dans le creux de son ventre. Il décida qu’il ne pouvait pas la garder pour lui, sans quoi il finirait par s’en rendre malheureux, à force de tourner et retourner l’idée dans sa tête jusqu’à s’en empêcher de dormir. Wes déglutit difficilement, puis murmura : « J'ai peur que tu ne sois pas heureuse avec moi, sur le long terme. »

Si tu me l’avais dit… Wes secoua la tête lorsqu’Ann chercha à retirer sa phrase. « Non, c’est toi qui as raison. » Avec un peu de recul, il comprenait ce qui avait pu la blesser dans sa démarche : il avait érigé Ann au rang de confidente ultime et soudain, il se montrait extrêmement secret, pour ne pas dire carrément taiseux… De quoi déboussoler n’importe qui. « J’aurais dû te le dire, je voulais juste que… Je voulais que tout soit parfait. » Car comment lui avouer que ces deux derniers jours, il avait travaillé presque exclusivement pour elle, et qu’en fait, tout tournait autour d’elle depuis le début ? Alors qu’Anneke culpabilise de ne pas en faire assez pour lui, ça, il ne pouvait le tolérer. Pas besoin qu’elle se mette au cheerleading pour qu’il se sente soutenu. « T’en as peut-être pas l’impression, mais savoir que t’es là, pas loin, ça suffit à m’encourager. T’es pas obligée d’en faire plus pour moi. » Ann posa sa tête sur son épaule et il comprit qu’elle recherchait sa proximité, alors il l’enlaça et s’autorisa même à déposer un baiser sur son front. Quelques secondes s’écoulèrent, pendant lesquelles il réfléchit à la dernière question de la jeune femme. S’il attendait trop, il craignait de se dégonfler et de ne jamais réussir à lui avouer ce qu’il avait réellement trafiqué ces dernières 24 heures. Sentant doucement le trac l’envahir, il souffla : « Je voulais attendre que ce soit fini pour te faire écouter, mais peut-être que je serai jamais entièrement satisfait, donc… Ça te plairait d’entendre ? Garde seulement en tête que c’est une v1, d’accord ? »
Anneke Van Asten
Anneke Van Asten
To do list rp :
elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary :
Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription :
21/06/2020
Messages :
236
Pseudo :
k-ro
Player's pronoun :
elle
Rythme de rp :
j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks :
Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar :
Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age :
38 ans
Nationality :
belge, résidente permanente américaine
Origins :
Ghana, Iran
Status :
aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation :
straight
Work :
au merch / bar d'une salle de concert
Home adress :
east village, manhattan
Communities :
- the overkill
- the lift
Trigger :
relations toxiques romantisées, viol
Warning :
dépression, crises d'angoisse, abandonment issues
To do list rp : elior - www | annley 7 - www

ARCHIVES :
ariadne - www | wes 1 - www | tc the lift - www | wes 2 - www | TC overkill - www | wes 3 - www | dgee - www | debbie, wes, elior - www | wes 4 - www | wes 5 - www | jan - www | wes 6 - www
Summary : Enfant de la route, Ann a passé la plus grande partie de son existence à suivre sa rockstar de père autour du monde. Elle est née en Belgique, et si elle a d'abord été élevée en partie par des nounous francophones - l'idée étant qu'elle soit bilingue français/néerlandais dès le plus jeune âge -, la petite Ann et son père ont ensuite déménagé à New-York, ville bien plus pratique que Gand pour enregistrer des albums. La jeune femme n'a pas attendu l'âge adulte pour décider de bosser comme technicienne pour le groupe de son père puis, une fois celui-ci à la retraite, de se trouver un autre groupe pour qui bosser. Aujourd'hui, cela fait près de deux ans qu'elle est retournée à la vie sédentaire, et il faut avouer qu'elle l'a très mal vécu. Pas habituée à rester au même endroit plus de quelques mois, elle doit aujourd'hui faire face à une vie entière de sédentarité, à un boulot fixe et au métro new-yorkais. Elle bosse dans une salle de concert et comme bénévole à l'Overkill, et si elle se remet doucement d'une profonde dépression, elle a d'autres projets : en première ligne, un podcast militant féministe et antiraciste au sein du monde du metal qui est loin d'être aussi inclusif que certains voudraient le laisser paraître.
Date d'inscription : 21/06/2020
Messages : 236
Pseudo : k-ro
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : j'essaie de garder le cap mais ça fluctue
Multinicks : Eryn O'Hare / Ricardo Diaz / Clare Perkins / Ellie Munroe / Arthur Reed / Wade Lowell / Rafael Castillo / Janee Tiwari
Avatar : Freema Agyeman + miss-whostuff (av.) valtersen (gif)
(annley) i promised i'd never sing of love if it does not exist F560e7de50119be3faa7221667eec0edc9b0d0f1
Age : 38 ans
Nationality : belge, résidente permanente américaine
Origins : Ghana, Iran
Status : aux prémices d'une relation amoureuse avec celui qu'elle considérait jusqu'alors comme son meilleur ami
Orientation : straight
Work : au merch / bar d'une salle de concert
Home adress : east village, manhattan
Communities : - the overkill
- the lift

Trigger : relations toxiques romantisées, viol
Warning : dépression, crises d'angoisse, abandonment issues

#beyourself
Chronologie:
Liens:
Passions:

Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.ivegot99problems.com/t3673-ann-let-there-be-rock#63426https://www.ivegot99problems.com/t3683-ask-anneke-van-asten#63427
Si Ann avait pu disparaître six pieds sous terre pour se terrer dans une bulle de honte, elle l’aurait fait. La gêne se mêle à un soulagement intense, cependant, rendant toutes ces émotions bien explosives bien qu’elle tente de ne rien laisser paraître. En premier sur la liste de ses stratégies pour y parvenir : ne pas croiser le regard de Wes, au risque d’éclater en sanglots nerveux. Elle se sent bête, incroyablement possessive aussi, et si son attitude pourrait faire croire le contraire, Ann n’en veut pas au musicien le moins du monde. Toute cette petite situation aurait été évitée si elle n’avait pas tiré de conclusions hâtives basées sur des insécurités uniquement propres à elle. Les mots rassurants du brun lui font du bien, cependant. Les yeux toujours rivés sur le tissu du canapé, elle acquiesce – je t’ai encore laissé croire que je m’en fiche, c’est ça ? Du pouce et de l’index, elle mime « un petit peu ». Il a trouvé les mots justes pour expliquer la petite crise de paranoïa qui l’a traversée ces derniers jours. Elle n’en reste pas moins impardonnable, selon elle.

D’autant que le discours qu’il lui offre ensuite au sujet de ses insécurités, du muselage de ses habitudes également, arrachent une grimace à Anneke. A quel moment a-t-elle merdé au point de lui laisser croire qu’il ait besoin de changer pour elle ? Elle qui pensait lui montrer l’étendue de ses sentiments – en dépit de ses défauts, qu’elle ne peut pas se targuer de ne pas connaître - au quotidien se retrouve prise au dépourvu. Aussi, après un léger silence, elle se risque à l’honnêteté : « C’est une peur que je partage aussi. Enfin, dans l’autre sens. » L’idée en lui avouant la réciprocité de ce sentiment est de lui faire comprendre qu’il n’est pas seul, qu’il n’y peut pas grand-chose non plus, pour ce qu’elle en sait. Ses doigts cependant s’entortillent sur le bas de son t-shirt, dans un tic nerveux qu’elle peine à contenir. Ann qui aimerait oser un regard dans la direction de son petit ami se retrouve paralysée, tandis qu’elle tente d’exprimer le fond de sa pensée : « On sait pas de quoi demain sera fait mais si ça peut te rassurer, je me suis jamais sentie aussi… à ma place ? Ouais, jamais aussi à ma place qu’avec toi. Et je veux pas que tu te muselles pour moi, Wes, jamais. It’s part of who you are and I love – » you, everything about you, manque-t-elle d’ajouter, ainsi que toutes sortes de déclarations pour lesquelles les mots justes disparaissent une fois qu’elle ouvre la bouche. Ann cependant s’en empêche de justesse. Parce qu’il est trop tôt, qu’elle est persuadée d’exagérer, ou encore que Wes n’accueillerait pas la nouvelle avec le sourire. Elle-même se trouve surprise de cet élan soudain d’honnêteté réprimé. Pourtant, lorsqu’elle pose les yeux sur son petit ami, c’est clair comme de l’eau de roche. Les mots sincères sont difficiles à sortir mais l’évidence est là, et elle aura tout le temps d’en faire une insomnie cette nuit, peut-être même la suivante. Mais pour l’heure, il lui faut avancer et faire mine de rien. Elle fait alors machine arrière avec plus ou moins de finesse, presque imperceptiblement (et elle s’en félicite intérieurement) : « I love what we are. A lot. I should remind you of that more often as well. » Ann glisse de quelques centimètres, pour se rapprocher du musicien dont elle serre la main dans la sienne, le regard rivé sur leurs doigts entrelacés. Après une seconde qu’elle utilise pour respirer, elle conclut : « Ton côté ermite fait partie de toi, j’ai juste… écoute, c’est mes insécurités, c’est pas à toi de les gérer. Je m’en charge. » Assez maladroitement, voire pas du tout, en vérité, mais elle n’a pas à lui imposer, c’est une chose certaine. Elle est déjà suffisamment honteuse de la scène qu’elle vient de leur offrir.

Pourtant, il y a encore des points d’ombre à éclaircir, des actes pour lesquels il serait judicieux qu’elle lui offre des excuses. Elle ose enfin poser les yeux sur Wes, un regard tendre qui se veut encourageant. Malgré ses maladresses, il semble acquiescer et la rassure – à nouveau, Ann est traversée par une intense sensation de sécurité, de celles qui lui manquaient ces derniers jours. « J’aurais aussi pu te demander. Mais d’accord. », bredouille-t-elle en haussant les épaules. Elle n’a pas relevé la seconde partie de sa phrase (celle où il mentionne un besoin de perfection), pensant simplement que c’est son professionnalisme qui parle. Alors qu’elle pose la tête sur son épaule, elle soupire : « La communication, mmh ? » Ce trait qui leur fait défaut à tous les deux. Alors même qu’elle était persuadée de bien faire, Ann est tombée de bien haut. Mais elle ne désespère pas : ils y arriveront, ensemble. Après tout, ce n’est pas la première fois qu’ils se rendent tous les deux un peu meilleurs.

Quelques secondes passent dans un silence presque apaisé. Ann se blottit contre Wesley dès le premier signe de sa part indiquant qu’il accepte leur proximité, et qu'il lui offre une étreinte rassurante. Les yeux de la brune se ferment et elle ne réprime pas un soupir de soulagement lorsqu’il lui embrasse le front. Soudain, la fatigue s’empare d’Anneke, le contrecoup de sa soirée de travail lui tombant finalement sur le coin de la tête, et elle pourrait tout à fait s’endormir là, assise par terre, dans les bras du musicien. Mais c’est sans compter sur la réponse tardive qu’il donne à une question posée quelques minutes auparavant et pour laquelle elle n’a pas souhaité insister. Un sourire se dessine sur son visage fatigué et elle relève la tête : « Tu me proposes une exclu et tu penses que je pourrais dire non ? Bien sûr que ça me plairait. Enfin, seulement si t’es à l’aise avec l’idée, babe, te sens pas obligé de me rendre des comptes. » Parce qu’elle ne voudrait pas qu’il lui en dévoile plus que ce qui le met à l’aise si ce n’est que pour apaiser ses angoisses à elle. Ses doigts se resserrent sur les siens. « Cela dit, c’est ton taf, je suis certaine que c’est incroyable. Ça l’est toujours. »
Contenu sponsorisé